Tasse Farnèse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tasse Farnèse
Tasse Farnèse, face avant
Tasse Farnèse, face avant
Artiste Inconnu
Date fin du IIe siècle av. J.-C.
Type Sardonyx
Technique Camée
Dimensions (H) 8 cm ; 20 cm de diamètre
Localisation musée de Naples, Naples (Italie)
Face arrière

La tasse Farnèse est un camée de la fin du IIe siècle avant notre ère, réalisé à Alexandrie pour la cour des Ptolémées[1]. Elle est taillée dans un bloc de sardonyx à quatre couches et mesure environ 8 cm de hauteur pour 20 cm de diamètre.

Sa face principale est décorée d’une scène allégorique représentant les bienfaits de la crue du Nil, et son revers est décoré d’un masque de gorgone. Elle a la forme d’une phiale[2]. La tasse Farnèse est un exemple exceptionnel de la glyptique hellénistique. Elle est unique par ses dimensions et par sa complexité figurative. Elle est considérée comme un chef-d’œuvre technique et comme l’un des objets les plus importants de l’art alexandrin.

Description et interprétation[modifier | modifier le code]

À gauche, on peut voir un personnage barbu assis sur le rebord d’un arbre. Il tient une corne d’abondance. C’est la personnification du Nil.

Au milieu, un homme se tient debout, il est vêtu un simple chiton[3], il tient dans la main droite une anse de charrue et dans la main gauche un sac de semence. Ses cheveux semblent ébouriffés par le vent. C’est Triptolème, le héros grâce à qui l’humanité apprend l’agriculture, et donc la civilisation.

À droite, on observe deux femmes. L’une porte un phiale[4] et l’autre une corne d’abondance. Ce sont des Horai[5].

En haut, on remarque deux personnages volants conduit par un tissu rempli d’air. Ce sont les vents étésiens personnifiés, vents du nord qui soufflent dans la mer Méditerranée chaque année après le lever de la canicule, et qui tempèrent la chaleur de l’été pendant quarante jours environ.

En bas, une femme se tient assise sur un sphinx. Elle tient dans la main droite une gerbe de blé. Elle représente Euthénia, compagne du Nil et personnification de la prospérité. Le Sphinx, quant à lui est le symbole de l’Égypte antique.

Et pour finir, le revers. Sur cette face est représentée une grande tête de Gorgone. C’est monstre féminin avec des serpents dans les cheveux et des yeux terrifiants. Elle avait sans doute une fonction apotropaïque (qui éloigne les ennemis et le mauvais sort).

Histoire[modifier | modifier le code]

Cet objet a connu une longue histoire puisqu’il a toujours appartenu à des trésors royaux ou princiers : il a fait partie du trésor impérial romain, puis de celui des empereurs byzantins. Il fut peut-être ramené en Occident par les croisés, après le sac de Constantinople en 1204.

Il est intégré dans la collection Farnèse, une collection d’antiquités italiennes enrichie par la famille Farnèse de la Renaissance jusqu’au XVIIIe siècle ; elle a été débutée par le pape Paul III (né Alexandre Farnèse) après la découverte de sculptures antiques dans les fouilles des thermes de Caracala en 1545, continuée par son petit-fils le cardinal Farnèse, et complétée par la suite. La collection environ 2 000 objets et 350 gemmes. Vers 1730, la collection fut transférée à Naples. Elle constitue encore aujourd’hui le noyau essentiel de la collection du musée de Naples.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Famille qui a régné sur l’Égypte depuis la mort d’Alexandre le Grand jusqu’à la conquête romaine
  2. Coupe circulaire utilisée lors des cérémonies religieuses
  3. Sorte de tunique
  4. Coupe rituelle servant aux libations
  5. Déesses du temps et gardiennes des portes de l’Olympe