Taman (Russie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Taman.
Taman
Тамань
Blason de Taman
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Nord-Caucase
District fédéral Sud
Sujet fédéral Flag of Krasnodar Krai.png Kraï de Krasnodar
Code postal 353556
Code OKATO 03 251 825 001
Indicatif 86148
Démographie
Population 9 297 hab. (2002)
Géographie
Coordonnées 45° 13′ N 36° 43′ E / 45.217, 36.717 ()45° 13′ Nord 36° 43′ Est / 45.217, 36.717 ()  
Fuseau horaire UTC+04:00 (MSK)
Heure de Moscou
Divers
Fondation 1792
Statut Commune rurale
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Russie

Voir sur la carte administrative de Russie
City locator 14.svg
Taman

Géolocalisation sur la carte : Kraï de Krasnodar

Voir sur la carte administrative du Kraï de Krasnodar
City locator 14.svg
Taman

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte administrative de Russie européenne
City locator 14.svg
Taman

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte topographique de Russie européenne
City locator 14.svg
Taman
Sources
Liste des villes de Russie

Taman (en russe : Тамань) est une stanitsa du raïon de Temriouk, dans le kraï de Krasnodar, en Russie. Sa population était de 9 297 habitants en 2002.

La construction d'un port de marchandises international est projetée pour 2015 à quelques kilomètres au sud de la stanitsa, dans le village de Volna, soulevant les critiques de la population locale. Le pipeline de TogliattiAzot est en cours de construction.

Géographie[modifier | modifier le code]

Taman est située dans la péninsule de Taman.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les anciens Grecs y étaient établis au moins en 592 av. J.-C. dans un site appelé Hermonassa. L'anniversaire des 2 600 ans de la localité a été fêté le 4 septembre 2008 et une chapelle a été consacrée à cette occasion. La ville d'Hermonassa exista jusqu'au IVe siècle ap. J.-C.. Trois siècles plus tard, les Byzantins fondèrent le port de Tamatarkha qui fit partie du khanat des Khazars du VIIIe siècle au milieu du Xe siècle. Il semble qu'une communauté significative de Juifs y était établie, puisque les sources arabes la nommaient Samkouch-la-Juive (Samkouch-al-Iakhoud). La bourgade fut ensuite prise par la principauté proto-slave de Tmoutarakan qui contrôleient ainsi le Bosphore Cimmérien et le khanat fut vaincu par le prince Sviatoslav de Kiev en 965. La ville était alors un port slave animé qui commerce avec Constantinople et les villes du Pont-Euxin. Des communautés de Grecs, d'Adygues, de Russes, d'Arméniens, d'Alains, de Juifs s'y côtoyaient. La ville était entourée d'une muraille de briques et le prince Mstislav Vladimirovitch y fit construire une église dédiée à la Vierge. La ville tomba sous la domination des Coumans au XIIIe siècle, puis des Gênois au XIVe et XVe siècles (Matriga), puis des Turcs. Les Ottomans l'appelaient alors Taman.

L'historien suédois Johann Erik Tunmann (1746-1778), qui s'y rendit au XVIIIe siècle, décrit une population mêlée en majorité de Yasses (Adygues), suivis d'Arméniens, de Juifs, de Grecs, de Turcs, etc.[1].

Lorsque la Crimée devient russe, des cosaques Zaporogues fondèrent une nouvelle stanitsa en 1792 et une garnison des Cosaques de la mer Noire avec une flottille. Taman dépendait alors d'Akhtanizovskaïa. En 1793, ils construisirent une église dédiée à la Protection de la Mère-de-Dieu, la plus ancienne de la région. Il y avait au début du XIXe siècle 4 291 habitants, deux églises, deux écoles et une trentaine de commerces, tandis que nombre d'habitants vivaient de la pêche. On installa un poste télégraphique. Le bourg fut officiellement enregistré comme stanitsa indépendante en 1849.

La ville subit de violents combats en 1943, pour se libérer de l'occupation allemande. Un musée est ouvert dans la petite maison où Mikhaïl Lermontov séjourna pendant sa relégation, ainsi qu'un musée voué aux cosaques du Kouban.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Johann Erik Tunmann, Le Khanat de Crimée.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :