Tarchon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tarchon est le roi de Lydie dans la mythologie étrusque, le fils de Télèphe, avec son frère Tyrrhenus, l'un des fondateurs de la Fédération étrusque des douze cités (dodécapole).

Présentation[modifier | modifier le code]

Tarchon était vénéré comme « dieu de la tempête » et protecteur de la ville

Hérodote le décrit comme le guide des Étrusques qui, suite à une forte disette, les conduisit de Lydie en Étrurie.

On lui attribue la fondation de toutes les villes de la dodécapole étrusque dont Tarquinia (Tarchu-na en langue étrusque) à laquelle il donna son nom.

Tarchon est cité dans l'Énéide comme chef de tous les Étrusques et l'allié d'Énée dans la guerre contre Mésence et Turnus, où il tue le jeune guerrier italique Venulus [1].

L'auteur Joannes Laurentius Lydus, distingue deux personnages légendaires nommés Tarchon, le jeune et son père, l'aîné[2]. C'est l'aîné qui a reçu la Disciplina Etrusca à partir de Tages, qu'il identifie comme une parabole. Le Jeune a combattu avec Énée après son arrivée en Italie. L'aîné était un augure qui a appris son art auprès de Tyrrhenus et fut probablement le fondateur de Tarquinia et de la Ligue étrusque. Lydus ne dit pas cela, mais a été fait aussi par George Dennis[3].


Dodécapole[modifier | modifier le code]

Nom Ancien / Nom Moderne
  1. Arretium / Arezzo
  2. Caere / Cerveteri
  3. Clusium / Chiusi
  4. Corito / Cortona
  5. Perusia / Pérouse
  6. Populonia
  7. Tarquinia / Tarquinia-Corneto (du nom de Tarchon le Jeune)
  8. Vetulonia
  9. Volaterrae / Volterra
  10. Volsinies / Orvieto
  11. Vulci / Vulci
  12. Véies / Véies (site archéologique)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Énéide, Livre VIII. 506, 603 ; X. 153, 290 ; XI. 727, 746
  2. Joannes Laurentius Lydus,De Ostentis chapitre 2.6.b
  3. George Dennis, La Ville, Les villes et les cimetières d'Étrurie, chapitre XIX de Tarquinia, William Thayer (sous la direction de), publication John Murray, Université de Chicago, Londres, Chicago, 1848, 2009, p. 372, note 5 * / 19.html # ref5

Sources[modifier | modifier le code]