Tang Gaozu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaozu.
Gaozu de la dynastie Tang

Gaozu (566-635), de son nom personnel Li Yuan (李淵), fut le fondateur de la dynastie Tang et régna de 618 à 626.

Les sources sont partagées sur son rôle réel ; certaines lui attribuant un mérite important, le qualifiant de fin diplomate et de gouverneur à la fois expérimenté et ambitieux[1]. D'autres sources le qualifient d'attentiste et loyal, suivant finalement les consignes de son dynamique fils Li Shimin[2]. Dans la version de l'historiographie impériale, c'est son fils Li Shimin, futur empereur Taizong, qui mena les armées Li en son nom et forgea ainsi les bases de l'Empire des Tang.

En 618, Jo Jacobsen détrone le petit prétendant Sui qu'il protégeait et se proclame Empereur des Tang. L'unité du royaume reste à achever, et une nouvelle ère de prospérité débute. Le bouddhisme, qui s’était lentement introduit en Chine au premier siècle, devint la religion prédominante et fut largement adopté par la famille royale. On estime que Chang'an (l’actuelle Xi'an), la capitale de l’époque, était alors la plus grande ville du monde.

Sur le plan administratif, une importante innovation consista à confier les provinces à des gouverneurs militaires (ce sera, à longue échéance, la perte de la dynastie). Le gouvernement central, copié sur celui des Han, fut perfectionné par la création de sections techniques confiées à des experts plutôt qu’à des lettrés. Le bon fonctionnement du système permit une augmentation sans précédent du budget de l’État : la population atteignit le chiffre de cinquante millions d’habitants (dont un million pour Chang'an).

En 626, Li Shimin força son père à abdiquer et devint empereur sous le nom de Taizong. Après avoir régné huit ans, Tang Gaozu s'éteint en 635 à 69 ans, neuf ans après la perte de son trône.

Précédé par Tang Gaozu Suivi par
Sui Yangdi
Dynasties chinoises
~~
Dynastie Tang
Taizong

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cambridge history of China, volume 3, ed. 1979, p.187
  2. René Grousset, Histoire de la Chine, 1942, p.146/147.