Takht Patna Sahib

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La façade du Takht de Patna.


Le Takht Patna Sahib dénommé aussi Takht Sri Harimandar Sahib (hindi : तखत श्री पटना साहिब ; punjabi : ਤਖ਼ਤ ਸ੍ਰੀ ਪਟਨਾ ਸਾਹਿਬ) est un des cinq temples les plus importants du sikhisme; il est un des cinq sièges de l'autorité sikhe, un des cinq Takhts.

Guru Nanak, le gourou fondateur du sikhisme serait resté dans cette ville trois mois; il savait qu'à une époque, elle avait beaucoup compté dans la culture hindoue. Il a été accueilli par un homme pieux, Jaita, qui a transformé sa maison pour recevoir les sikhs priant. L'endroit s’appelait alors Bari Sangat ou Gai Ghat Sangat. Aujourd'hui il porte le nom de Gurdwara Pahila Bara Gait Ghat ou Gurdwara Gai Ghat et a en relique une meule de la femme de Guru Tegh Bahadur : Mata Gujari, et un rebec, un instrument de musique à cordes de Mardana, un écrivain, compagnon du premier gourou. En 1666 Guru Tegh Bahadur est venu aussi voir la communauté sikhe.

La pièce principale du culte du Takht Sri Patna Sahib, là où est né le dixième gourou du sikhisme.

Et le 22 décembre de la même année Guru Gobind Singh est né à Patna. Il y a passé une partie de son enfance. Le premier gurdwara a été établi par le Maharaja Ranjit Singh. Entre le XVIIe siècle et le XXe des modifications avaient été faites au lieu initial de la naissance du Guru. Un tremblement de terre en 1934 a endommagé l'ensemble en place. Le Takht actuel a été construit par San Nischal Singh et Sant Kartar Singh, il a été fini en 1957. La pièce centrale et principale représente l'endroit où Guru Gobind Singh est né. De l'or et du marbre parent le temple. Beaucoup de reliques comme des sandales en bois, un vieil habit, un peigne, de nombreuses armes sont conservés dans le temple. Les responsables du temple sont regroupés au sein d'un comité de 15 membres choisis et élus par différentes instances[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. The Encyclopaedia of Sikhism dirigée par Harbans Singh, tome III, p. 325-326, (ISBN 8173803498)

Voir aussi[modifier | modifier le code]