Taras Bulba (rhapsodie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Taras Bulba est une rhapsodie pour orchestre de Leoš Janáček, composée entre 1915 et 1918 inspiré de la nouvelle éponyme de Nicolas Vassiliévitch Gogol (1835). C'est pour ces mots « il n'existe pas de feux ni de souffrances qui puissent vaincre la force russe », semblables aux étincelles du bûcher sur lequel a péri le chef cosaque que j'ai écrit cette rhapsodie d'après l'œuvre de Gogol, déclara le compositeur. Mais à travers le choix du sujet Janacek fait résonner en filigrane l'espoir du peuple tchèque d'accéder à l'indépendance en se libérant du joug austro-hongrois.

Le romancier russe Gogol avait fait de l'ukrainien Taras Bulba le héros d'une fresque dont Janáček ne retint que les trois épisodes-clé :

  1. Mort d'Andreï : mélodie au cor anglais puis au violon
  2. Mort d'Ostap : appel strident de la petite clarinette qui traduit le texte de Gogol « Père, où es-tu ? m'entends-tu ? »
  3. Prophétie et Mort de Taras Boulba
  • Durée d'exécution : vingt trois minutes

La rhapsodie pour orchestre de Janáček fut jouée pour la première fois le 9 octobre 1921 à Brno sous la direction de Frantisek Neumann. La première audition pragoise eut lieu en 1926 sous la baguette de Václav Talich[1].

Instrumentation[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. D'après Marcel Marnat, musicologue et biographe (présentation de l'œuvre pour le disque « Janáček Sinfonietta Taras Boulba - Supraphon 80942 »)