Tatsuo Suzuki (1928-2011)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tatsuo et Suzuki (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Tatsuo Suzuki, directeur de la photographie.
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Senseï Tatsuo Suzuki, 8e dan Hanshi
Karate-do écrit en kanjis.
A l'age de 26 ans (à gauche sur la photo) en compagnie de son ami de toujours, Kazuo Sakura.
Wado-ryu écrit en kanjis.
Sensei Hironori Ōtsuka (1892-1982), fondateur du style wado ryu de karate, posant avec son élève proche, Tatsuo Suzuki.
Diplôme de ceinture noire, à l'effigie de maître Suzuki exécutant un coup de pied latéral sauté, signé et cacheté en 1976 par maître Naoki Ishikawa.
Tatsuo Suzuki, portant un hakama durant l’exécution de Ryu Sei Kata[1].
Maître Suzuki photographié par son épouse, Eleni Labiri, peu avant son décès.

Sensei Tatsuo Suzuki (鈴木 辰夫) (27 avril 1928-12 juillet 2011), 8e dan[2] Hanshi[3], né à Yokohama au Japon est une des plus grandes figures du karaté de style wado-ryu. Il est chef instructeur du wado-ryu (和道流, l'école de la voie de la paix) en Europe et président de la United Kingdom Karate-do.

Biographie[modifier | modifier le code]

À l’âge de 14 ans[4], sous l’instruction de M. Hironori Ōtsuka, fondateur du style Wado ryu[5] dont il fut l'élève proche, il débuta la pratique du karaté. En six ans il devint 3e dan et en 1958 il fut décidé de lui donner le plus le haut grade[6] de karaté, alors le 5e dan. Il étudia également la doctrine Zen[7] avec des moines tels que Genpo Yamamoto (1866-1961) et Soyen Nakagawa (1907–1984). En 1952, il obtint un diplôme en sciences économiques à l’Université Nihon. En 1965, il fut nommé 7e dan, le plus haut grade de la Zen Nippon Karaté. En 1975, il reçut le titre de Hanshi, délivré par la famille impériale (皇室)[8]. Installé en Grande-Bretagne et marié à Eleni Labiri, il fut jusqu'à sa mort un des principaux acteurs de la propagation du karaté en général et du style wado ryu en particulier, en Angleterre et dans le monde.

Autres disciplines[modifier | modifier le code]

  • 2e dan de judo (柔道)
  • 1er dan de Tenshin Koryu de bō-jutsu (棒術)

Au sujet des grades[modifier | modifier le code]

Maître Suzuki refusa plusieurs fois le 10e dan qu'on lui proposait considérant que seul le fondateur de l'école, Hironori Ohtsuka, était en droit de lui accorder ce grade et il était décédé. Ce cas n'est pas unique dans le monde des arts martiaux traditionnels. Ainsi, Nobuyoshi Tamura, 8e dan d’aïkido, refusa le 9e dan qu'on lui proposait car maître Kisshōmaru Ueshiba était décédé. Tsutomu Ōshima qui reçut quant à lui le 5e dan de karaté de Maître Funakoshi, juste avant de mourir en 1957, le conservera comme grade maximum atteignable et refusera les grades honorifiques par respect pour son maître.

Ohyo Kumite[modifier | modifier le code]

Les Ohyo Kumite, à ne pas confondre avec les Kihon Kumite de maître Hironori Ohtsuka, ont été créés par Tatsuo Suzuki quand il est arrivé en Europe au milieu des années 1960. Ce sont des techniques se travaillant par deux composées d'enchainement de plusieurs mouvements. Au nombre de 8 ils sont le fruit de son expérience des combats libres dans les défis de l'Université japonaise.

Propagation du wado-ryu[modifier | modifier le code]

Jusque dans les années 1960, le karaté Wado Ryu (ainsi que les arts martiaux en général), était resté sur les petites îles du Japon. Il était à peine connu en dehors de l'Orient. Cela allait bientôt changer. Maître Hironori Ōtsuka, dont les premiers étudiants furent : M. Mochizuki, T. Kono, T. Suzuki, A. Yamashita et Y. Toyama, leur confia, en 1963, la mission de transmettre et de divulguer le Wado-Ryu en Europe.

