Talon aiguille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le film de Pedro Almodóvar, voir Talons aiguilles.
Botte à talon aiguille.

Le talon aiguille est une forme de talon mince et haut, généralement attribué aux chaussures et aux bottes, habituellement portées par les femmes. Ils varient originellement entre 2,5 centimètres (1 pouce) et 25 cm (10 po) voire plus lorsqu'une semelle compensée est incluse dans la fabrication. À la fin des années 1950 et au plus tôt des années 1960[1], la forme de leur pointe, conçue par des cordonniers italiens, ne dépassait pas 5 mm et cet accessoire de mode symbolisait l'élégance féminine. Les talons aiguilles modernes sont fabriqués à base d'un plastique moulé et possèdent généralement une tige ou un alliage en métal pour le renfort.

Le talon aiguille possède sa propre histoire, démontrée par des dessins fétichistes datant des années 1800 comme un fantasme sexuel. En Amérique du Nord, ce type de talon est dévoilé pour la première fois en 1953 sous le terme de stiletto, dérivé du mot latin stillus signifiant « instrument pointu »[2], ou « couteau » en italien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chaussure à talon aiguille, photographiée en 2008.

Historiquement, des dessins fétichistes datant des années 1800 démontrent le port du talon aiguille comme un fantasme sexuel[3],[4]. L'apparition du talon aiguille remonte aux années 1930[5], et sa conception est attribuée à plusieurs couturiers et fabricants[1],[6]. Les précurseurs des talons aiguilles sont possiblement les chopines, qui ont été à originellement confectionnées pour éviter tout contact avec la saleté au sol, et qui sont par la suite devenu un symbole de puissance et de statut social[7] ; et plus tard les chaussures à semelles compensées à la période d'avant-guerre durant les années 1940[7],[8]. Ces chaussures perdent cependant en popularité à la fin de la Seconde Guerre mondiale[9]. La réintégration des hommes à la vie civile signifie un retour de la domesticité, encourageant les femmes à retrouver leur place au foyer[9]. La mode met en avant la féminité et tout ce qui lui est lié, dont le talon aiguille[9]. En 1951, le styliste français Charles Jourdan décide d’amincir le talon de l'escarpin classique et de le rehausser à 8 cm de hauteur[1]. Cependant, il semble indirectement que l'inventeur du talon aiguille soit le styliste André Perugia, qui avait conçu des chaussures aux talons similaires portées par la chanteuse parisienne Mistinguett dans les années 1940[3],[5]. Les matériaux initialement utilisés pour la conception du talon aiguille impliquaient le bois et le plastique, mais leur résistance étaient mise à rude épreuve. De ce fait, en 1954, le chausseur Roger Vivier, qui travaillait à cette époque pour Christian Dior[10], eut l'idée d'insérer une tige en métal dans le talon afin de le rendre plus résistant[10],[11],[12] ; cette technique remplace rapidement le talon en bois[13]. Conçu à partir d'un talon Louis XV effilé vers le bas, le talon aiguille « termine la silhouette d'un coup de crayon », selon Viviers[13]. Kristin S. Wagner est également crédité dans le succès du talon aiguille à la mode[2].

Leur conception mise au point, les talons aiguilles se popularisent et se médiatisent à grande échelle durant les années 1950 et 1960[4]. Leur existence est pour la première fois dévoilée dans le magazine américain Daily Telegram le 10 septembre 1953 sous le terme de « stiletto »[6]. Ils s'épuisent quelques années plus tard aux alentours des années 1980 et 1990[4], avant de revenir dans le commerce au XXIe siècle[6]. Le talon aiguille gagne de l'ampleur à partir de l'année 2000 depuis que les jeunes filles ajoutent une petite touche de féminité en portant des vêtements du quotidien tels que les jupes ou les jeans[4],[14]. L'italien Salvatore Ferragamo, chausseur de stars d'Hollywood, retravaille le talon aiguille qui prend encore de la hauteur ; des talons de 12 cm font leur apparition[13]. Des vedettes américaines telles que Gina Lollobrigida, Ava Gardner et Marilyn Monroe adoptent ce type de talon et ont également contribué à sa popularisation[13].

