Tanzim (Liban)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tanzim.

Tanzim est le nom d'un mouvement politique et d'une ancienne milice libanaise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Tanzim, qui portait le nom de « 7arakat al Arz, 7arakat moukawama Loubnaniah » au départ, nom caché qui cadrait avec son caractère discret qui le caractérisa tout au long de son existence, a été créé pour répondre à la menace que constituait le fusil palestinien au Liban, après la défaite de 1967, lorsque le pouvoir libanais s’est désisté de ses devoirs constitutionnels, à savoir la protection des citoyens et des institutions de l’État, et l’établissement de la souveraineté sur l’ensemble du territoire, et ce en violation de la Constitution, des usages et des lois internationales. L’emblème, lui fut créé en 1970 lors d’une expédition à Kfarchouba suite à un bombardement pour aider la population sinistrée.

Un groupe de 4 jeunes : Fawzi Mahfouz (dit Abou Roy, compagnon de Bachir Gemayel), Obad Zouein, Aziz Torbey et Samir Nassif ont été les pionniers du Tanzim, et n’ont pas arrêté leurs efforts depuis 1969 pour recruter et donner une préparation militaire[1] à tous les volontaires Libanais. Ils furent rejoints par une recrue de choix, Milad Rizkallah, qui a été un des plus performants par la suite.

En 1971, Dr Fouad Chémali et Me Georges Adouan intègrent les rangs du Tanzim, et très vite ils donnent une nouvelle impulsion stratégique au groupe en addition au démarrage tactique qu’il avait déjà fait.

Lors du début de la guerre de 1975, le Tanzim avait préparé plusieurs milliers de jeunes combattants aux rudiments de la guerre, et comptait plusieurs centaines de combattants qui relevaient directement de lui. C’est là que le nom « Tanzim » lui fut attribué, lorsqu’il commença à organiser les combattants sur différents fronts et quartiers, ces combattants relevaient d’organisations politiques ou non (Kataeb, Ahrar, Noumours, etc ...) ou étaient de simples volontaires de quartier. Ils se faisait un devoir d’être présents là ou le front avait besoin de boucher un trou. Cette spécialisation dans l’organisation amena le non de «  Tanzim ».

Le Tanzim avait la lourde tâche de défendre le secteur Tayyouné-Lourdes, où il a perdu des dizaines de martyrs, et était un des piliers du front de Kahalé.

Le Tanzim a également été très présent sur le front de Ouyoun el Simane en 1976, lors de la bataille de Karantina, du Bois de Boulogne qui leur coûta 7 martyrs, et surtout lors la bataille de Tal el Zaatar qui dura 2 mois et coûta la vie à 30 martyrs.

Le Tanzim a également participé aux batailles de Fayadyeh, ...

Le Tanzim a été le premier à rallier les Forces libanaises et à mettre tous ses effectifs sous le commandement de Bachir Gemayel, il a accompagné toute l’histoire des Forces Libanaises par ses combattants intégrés dans la troupe, et par sa participation continue au niveau du Conseil de Commandement.

En 1979, et pour honorer ses 135 martyrs, le Tanzim a érigé « Ghabet el Chahid » à Tabrieh, où un cèdre fut planté au nom de chacun de ses martyrs, avec une plaque commémorant le martyr au pied de chaque cèdre. Le site fut choisi à cause de sa beauté sauvage naturelle, mais aussi et surtout parce qu’il fut le berceau du Tanzim, en effet c’était là qu’eurent lieu tous les entraînements et les exercices militaires pour préparer les futurs résistants à l’art de la guerre. L’inauguration de ce site eut lieu en présence du Commandant en chef des Forces Libanaises Bachir Gemayel, le 17 juin 1979, qui planta à l’occasion un cèdre à l’entrée de la forêt en mémoire du Résistant Libanais inconnu, en même temps que les parents et camarades des autres 135 martyrs plantaient les autres cèdres.

Le Tanzim s’est toujours fait un point d’honneur de n’utiliser que la « Langue Libanaise » dans tous ses documents, c’est là une particularité qu’il est bon de relever.

Aujourd’hui le Tanzim est toujours vivant dans le cœur de tous ceux qui l’ont connu et aimé, et différents groupes qui en sont issus œuvrent toujours pour servir le Liban pour lequel leurs amis, camarades et parfois parents sont morts en martyrs.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. avec l'aide de (para)militaires étrangers, notamment français, dont Jean Kay

Lien externe[modifier | modifier le code]

Tanzim, mouvement de la résistance libanaise