Tapir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les tapir (Tapirus) forment un genre de mammifères ongulés, une espèce est originaire d'Asie et quatre d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud. C'est le seul genre de la famille des Tapiridés (Tapiridae). Cette famille est très proche de celles des chevaux (Equidae) et des rhinocéros (Rhinocerotidae), classés également dans les Perissodactyla en raison d'un nombre de doigts impair.

Description[modifier | modifier le code]

Les trois doigts principaux de la patte du tapir laissent dans la boue une empreinte caractéristique en trèfle

Son corps est massif et est recouvert d'une peau très épaisse (il est d'ailleurs chassé pour son cuir). Il est en quelque sorte le Sanglier de la foret equatoriale,Il a une courte trompe, qui lui sert à attraper sa nourriture. D'une espèce à l'autre, les tailles peuvent varier, mais la plupart mesurent environ 2 mètres pour une hauteur pouvant aller jusqu'à approximativement 1 mètre, pour une masse allant de 150 à 300 kg.

Il possède une ouïe et un odorat excellents, mais une vue peu développée. Dans la nature, un tapir vit approximativement 30 ans.

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

Comportement social[modifier | modifier le code]

C'est un animal vivant principalement la nuit, méfiant et solitaire (le couple ne se forme que pour l'accouplement) et résidant en forêt.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le tapir a un régime strictement herbivore. Très sélectif, il se nourrit de plantules, de fruits et de graines qu’il collecte à l’aide de sa courte trompe préhensile. Il possède de larges dents, parfaitement adaptées pour couper les branches et briser les graines. Le tapir joue ainsi un rôle clé dans la régénération de la forêt en disséminant avec ses déjections les graines de certaines espèces consommées. L’alimentation du tapir est étudiée par examen des restes végétaux dans les excréments (graines des fruits et analyse des codes génétiques des feuilles) et l’identification des plantes broutées directement sur le terrain. Ces études permettent de connaître les préférences alimentaires et les besoins de l’espèce.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La gestation du tapir est d'environ 13 mois, une femelle met au monde un petit (parfois deux), d'une masse d'environ 7 kg. Le petit est allaité pendant presque un an.

Prédateurs[modifier | modifier le code]

Dans la nature, il est chassé par des félins.

Mais son principal prédateur reste l'Homme, qui le tue pour différentes raisons (son cuir très épais, sa viande mais aussi comme "remèdes pharmaceutiques"...). Selon la Liste rouge de l'UICN, le tapir est soit vulnérable (Tapirus indicus et Tapirus terrestris), soit en danger (Tapirus pinchaque, Tapirus kabomani et Tapirus bairdii).

Quelques tribus d'Amérique du Sud tel que les Panoan capturent les progénitures des tapirs pour les apprivoiser, ensuite ces animaux sont engraissés et ils sont utilisés pour les raisons citées précédemment que sont leur cuir et leur viande.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Espèces[modifier | modifier le code]

Tapirus terrestris
Tapirus indicus

Il existe aujourd'hui cinq espèces de tapir, quatre vivant en Amérique latine et du sud :

une en Asie :


Tapirus


 T. bairdii (Tapir de Baird)




 T. kabomani




 T. terrestris (Tapir du Brésil)



 T. pinchaque (Tapir des montagnes)






 T. indicus (Tapir de Malaisie)



Hybride[modifier | modifier le code]

Vers 1968, des tapirs hybrides (entre un tapir de Baird et un tapir du Brésil) ont vu le jour au parc zoologique de San Francisco et ont donné naissance à deux générations vers 1970.

Les tapirs et l'homme[modifier | modifier le code]

Symbolique[modifier | modifier le code]

Dans la culture asiatique, le tapir chasse les mauvais rêves, les cauchemars, et peut même les transformer en chance. Dans les mangas, le baku japonais apparaît souvent sous les traits d'un tapir.

Jargon[modifier | modifier le code]

Dans le jargon de l'École normale supérieure le « tapir » désigne un élève à qui un normalien donne des cours particuliers. Son étymologie reste incertaine[2].

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Mario A. Cozzuol et al. A new species of tapir from the Amazon dans Journal of Mammalogy no 94 (6), 1331-1345, 2013. doi: 10.1644/12-MAMM-A-169.1
  2. (fr) Yann Ollivier, « Les mots de l'École - Tapir » (consulté le 4 décembre 2007)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]