Tandis que j'agonise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir As I Lay Dying
Tandis que j'agonise
Auteur William Faulkner
Préface Valery Larbaud
Genre roman
Version originale
Titre original As I Lay Dying
Langue originale anglais
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de parution originale 6 octobre 1930
Version française
Traducteur Maurice-Edgar Coindreau
Lieu de parution Paris
Éditeur éditions Gallimard
Collection Du monde entier
Date de parution mai 1934
Chronologie
Précédent Le Bruit et la Fureur Sanctuaire Suivant

Tandis que j'agonise (titre original en anglais : As I Lay Dying) est le cinquième roman écrit par William Faulkner publié originellement aux États-Unis le 6 octobre 1930 et en français en 1934 aux éditions Gallimard.

Écriture du roman[modifier | modifier le code]

L'auteur prétendait avoir écrit Tandis que j'agonise en six semaines, sans changer un seul mot. Il en aura mis en fait dix : du 25 octobre, date de la première page manuscrite, au 11 décembre 1929[1],[2]. Le dactylogramme est fini le 12 janvier 1930 et le livre parait le 6 octobre[1]. Dès novembre 1931, l'accord de principe de publication en français est trouvé entre l'éditeur américain et Gaston Gallimard grâce à l'action de Maurice-Edgar Coindreau, traducteur français et professeur de littérature à l'université de Princeton. Les pourparlers quant aux détails de traduction (arrivée en février 1932), signature de contrat, ordre de publication — William Faulkner n'a alors jamais été publié en France et les éditions Gallimard hésitent à publier en premier Sanctuaire ou Tandis que j'agonise —, rédaction de la préface (Julien Green et André Maurois sont pressentis, ce sera finalement Valery Larbaud qui la rédigera), se déroulent au printemps 1932 avant un achevé d'imprimer du 30 avril 1934 et une publication dans les jours qui suivirent[1].

Le titre provient du Chant XI de L'Odyssée d'Homère quand Agamemnon déclare à Ulysse : « Je cherchai à lever les mains et les laissai retomber à terre, mourant (« As I Lay Dying »), percé du glaive ; et la chienne s'éloigna, sans avoir le cœur, quand je m'en allais chez Hadès de me fermer les yeux de ses mains et de me clore les lèvres. »

Le roman utilise la technique littéraire du courant de conscience. Les narrateurs sont multiples, les chapitres de longueur variable ; le chapitre le plus court est composé de seulement cinq mots : « Ma mère est un poisson ». Le roman, qui compte 59 chapitres et 15 narrateurs, se déroule dans le comté fictif de Yoknapatawpha dans le Mississippi.

Résumé[modifier | modifier le code]

Addie est en train de mourir et fait promettre à son mari, Anse Bundren, de l'enterrer parmi les siens dans le cimetière de Jefferson situé à plus de 40 miles de la ferme Bundren.

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Anse : chef, apparent, de famille, il s'est depuis longtemps construit un personnage de malade ou d'invalide. En dehors de la parole donnée à sa femme, il ne semble préoccupé que par l'achat d'un dentier.
  • Addie :
  • Cash : fils aîné du couple et membre le plus rationnel et réaliste de la famille. Bon charpentier, il fabrique au début du roman le cercueil de sa mère à la demande et sous les yeux de celle-ci.
  • Darl : deuxième fils d'Anse et Addie ; il apparaît au lecteur comme étant le personnage le plus intelligent ou, en tout cas, le plus sensible et objectif, alors que la population du village semble le considérer comme le plus étrange. Il est le narrateur le plus fréquent du roman, avec 19 chapitres. Il en est aussi le héros tragique, puisqu'il finit interné.
  • Jewel : troisième fils d'Addie, son père est le pasteur Whitfield. Sa relation avec Anse, son père légitime mais non biologique, est conflictuelle.
  • Dewey Dell : quatrième enfant d'Addie, est sa seule fille. Elle se retrouve enceinte sans être mariée et cherche à se faire avorter.
  • Vardaman : dernier enfant d'Addie. Le regard qu'il apporte au roman est celui d'un enfant. Peu après le décès de sa mère, il pêche un poisson qui dès lors se confond dans son esprit avec sa mère défunte.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Dès sa parution, Jean-Louis Barrault s'est déclaré bouleversé par ce roman et décide d'en faire une adaptation théâtrale. Le mimodrame intitulé Autour d'une mère est créé en juin 1935 au théâtre de l'Atelier et se joue durant une semaine ; Barrault tentera sans succès de remonter la pièce qui avait été très bien accueillie par la critique et contribua dans un deuxième temps au succès du roman en France[1].

L'acteur et réalisateur américain James Franco adapte le roman au cinéma dans le film As I Lay Dying, présenté en compétition dans la section « Un certain regard » lors du Festival de Cannes 2013. Quelques années auparavant, ce roman fut aussi à la base des thématiques et forces motrices du film Trois enterrements (2005) de Tommy Lee Jones qui reprend les éléments essentiels de l'œuvre de Faulkner.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Notice de Tandis que j'agonise, Bibliothèque de la Pléiade, éditions Gallimard, 1977, (ISBN 2-07-010806-10[à vérifier : ISBN invalide]), p. 1519-1534.
  2. « Tandis que j'agonise », entrée de l'Encyclopédie Universalis.