Succession de maître Ōtsuka[modifier | modifier le code]

Avant sa mort, des échanges eurent lieu entre Hironori Ohtsuka et Eiichi Eriguchi (président de la Wado Kai), durant lesquels Ohtsuka Sensei exprima clairement sa volonté de voir Tatsuo Suzuki lui succéder. Maître Suzuki déclina cet honneur, considérant qu’il revenait au fils de Hironori Ohtsuka, Jiro. Celui-ci changea, à la mort de son père, en 1982, son nom personnel et se fit appeler Hironori Ōtsuka II.

Citations[modifier | modifier le code]

« De nos jours trop de gens arrêtent l'entraînement une fois qu'ils ont passé le 2e ou 3e dan, ils ne réalisent pas que les ceintures ne sont pas importantes. Les grades ne signifient rien, tout ce qui importe est de s'entraîner dur. Beaucoup de gens se prévalent du 10e ou même 12e dan, mais la plupart d'entre eux sont sans valeur. »

« Avec l'âge, l'entrainement devient différent, mais l'esprit doit être de plus en plus fort. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Eleni Labiri, son épouse et élève proche[modifier | modifier le code]

Eleni Labiri-Suzuki, de nationalité grecque, est photographe de formation et l'épouse de maître Suzuki. Elle fut également pendant de nombreuses années son élève proche[10]. En effet, ayant commencé le karaté wado-ryu en 1984, elle s'est entrainée directement avec son futur mari. Plus tard, elle a suivi un entrainement privé de 3 heures par jour (5 jours par semaine) durant 17 années (1994-2011). Elle a également accompagné son mari dans de nombreux voyages afin de l'assister et de participer à des séminaires à travers le monde. Elle participa au championnat du monde de kata WIKF en Grèce et fut 4e en 1993 et 3e en 1998. Titulaire du grade de 6e dan de karaté, qu'elle obtint en septembre 2009, elle vit à présent à Londres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Créé par maître Suzuki célébrant la bataille de Kawanakajima.
  2. Élevé au grade de 8e dan en 1975 par maître Otsuka en personne.
  3. Hanshi est un titre de maîtrise (Shogo) attribué a un expert qui a mis son art au cœur de sa vie, au centre de son univers, et qui est une référence à suivre. Il est rarement accordé et n'est décerné en principe qu'à partir de Hachi-dan (8e dan). Dans la langue française on pourrait l’assimiler à maître d'armes de l'école.
  4. De 14 ans à 16 ans, il étudia sous la tutelle de maître Kimura, qui était un assistant de maître Ōtsuka.
  5. L'un des styles majeurs du karaté. Au Japon, il est surtout répandu dans les milieux universitaires. Le Wado-Ryu est considéré comme ayant été le tout premier style spécifiquement japonais de karaté (par opposition aux styles d'Okinawa). Wado Ryu signifie école de la voie de la paix ou de la voie de l'harmonie.
  6. Anciennement le 5e dan était le plus haut grade accordé.
  7. Afin de se consacrer pleinement à cette étude il se coupa de la vie active pendant des mois en se retirant dans un monastère.
  8. Représentée par le prince Naruhiko Higashikuni, demi-frère du prince Yasuhiko Asaka et oncle de l'empereur Shōwa, qui devint, en 1957, président honorifique de la Fédération Internationale des Arts martiaux.
  9. Illustration de la couverture avec sensei Yamanashi comme partenaire.
  10. Jikideshi en japonais. Personal pupil en anglais.
  11. Les examens de grade (dan) des professeurs et ceintures noires de la section karaté (wado-ryu) du dojo Yama Arashi, anciennement installé au Sablon (Bruxelles), étaient délivrés principalement lors des stages effectués par les maîtres Suzuki et Ishikawa.

Sur les autres projets Wikimedia :