Tallipot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le tallipot (Corypha umbraculifera) est un palmier géant de la famille des Arecaceae. Il appartient au genre Corypha. On le trouve principalement en Inde (Karnataka, Kérala), au Sri Lanka et en Asie tropicale.

Étymologie : le terme de tallipot est emprunté au malay ālam tālipat, hindi tālpāt, du sanscrit tālapattra « feuille de tala », composé de tāla « palmier » et pattra « feuille ». En anglais, on écrit talipot avec un seul l.

Description[modifier | modifier le code]

La hauteur de ce géant peut atteindre 20 à 25 mètres pour un diamètre de la couronne de 15 mètres. Le stipe lui aussi énorme, atteint 2 mètres de diamètre et reste couvert à la base des bases de pétioles.

Les feuilles portées par un pétiole denté, de 4 mètres ont un limbe de 3 à 5 mètres, costapalmé. Le poids d'une de ses immenses feuilles peut atteindre 50 kg.

Il ne fleurit qu'une seule fois au bout de 30 à 80 ans puis meurt : c'est une plante dite monocarpique ou hapaxanthe. La durée de vie dépend des conditions climatiques et édaphiques. Il produit alors la plus importante floraison de tous les palmiers. L'inflorescence peut atteindre 6 à 8 mètres de hauteur et porte des centaines de milliers voire des millions de fleurs.

Les fruits sphériques ont la taille d'une balle de golf. Il faut un an pour qu'elles atteignent la maturité.

Écologie[modifier | modifier le code]

Originaire d'Inde (Karnataka et Kérala) et du Sri Lanka, le tallipot est un palmier qui pousse préférentiellement dans les zones relativement sèches de basses altitudes[1].

Il est cultivé en Inde, au Sri Lanka, dans l'Asie du Sud-Est et en Chine, uniquement en zone tropicale. Des sujets peuvent être admirés au jardin botanique de Pamplemousses à Maurice.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Au Sri Lanka, ses feuilles ont servi à fabriquer des supports à l'écriture. Ses folioles après avoir suivi une préparation élaborée, sont faciles à graver et se conservent remarquablement bien en climat tropical. On désigne en français ces feuillets employés pour l’écriture des manuscrits de l’Inde et des pays indianisés du Sud-Est asiatique, par le terme de ôle ou olle depuis la fin du XVIIe siècle, par emprunt au tamoul ölei signifiant « feuille ». Divers espèces de palmiers ont été utilisées suivant les régions[2]. Les folioles étaient gravés recto-verso par des moines copistes à l'aide d'un stylet métallique affûté[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pierre-Olivier Albano, La connaissance des palmiers. Culture et utilisation, Edisud,‎ 2002
  2. BNF

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :