Tatara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Constitution d'un tatara. Les deux soufflets sont disposés de chaque côté du four.

Le tatara (?) est le bas fourneau traditionnel japonais utilisé pour la production d'acier et de fer, voire de fonte pour les tataras les plus gros.


Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot signifiait à l'origine soufflet à pied, mais il a désigné plus tard l'ensemble du fourneau, et même l'ensemble des installations. En effet, la forme du tatara a beaucoup évolué, passant d’un simple bas fourneau en plein air, inspiré de ceux mis au point en Mandchourie vers les VIe ou VIIe siècle, pour devenir une structure semi industrielle couverte et permanente à l’époque d’Edo avec, entre autres, des magasins destinés à stocker le charbon de bois et le minerai de fer (le satetsu). Le terme tatara peut même désigner les gens du métier[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans sa dernière évolution, le fourneau ressemble à une grande baignoire rectangulaire d’environ 2,70 m de long sur 90 cm de large et d’une hauteur de 0,9 à 1,2 m pour la fabrication de l'acier, mais pouvant monter jusqu'à 1,6 m pour la fabrication de la fonte blanche[note 1]. La base du fourneau est, sur ses deux côtés les plus longs, criblée d’une vingtaine de trous dans lesquels s’emboîtent des tuyères métalliques permettant d’insuffler l’air propulsé par des soufflets. Un ou plusieurs orifices de coulée permettent l'évacuation partielle du laitier. Afin d’assécher le soubassement, le fourneau est bâti sur une infrastructure souterraine complexe construite en pierre, bois et argile. Cette fondation sert plusieurs années, contrairement au four lui-même qui doit être reconstruit à chaque campagne (chacune dure de 3 à 4 jours)[1].

La technologie des machines soufflantes a elle aussi évolué avec le temps, passant de simples boîtes équipées d’un piston à main – mais dont le principe ingénieux permet d’insuffler un vent continu – à la machine à bascule actionnée par les pieds.

Par rapport aux bas fourneaux européens, le tatara présente la caractéristique d'avoir évolué par un accroissement de la surface, sans augmentation de la hauteur. La faible hauteur du tatara s'explique par l'utilisation de sable ferrugineux comme minerai, qui n'offre qu'une faible perméabilité gazeuse au chargement du four[1].

Production[modifier | modifier le code]

La loupe, appelée kera[note 2], est la masse de métal, d'une composition chimique très hétérogène, d'où on tire plusieurs sortes d'aciers : le Tamahagane de bonne qualité qui sert à la fabrication des katanas, le bukera et le kerazuku[1] employés pour faire des couteaux, des outils et de l'outillage agricole. D'un poids de 2 à 2,5 tonnes, dont 1,5 à 1,8 tonne d'acier, elle est obtenue par la consommation de 8 tonnes de sable et 13 tonnes de charbon de bois. Ce métal, pauvre en soufre (à cause de l'utilisation de charbon de bois) et en phosphore (le minerai en étant dépourvu), est cependant fortement pollué par de nombreuses scories : ce sera tout l'art du forgeron de les ôter[1].

La fonte blanche élaborée par les gros tataras est également extraite sous la forme de loupe. Cette fonte est convertie en fer maléable par un procédé appelé ohkaji. Cette fonte est aussi le matériau dont sont faites les théières japonaises[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Le four produisant de l'acier est appelé Keraoshi-ro, celui destiné à la production de fonte est nommé Zukoshi-ro.
  2. Le terme Watetsu est également utilisé et correspond à l'appellation générique de l'alliage de fer et de carbone
  • Références
  1. a, b, c, d, e et f Maurice Burteaux, « Le tatara », Soleil d'acier,‎ 1er octobre 2004


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]