Tartrazine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tartrazine
Tartrazine
Tartrazine
Identification
Nom IUPAC (4E)-5-oxo-1-(4-sulfonatophényl)-4-[(4-sulfonatophényl)hydrazono]-3-pyrazolecarboxylate de sodium
Synonymes FD&C Yellow 5
C.I. Food Yellow 4
C.I. Acid Yellow 23
C.I. 19140
No CAS 1934-21-0
12225-21-7
No EINECS 217-699-5
No E E102
Apparence Poudre orange à jaune de couleur vive, hygroscopique[1]
Propriétés chimiques
Formule brute C16H9N4Na3O9S2  [Isomères]
Masse molaire[2] 534,363 ± 0,027 g/mol
C 35,96 %, H 1,7 %, N 10,48 %, Na 12,91 %, O 26,95 %, S 12 %,
Propriétés physiques
fusion 35 °C
ébullition 870 °C
Solubilité 38 g/L (eau, °C)

200 g/L (eau, 25 °C)
200 g/L (eau, 60 °C)
180 g/L (glycérol à 100 %, 25 °C)
10 mg/L (éthanol, 60 °C)[3] ;
sol. dans H2SO4 conc.
7,0 g/100 mL (propylène glycol, 25 °C)

20 mg/mL (éther monométhylique de l'éthylène glycol)[1]
Masse volumique 1,93 g/cm3 (20 °C)
Propriétés optiques
Spectre d’absorption λmax = 425 nm dans l'eau[1]
Précautions
Directive 67/548/EEC
Nocif
Xn



Transport
-
   1108   
SIMDUT[4]
D2B : Matière toxique ayant d'autres effets toxiques
D2B,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La tartrazine est un colorant azoïque jaune (E102) de synthèse.

Structure et propriétés[modifier | modifier le code]

La tartrazine est un composé azoïque. C'est une poudre orange très soluble dans l'eau. Sa formule brute est : C16H9N4Na3O9S2 et sa masse molaire 534,36 g/mol. La tartrazine fond à 350 °C.

Toxicité[modifier | modifier le code]

Les risques ainsi que les effets secondaires liés à l'utilisation sont : hyperactivité, asthme, urticaire, rhinites, troubles de la vue, insomnies, pourrait être cancérigène, avec effets mutagènes et tératogènes. Additif interdit en Tunisie[5], Autriche[réf. nécessaire], Finlande[réf. nécessaire] et Norvège[réf. nécessaire].

Suite à une nouvelle étude faite à l'université de Southampton au sujet des effets de certains colorants alimentaires sur le comportement des enfants, le parlement européen à décidé que tout aliment contenant l'un des colorants concernés :
E102 - E104 - E110 - E122 - E124 - E129 doit mentionner sur l'emballage la phrase suivante :
Peut causer des troubles de l'attention et du comportement chez les enfants.
Sources :

En association avec les benzoates (E210-E215), la tartrazine serait impliquée dans un grand pourcentage des cas du syndrome d'ADHD (hyperactivité) chez les enfants[6],[7].

Les asthmatiques peuvent également éprouver des symptômes après consommation de tartrazine, car c'est un agent connu de libération.

La tartrazine pourrait jouer un rôle dans un faible pourcentage de maladies lupiques[8],[9].

Utilisations[modifier | modifier le code]

La tartrazine est utilisée comme colorant alimentaire[10] de couleur jaune, et aussi comme colorant dans les produits cosmétiques.

Elle est classée sous différentes appellations suivant son usage :

  • CI 19140 en tant que colorant des produits cosmétiques ;
  • Yellow 5 aux USA[11] ;
  • E102 en Europe comme colorant alimentaire[12].

En France, elle est couramment utilisée dans les produits alimentaires (chips, corn flakes, muesli, soupes instantanées, pickles, moutardes). Des solutions colorantes de tartrazine sont facilement disponibles dans le commerce.

Elle est utilisée pour « modifier » l'alcool et le rendre impropre à la consommation pour l'alcool à usage médical.

En Suisse, elle a récemment été autorisée.

En Algérie, elle est vendue comme ersatz de safran, au point que de nombreux consommateurs la prennent pour du safran, très utilisé dans la cuisine traditionnelle.

Vue 3D de la molécule de tartrazine. Les ions sodium Na+ sont représentés en mauve.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « TARTRAZINE » dans la base de données Hazardous Substances Data Bank, consulté le 27 septembre 2012
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. Marmion D.M. (1991) Handbook of U.S. Colorants: Foods, Drugs, and Cosmetics and Medical Devices. 3rd Ed. New York, John Wiley & Sons, Inc.
  4. « C.I. acid yellow 23 » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 23 avril 2009
  5. http://www.tap.info.tn/fr/fr/economie/commerce-et-industrie/8181-controle-dhygiene-plus-de-10-tonnes-de-marchandises-perimees-detruites-depuis-debut-ramadan.html
  6. (en) D. McCann, A. Barrett, A. Cooper, D. Crumpler, L. Dalen, K. Grimshaw, E. Kitchin, K. Lok, L. Porteous, E. Prince, « Food additives and hyperactive behaviour in 3-year-old and 8/9-year-old children in the community: a randomised, double-blinded, placebo-controlled trial. », The Lancet, vol. 370, no 9598,‎ 2007, p. 1560-1567 (DOI 10.1016/S0140-6736(07)61306-3)
  7. Aline Périault, « Les colorants rendent les enfants hyperactifs - Les colorants alimentaires favoriseraient l’hyperactivité », sur http://sante.nouvelobs.com, LJS.com,‎ 2007 (consulté en 110/04/2008)
  8. Cofer, 2ème édition
  9. COFER, « Lupus érythémateux disséminé. Syndrome des antiphospholipides », sur basic.shsmu.edu.cn, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie,‎ 2005 (consulté en 08/09/2008), p. 1-15
  10. « Noms de catégorie et système international de numérotation des additifs alimentaires », CAC/GL 361989, sur www.codexalimentarius.net, Codex Alimentarius,‎ 1989 (consulté en 14/04/2008), p. 1-35
  11. CFSAN/Office of Food Additive Safety, « COLOR ADDITIVE STATUS LIST », sur www.cfsan.fda.gov, FDA,‎ August 2007 (consulté en 08/09/2008)
  12. Parlement européen et Conseil de l'europe, « Directive 94/36/CE du Parlement européen et du Conseil, du 30 juin 1994, concernant les colorants destinés à être employés dans les denrées alimentaires », Journal officiel de l’Union européenne, no L 237,‎ 1994, p. 13–29 (résumé, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]