Takna Jigme Sangpo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Takna Jigme Sangpo

Takna Jigme Sangpo ou Takna Jigme Zangpo (tibétain : སྟག་སྣ་འཇིགས་མེད་བཟང་པོWylie : stag sna 'jigs med bzang po né en 1926 à Chushul au Tibet) a passé 37 ans dans la prison chinoise de Drapchi à Lhassa, Tibet comme prisonnier politique[1]. Initialement emprisonné en 1965, il a été relâché de la prison pour raison médicale le 31 mars 2002 a l'âge de 76 ans[2],[3]. Il a été emprisonné à la prison de Drapchi[2].

Takna Jigme Sangpo a exercé le métier d’instituteur à Lhassa depuis 1952, date où le 14e Dalaï Lama était encore au Tibet. Il a été initialement condamné à trois ans de « rééducation par le travail » en 1965 officiellement parce que, en tant qu’enseignant, il avait exposé des étudiants à la punition corporelle[2]. Il a effectué une peine supplémentaire de 10 ans à partir de 1970 comme punition pour « activités politiques[2] ».

En 1983, il a reçu une condamnation de 15 ans et 5 ans de privation de ses droits civils et politiques pour « divulgation et incitation à la propagande contre-révolutionnaire » après qu’il a été vu collant une affiche qu’il avait écrite lui-même sur le mur du temple de Jokhang à Lhassa le 12 juillet 1983[2]. Cette peine a été allongée de 5 ans après qu’il a crié des « slogans réactionnaires » à Drapchi le 1er décembre 1988[2].

Le 6 décembre 1991, il a été battu selon certaines sources, a été maintenu en isolement cellulaire pendant 6 semaines, et sa peine fut prolongée de 8 ans pour avoir crié « Tibet Libre » pendant une visite à la prison de Drapchi de l'ambassadeur de la Suisse en Chine[2].

Après son implication dans la manifestation de la prison de Drapchi du 1er mai au 4 mai 1998, il a été maintenu en isolement cellulaire[2].

Alors qu’il était emprisonné, il a continué à manifester pour un Tibet libre, c’est pourquoi il a reçu des peines de prison supplémentaires de nombreuses années. Malgré son âge avancé et ses années de prison, il a continué à encourager ses compatriotes tibétains dans leur lutte pour la liberté[4]. Un rapport publié en avril 2002 l'a décrit comme « un des prisonniers politiques les plus résolus et intransigeants de Drapchi. . . extrêmement respecté par les autres prisonniers politiques[2] ».

Il a été libéré le 31 mars 2002, et sera autorisé à se rendre à Washington le 13 juillet 2002 et s'installera en Suisse en août 2002, où il a obtenu l'asile politique.

John Kamm, directeur de la Fondation Dui Hua basée à San Francisco, a été impliquée dans les négociations pour la libération de Takna Jigme Sangpo[5],[6].

En 2005, il est l'un des signataires d'une plainte pour génocide et crime contre l'humanité déposée par le Comite de Apoyo al Tibet, la Casa del Tibet et Thubten Wangchen[7].

Le 24 janvier 2014, l'association Gu-Chu-Sum Mouvement du Tibet publie sa biographie en tibétain [མི་ཚེའི་མྱོང་ཚོར།] écrite par Lachap Jimpa, lui-même ancien prisonnier politique et membre de l'association. La publication est annoncé en présence de Lobsang Sangay, Drongchung Ngodup Tsering, et Jamyang Soepa [8]


Références[modifier | modifier le code]

  1. "Takna Jigme Sangpo addresses the media in Dharamsala," The Office of Tibet
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Longest serving Tibetan political prisoner Jigme Zangpo released (TIN)
  3. "News" International Campaign for Tibet
  4. Herzog, W. (Producer/Director). (2003). Wheel of Time [Motion picture]. Germany: Werner Herzog Filmproduktion
  5. En Chine, les hommes d’affaires peuvent jouer un rôle important
  6. Mon journal de Chine : Kamm
  7. (en) TYC Press Release, Phayul.com, 10 juillet 2005
  8. (en) Biography of Takna Jigme Sangpo released, Tibet Sun

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]


Précédé par Takna Jigme Sangpo Suivi par
'Abd al-Majid Nimer Zaghmout
Prisonnier politique ayant accompli la peine la plus longue au monde
15 février 2000 - 31 mars 2002
-