Tati (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tati

Description de cette image, également commentée ci-après

Logotype de Tati

Création 1948
Dates clés 2004, acheté par le groupe Vetura (50 % groupe Éram)
2007 groupe Éram 100 %.
Personnages clés Jules Ouaki, Fabien Ouaki
Slogan Les plus bas prix
Siège social France
Produits Textile et bazar bon marché
Société mère Groupe Éram
Effectif 1 800
Site web tati.fr
Chiffre d’affaires 132 millions d'euros (2005), 400 millions (2013)[1]

Tati est une enseigne française de vente de textile et de bazar bon marché. Ses magasins, devenus célèbres pour leurs prix modiques, sont présents en France ainsi qu'à Barcelone en Espagne et à Katowice en Pologne.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'enseigne « Tati » est créée en 1948 par Jules Ouaki[2], sellier juif sépharade du quartier de La Goulette à Tunis en Tunisie, qui s'établit en France après la Seconde Guerre mondiale au cours de laquelle il fut résistant[3]. Pionnier sur le marché des article à bas prix textile et bazar, il crée le premier magasin en libre-service Tati de 50 m² dans le quartier Barbès à Paris, boulevard de Rochechouart[2]. Immédiatement, la présentation originale de la marchandise (vente en vrac avec des bacs à fouille) et l'association d'un logo et d'un slogan (« Tati, les plus bas prix »[2]) percutants permettent un développement rapide, Tati démocratise les articles textile et de maison estampillés « mode parisienne » avec des prix modiques rédigés sur de grosses étiquettes en épais chiffres bleus sur fond rose (« couleur Brigitte Bardot » reprise dans le logo)[réf. nécessaire]. Jusqu'en 1978, Tati dispose toujours d'un unique magasin, boulevard de Rochechouart, il s'agrandit sur les rues avoisinantes pour atteindre 2800m² [4].

Jules Ouaki choisit pour nom de son insigne « Tati », anagramme de Tita, surnom de sa mère Esther, la marque Tita étant déjà déposée[5].

À partir de 1975, Tati se développe et s'implante dans d'autres quartiers parisiens rue de Rennes, place de la République (magasin fermé depuis) puis dans d'autres villes en France à Nancy, Lille, Rouen, puis Marseille et Lyon[6].

Jules Ouaki meurt en 1982, sa femme seule aux commandes demande en 1991 à son fils cadet Fabien Ouaki de prendre sa succession à la tête de l'entreprise. Tati se développe un peu plus en ouvrant sept autres enseignes spécialisées : Tati Or, Tati Mariage, Tati Vacances, Tati Optic et Tati Phone[4], ainsi qu'une petite collection éphémère — mais remarquée — créée par Azzedine Alaïa. En 1993, Tati lance sa ligne de prêt-à-porter « La rue est à nous », abandonnée deux ans plus tard[7].

À partir de 1994, le groupe s'implante à l'international en Europe et aux États-Unis, en Afrique du Sud en 1996, et ouvre un magasin de robes de mariées (qui contribue alors pour 20 % au chiffre d'affaires de Tati) sur la prestigieuse Cinquième Avenue à New York en 1998. Il diversifie aussi ses activités en accordant des licences dans des domaines comme la bijouterie, la vente de bonbons, l'optique ou les voyages[6].

Des pertes d'exploitation ont cependant été générées depuis 1995, Tati étant alors distancé par de nouvelle enseigne comme Babou, H&M, et Zara, et en août 2003 des évènements conjoncturels défavorables conduisent la société Tati SA à la cessation de paiement[4].

L'enseigne est rachetée en 2004 par Vetura filiale à 50 % du groupe Éram, pour 10 millions d'euros payables comptant, auxquels s'ajoutent un maximum de 4,5 millions d'euros pour les stocks des magasins[8], dans le cadre d'un plan de cession afin de relancer son développement. Le nouveau nom de la société est Tati Développement. Tati compte alors ouvrir plus d'une quinzaine de magasins en France. Des projets sont également prévus dans les pays du Maghreb et en Europe de l'Est, notamment en Roumanie[9]. Tati est repris à 100 % en 2007 par le groupe Éram qui décide que Tati abandonne les secteurs de diversification incohérents, le déstockage de produits peu intéressants et reprenne la main sur la création, le prêt-à-porter étant désormais à 80 % imaginé par des designers maison[8].

Alors que l'enseigne Tati dispose de 80 points de vente à travers l'Hexagone, elle ouvre en mai 2010 son site web marchand qui propose alors plus de 7 000 références[10], 15 000 en 2011, dont 80 % à moins de 10 euros[11].

