Taraxacum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Taraxacum est un genre de plantes dicotylédones anémochores appartenant à la vaste famille des Asteraceae (Composées). C'est le genre des « pissenlits » véritables.

Caractéristiques du genre[modifier | modifier le code]

Le capitule[modifier | modifier le code]

Capitule de pissenlit.

Les espèces de Taraxacum se caractérisent par ce qu'on appelle couramment la fleur, qui est en fait un capitule, inflorescence dans laquelle les fleurs individuelles, sont insérées les unes à côté des autres sur un réceptacle floral commun, les fleurs extérieures portant souvent un ligule, languette qui simule le pétale d'une fleur simple.

Le latex[modifier | modifier le code]

Dans la famille des Astéracées, les pissenlits appartiennent à la sous-famille des Lactucoideae, à cause du latex qu'ils contiennent. On les classe aussi dans la tribu des Liguliflores en raison de leurs fleurs ligulées (dont les extrémités forment des languettes).

Étymologie des noms[modifier | modifier le code]

Le nom générique Taraxacum semble venir de l'arabe tharakhchakon, qui désignait une plante semblable au pissenlit commun.

Le nom semble provenir, en parallèle, du grec ancien τάραξις / táraxis, qui désignait une inflammation de l'œil : le latex du pissenlit passait en effet pour calmer les irritations oculaires.

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Le classement de toutes les espèces de Taraxacum est très complexe : plus de 1 200 espèces et sous-espèces pour la seule Europe. Des regroupements en sections ont été envisagés de différentes manières. Le nombre de section est de huit ou de dix-sept, selon les divisions faites par les auteurs. La capacité à l'apomixie et le pouvoir d'accomodat de certaines espèces comme celle de la section Ruderalia rendent les classifications presque impossibles.

Aigrettes du pissenlit commun.
Le vent assure la dissémination des semences.

Trois espèces sont endémiques de l'île Jan Mayen, dans l'océan Atlantique Nord :

Taraxacum officinale agg. - Les pissenlits dits communs[modifier | modifier le code]

Plusieurs espèces de pissenlits dits communs ou officinaux ont longtemps été classées dans un agrégat d'espèces nommé Taraxacum officinale Weber ex F.H.Wigg agg.. Ces espèces sont maintenant placées dans la section Ruderalia du genre Taraxacum.

Cela illustre bien la complexité de la taxonomie de ce genre

Galerie de photo[modifier | modifier le code]

Usage[modifier | modifier le code]

Certaines espèces ou cultivars de Taraxacum sont utilisées sous le nom commun de pissenlit. Toutes les espèces n'ont pas ces utilisations.

Utilisation gastronomique[modifier | modifier le code]

« Tout est bon dans le pissenlit », dit-on :

  • C'est une salade très recherchée malgré une certaine amertume. Elle est consommée depuis l'Antiquité mais n'est cultivée comme salade que depuis le siècle dernier (variétés améliorées). Elle peut être ramassée toute l'année à l'état sauvage ou cultivée. Elle peut être cultivée comme annuelle, mais une plantation peut durer plusieurs années, de nouvelles rosettes de feuilles se formant à partir de la racine. Le pissenlit vendu sur les marchés en France est souvent blanchi par buttage. Quelques variétés : « Amélioré à cœur plein », « Vert de Montmagny amélioré », « Amélioré très hâtif ». On peut la manger sous forme de Crameillotte.

Autrefois, elle était consommée coupée en petits morceaux, pour en augmenter la digestibilité et pour éviter la sensation grattante due à l'éventuel duvet sur les feuilles.

  • Les feuilles, riches en vitamine C, sont consommées en salade ou bouillies. Il est recommandé de les récolter avant la floraison.
  • Les boutons floraux sont consommés à la manière des pointes d'asperge. Ils ont fréquemment été conservés dans le vinaigre, autrefois.
  • Les capitules, avec leurs pédoncules, décorent joliment les salades, et elles ont bon goût. Et on peut en faire de la confiture (recette du miel de pissenlits, de la gelée de pissenlits telle la cramaillotte en Bourgogne et Franche-Comté).
  • Jadis, on se servait des capitules pour colorer le beurre.
  • On fait un thé agréable avec les capitules de pissenlit, ainsi qu'un alcool, le Dandelion Wine anglais : une sorte de bière composée d'eau, de miel, de levure et de capitules, qu'on laisse fermenter pendant plusieurs jours.
  • Torréfiée, comme la chicorée, la racine fournit un bon succédané du café.
  • La racine est comestible crue malgré son amertume. Au Japon, on la coupe en morceaux, on la fait sauter dans une poêle avec un peu d'huile, puis on la recouvre d'eau ou de sauce de soja et on la laisse cuire quelques minutes.

Utilisation médicinale[modifier | modifier le code]

  • Les racines de pissenlit contiennent de l'inuline, des tanins et un latex renfermant un principe amer (lactupicrine).
  • Les feuilles vertes sont très riches en vitamine A  : 700 fois plus que la poire, 70 fois plus que les oranges et deux fois plus que les épinards. Elles contiennent aussi des vitamines B1, B2, C et E, et la plupart des sels minéraux: Ca, Mg, P, K, Na, CI, S, Fe, Mn, Si, en proportions importantes, ainsi que d'autres substances.
  • Ont été isolés dans le pissenlit commun également: du carotène, des phytoxanthines, de la choline, des flavonoïdes (Taraxine), des mucilages, des acides gras et un phytostérol : le Triterpene.
  • Le pissenlit est un tonique amer, doué de vertus stomachiques, cholagogues, dépuratives et eupeptique. L'effet diurétique du pissenlit, qui lui donne son nom, est réel. Plus généralement, le pissenlit permet l'élimination des toxines.
  • Le latex des tiges peut causer des allergies cutanées chez certaines personnes sensibles. Il a une action coricide et s'utilise sur les verrues. Il aurait aussi une action spécifique sur la vésicule biliaire et peut-être aussi une action dissolvante sur les calculs hépatiques.
  • Les ligules fournissent une eau distillée qui éclaircit la peau.

Utilisation environnementale[modifier | modifier le code]

Les pissenlits sont de petits instruments météorologiques qui, pour pousser, tiennent compte des précipitations, de l’ensoleillement, de la température et de l’humidité atmosphérique. La floraison est annonciatrice de l'arrivée effective du printemps[1].

Plante mellifère[modifier | modifier le code]

Le pissenlit est une plante mellifère. C'est une importante source de nourriture pour les abeilles car il produit du pollen tôt au printemps mais aussi jusqu’à l’automne, puisque la floraison se poursuit et assure une source nutritive continue. De fait, pas moins de 93 espèces d’insectes se nourrissent de pollen de pissenlit.

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Les espèces de Taraxacum peuvent prendre d'autres noms vernaculaires :

  • Dent de Lion (ou Dent-de-Lion)
  • Pissenlit
  • Laitue de Chien
  • Salade de Taupe
  • Florin d'Or
  • Cochet
  • Fausse Chicorée
  • Couronne de moine
  • Baraban (notamment en parler lyonnais et parler stéphanois).
  • Cramia ou Cramiat (dans le Jura suisse)

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Sous l'influence probable d'un niveau anormalement élevé de radioactivité, des taraxacums de 75 centimètres ont pu être observés à Tokyo, suite à l'accident nucléaire de Fukushima[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :