Taureau Osborne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Taureau Osborne près de Las Cabezas de San Juan.

Le taureau Osborne est une énorme silhouette de taureau, conçue à l'origine comme panneau publicitaire par le groupe Osborne. On le trouve sur tout le territoire espagnol, à des endroits stratégiques, le long de routes très fréquentées, souvent sur des collines pour que sa silhouette se découpe sur le ciel et soit vue de loin.

Sa fonction première était de promouvoir le brandy Veterano du groupe Osborne. Aujourd'hui il s'est converti en un des symboles les plus connus d'Espagne.

Des taureaux similaires, également du groupe Osborne mais portant le nom du brandy Magno, existent sur les routes mexicaines.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1956 : l'agence publicitaire Azor est mandatée par le groupe Osborne pour réaliser un symbole qui servira à représenter le brandy Veterano sur les panneaux publicitaires routiers. L'artiste Manolo Prieto, collaborateur de cette agence, propose la silhouette de taureau qui a été conservée jusqu'à aujourd'hui.
  • 1958 : en novembre commence l'installation des premiers panneaux, alors en bois. Ils ont en moyenne 4 mètres de haut et sont peints en noir. Seules les cornes et le nom de la marque apparaissent en blanc.
  • 1961 : les panneaux en bois résistant mal aux conditions météorologiques, on passe du bois au métal. Leur taille augmente et atteint jusqu'à 7 mètres de haut.
  • 1962 : suite à la modification des lois sur la publicité, des taureaux Osborne de près de 14 mètres de haut sont installés.
  • 1988 : en juillet, un changement dans la réglementation routière interdit la publicité au bord des routes en dehors des localités. Le nom de la marque disparaît, mais les taureaux restent.
  • 1994 : en septembre est publié un règlement général des routes espagnoles qui ordonne le retrait de tous les taureaux Osborne. De nombreuses communités autonomes, municipalités, associations culturelles ainsi que des artistes, des journalistes et des personnalités du monde politique se prononcent alors en faveur de leur maintien. L'Andalousie enregistre le taureau Osborne comme « bien culturel » et la communauté forale de Navarre établit une loi forale pour le conserver sur son territoire.
  • 1997 : en décembre le Tribunal suprême d'Espagne rend son verdict en faveur du maintien des taureaux Osborne en raison de leur « intérêt esthétique et culturel ».

Le taureau Osborne comme figure politique[modifier | modifier le code]

À partir de 1998, le taureau Osborne cesse d'être un symbole strictement commercial. Bien qu'il ne soit pas officiellement un symbole de l'identité espagnole, les nationalistes catalans décident de le boycotter et abattent le seul taureau Osborne situé en Catalogne[1], à El Bruc. Il est alors remis sur pieds avant d'être à nouveau abattu en août 2007 par un groupe indépendantiste appelé Hermandad catalana La Bandera Negra.

De manière analogue, et par caricature, certains nationalistes catalans ont adopté comme symbole propre l'âne catalan.

Distribution[modifier | modifier le code]

Taureau Osborne près de Llanes.
Taureau Osborne par province

Actuellement, il existe 91 taureaux Osborne en Espagne, distribués de manière très irrégulière. Alors que certaines communautés autonomes n'en ont pas (Cantabrie, Catalogne, Ceuta et la région de Murcie) et d'autres seulement un (îles Baléares, îles Canaries, Melilla, Navarre et Pays basque), la province de Cadix, en Andalousie en a dix.

Région Quantité Région Quantité
Andalousie 23 Estrémadure 5
Aragón 6 Galice 5
Asturies 5 Communauté de Madrid 2
Îles Baléares 1 Melilla 1
Îles Canaries 1 Murcie 0
Castille-La Manche 13 Navarre 1
Castille-et-León 14 La Rioja 2
Cantabria 0 Communauté valencienne 11
Catalogne 0 Pays basque 1
Ceuta 0 TOTAL 91

Folklore[modifier | modifier le code]

Le taureau Osborne, devenu un des symboles les plus connus d'Espagne, se retrouve beaucoup en dehors de la publicité originale: autocollants (qui se mettent généralement à l'arrière des voitures), souvenirs de voyages (T-shirts, casquettes, etc.), cartes postales. Il se voit également en surimpression sur le drapeau espagnol, en lieu et place des armoiries, à l'occasion de rencontres sportives notamment.

Certaines régions espagnoles ont repris le principe en le caricaturant et il n'est pas rare de retrouver les mêmes objets avec la silhouette noire de la vache des nationalistes galiciens, l'âne catalan, le mouton basque ou la vache Tudanca de Cantabrie.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

  • En 1992, le réalisateur Bigas Luna introduit un taureau Osborne (et ses testicules en particulier) dans son film Jambon, jambon.
  • En 2003, le réalisteur Gus Van Sant fait porter à un des personnages principaux de son film Elephant un tee-shirt jaune représentant le taureau Osborne.

Propriété industrielle[modifier | modifier le code]

Le taureau Osborne reste le logo d'une marque déposée et ne peut pas être utilisé à des fins commerciales sans autorisation préalable du groupe Osborne.

En septembre 2005 un tribunal pénal de Séville a absous plusieurs commerçants accusés d'utilisation illégale du taureau Osborne sur des articles cadeaux. En effet, il a considéré que ces articles étaient destinés à des gens « qui voient en ce taureau un symbole national et non la marque concrète d'une entreprise ». Cependant, ce verdict a été révoqué le par le tribunal provincial de Séville, ce dernier considérant que la charge culturelle et symbolique que le taureau Osborne a indubitablement ne peut pas prévaloir sur les droits que le groupe Osborne possède sur le logo de la marque.

La « vache Osborne »[modifier | modifier le code]

Entre le 8 et le , Javier Figueredo, un jeune artiste de Cáceres, avec trois autres personnes non identifiées, a transformé un des taureaux Osborne en vache suisse (vaca suiza) en y peignant des taches blanches et en y fixant des faux pis. Javier Figuerado déclara avoir voulu ainsi réaliser une « œuvre artistique revendicative »[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Destruction du seul taureau Osborne restant en Catalogne, article du quotidien espagnol El Mundo du 13 octobre 2002.
  2. (es)www.elperiodicoextremadura.com El pintor del toro de Osborne, condenado a 2 días de ´arresto´.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]