À partir de 2013, Tati a 129 points de vente en France et ouvre des magasins XXL toujours discount, les bacs à fouille disparaissent au profit d'une présentation en rayonnage et d'une gamme réduite de moitié. Sa montée en gamme vise à s'adresser non plus au 25 % de foyers gagnant moins de 20 000 euros par an, mais à 75 % des Françaises, même si le prix de vente moyen de l'enseigne reste de 5 euro[12].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Le logo historique comprend un motif vichy à carreaux rose et blanc. L'historique vichy rose de tati disparait au profit d’un nouveau logo couleur framboise en février 2013[13]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Paris rollers dsc03843.jpg
  • La plupart des produits sont des importations d'Asie (Chine, Inde, Bangladesh, etc.) mais on trouve aussi des produits textiles du quartier du Sentier.
  • Le capital du groupe Tati était détenu jusqu'en juin 1995 par les membres de la famille Ouaki et la direction était assurée par Mme Éléonore Ouaki depuis la mort de son mari en 1984. En juin 1995, l'actionnariat a été simplifié et restructuré. Fabien Ouaki a pris le contrôle et la direction du groupe. Depuis 2004, Tati appartient au groupe Vetura, lui-même filiale du groupe Eram. La présidence fut d'abord assurée par Lucien Urano, fondateur de Vetura, jusqu'à son départ en retraite fin juillet 2007. Après une période transitoire où la présidence a été assurée par Xavier Biotteau, PDG du groupe Éram, c'est désormais Emanuel DEROUDE qui occupe cette position.

Divers services[modifier | modifier le code]

Tati Mariage[modifier | modifier le code]

Tati Mariage possède environ quatre-vingts modèles de robes de mariés, et possède aussi une vaste gamme d’accessoires (invitations, dragées, menu…).

Tati Vacances[modifier | modifier le code]

La licence d'utilisation et d'exploitation exclusive de la marque Tati Vacances est donnée à l'origine à la société le Comptoir Bleu en 2000. Ce contrat a été cédé à la société LCB5 en 2001. Depuis 2002, la licence d'exploitation de la marque Tati Vacances est détenue par le groupe Karavel-Promovacances.

Tati Or[modifier | modifier le code]

Il existe vingt-deux magasins Tati Or en France[15]

Controverse[modifier | modifier le code]

En juin 2011, un vigile chargé de la sécurité d'un magasin aurait surpris la directrice en train voler des produits. La direction de sa société de sécurité GSP lui conseille alors de la prendre en flagrant délit. Une fois fait, on lui annonça qu'il était licencié pour faute grave. Le vigile, lui, accuse la direction de Tati d'avoir fait pression sur GSP pour qu'il soit licencié, Tati étant le seul client de GSP. La directrice, quant à elle, n'a pas été inquiétée[16]. Néanmoins, en mai 2012, le vigile licencié obtient gains de cause devant le Conseil des prud'hommes de Dieppe qui reconnait un licenciement "sans cause réelle et sérieuse"[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anne-Sophie Cathala, « Tati veut ouvrir sept grands magasins sur le modèle des Galeries Lafayette », sur lefigaro.fr,‎ 23 août 2013
  2. a, b et c Chiffres clés Tati - Observatoire de la Franchise, 18 février 2006
  3. Pascal Durand, Marc Lits, Peuple, populaire, populisme, CNRS,‎ 2005, p. 132
  4. a, b et c Stéphanie Platat, Frédérc Pons, « Dernière solderie pour la famille Ouaki », sur liberation.fr,‎ 6 août 2004
  5. « Tati. A savoir », sur liberation.fr,‎ 6 août 2004
  6. a et b Sophie Boutillier, Dimitri Uzunidis, L'aventure des entrepreneurs, Studyrama,‎ 2006, p. 71
  7. Alina Reyes, Corps de femme, Zulma,‎ 1999, p. 37
  8. a et b « Comment Eram a redonné des couleurs à Tati »
  9. Tati (26 magasins en France), repris en 2004 par le groupe Vetura. - Observatoire de la Franchise, 20 février 2006
  10. « Les références mode de Tati sont désormais accessibles en ligne », sur ladepeche.fr,‎ 17 mai 2010
  11. « 3 MILLIONS », sur leparisien.fr,‎ 10 mai 2011
  12. « Tati ouvrira un magasin XXL à Aubervilliers », sur lefigaro.fr,‎ 5 septembre 2013
  13. « Tati revient, sans son Vichy », sur cbnews.fr
  14. Tati relance son développement en France et à l'étranger - Observatoire de la Franchise, 18 février 2006
  15. - Franchise TATI ; Un entretien avec Xavier Piraux - Observatoire de la Franchise, 2 octobre 2002
  16. UN VIGILE ACCUSAIT LA DIRECTRICE DE TATI DE VOL : LICENCIÉ POUR FAUTE GRAVE - L'est Républicain, 14 février 2012
  17. Tati/vol : un vigile obtient gain de cause - Le Figaro, 03 mai 2012

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]