Néanmoins, ils suscitent de nombreuses controverses et critiques négatifs dans les années 1960. Pour certains féministes, ce type de talon indiquait un stéréotype sexuel et dominateur pour les hommes envers les femmes[6], ainsi qu'un « objet de fantasmes », bien qu'ils attribuent une silhouette plus fine et élancée à celles qui les portent[1]. Le port de talons aiguilles dans certains lieux publiques était interdit car ils causaient de nombreux dégâts physiques sur les sols[6]. Suite à la conception de la minijupe durant les années 1960, les bottes à talons aiguilles font leur apparition[6]. De plus, les talons aiguilles sont considérés comme une icône fétichiste[4], car ils représentent un aspect chic et dominateur attribué aux « femmes fatales » et aux dominatrices[3],[15].

Image[modifier | modifier le code]

Les talons donnent l'illusion optique d'une jambe plus longue et plus mince, ainsi que d'un petit pied, et une plus grande hauteur. Ils modifient également la posture, la démarche, la flexion des muscles du mollet[4],[3]. Ils font aussi un buste et des fesses plus proéminentes[3].

Désavantages[modifier | modifier le code]

En plus des inconvénients posturaux secondaire aux talons hauts, Les talons aiguilles transmettent une grande quantité de poids dans un espace restreint, et sont donc souvent renforcés par un tube de métal, dans lequel est inséré un métal ou un plastique dur. La grande pression transmise par un tel talon[16] peut causer des dégâts physiques aux sols sensibles[6].

Médias[modifier | modifier le code]

Il existe un concours dans lequel des femmes, ou jeunes filles, doivent faire la course en talons aiguilles, nommé Stiletto Races[3]. Le magazine Glamour sponsorise ce type de course en Allemagne et ces courses prennent place dans le monde entier[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (fr) « Les talons aiguilles : une invention révolutionnaire » (consulté en 26 août 2010)
  2. a et b (en) Ginika Agbim, « The stiletto’s walk through history », sur Studlife,‎ 13 février 2009 (consulté le 16 avril 2013)
  3. a, b, c, d, e, f et g (en) « Stiletto Heels: Still Fashionable After All These Years » (consulté en 21 février 2013)
  4. a, b, c, d, e et f (en) Puglucy, « The History of the Stiletto Shoe », sur Puglucy (consulté en 21 février 2013)
  5. a et b (en) Janis Middleton, « History Lesson: The origin of the stiletto heel », sur Examiner,‎ 11 mai 2010 (consulté en 21 février 2013)
  6. a, b, c, d, e, f et g (en) « Dangerous Elegance. A History of High-Heeled Shoes », sur Random History (consulté en 21 février 2013)
  7. a et b (en) Mamta Badkar, « The Stiletto Story », sur verveonline.com,‎ juin 2008 (consulté le 16 avril 2013)
  8. (fr) « L'histoire du « Talon-Aiguille » », sur talon-aiguille.ch (consulté le 16 avril 2013)
  9. a, b et c (fr) « La vogue le talon aiguille », sur allaboutshoes.ca (consulté le 16 avril 2013)
  10. a et b (fr) Marie Fournier, « Les talons aiguille : outil de séduction », sur Come4news,‎ 15 août 2011 (consulté en 21 février 2013)
  11. L'architekt, « Petite histoire des talons hauts et des talons aiguilles »,‎ 13 juillet 2012 (consulté en 21 février 2013)
  12. (en) « Italian Style: L'histoire du talon », sur Life In Italy (consulté en 28 août 2013)
  13. a, b, c et d (fr) « Talons aiguilles, vertige des hauteurs », sur Nouvel observateur,‎ 28 août 2011 (consulté le 16 avril 2013)
  14. (fr) Colette Mainguy, « Talons aiguilles, vertige des hauteurs », Mode, sur obsession.nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur,‎ 25 août 2011 (consulté le 24 juillet 2012)
  15. (en) « Stilettos: the quintessential fetish object » (consulté en 21 février 2013)
  16. (en) « Pressure Under High Heels » The Physics FactBook. Le 26 juillet 2006.

Articles connexes[modifier | modifier le code]