Takehisa Kosugi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Takehisa Kosugi (小杉 武久, Kosugi Takehisa?), né le 14 mars 1938, est un compositeur et violoniste japonais associé au mouvement Fluxus.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kosugi étudie la musicologie à l'université des arts de Tokyo dont il est diplômé en 1962.

Kosugi est probablement surtout connu pour la musique expérimentale qu'il créée de 1960 à 1975, d'abord dans les années 1960 avec l'ensemble de sept membres du groupe Ongaku (グループ·音楽, « groupe de musique »?) basé à Tokyo et par la suite en tant qu'artiste solo et avec l'octuor itinérant Taj Mahal Travellers (en) (1969-1975). Le principal instrument de Kosugi est le violon, dont il envoie le son à travers différents chambres d'écho et d'effets pour créer une musique bizarre faites de secousses, tout à fait en désaccord avec les bourdons d'autres artistes plus connus de Fluxus comme Tony Conrad, John Cale et Henry Flynt.

En 1963 Takehisa Kosugi compose pour Fluxus 1 une pièce intitulée Musique de théâtre sous la forme d'un rectangle de carton portant la trace d'une spirale de pieds en mouvement avec l'instruction : « Continuez à marcher attentivement ».

Depuis 1978, Kosugi est directeur musical de la compagnie de danse Merce Cunningham et vit à Osaka, au Japon. Sa carrière au sien du Groupe 1960 Ongaku est largement expliquée dans l'essai de 32 pages « expérimental Japon » qui figure dans le livre Japrocksampler (en) (Bloomsbury, 2007), écrit par l'auteur / musicien / occultiste Julian Cope . Le livre propose également une biographie détaillée de 12 pages du Taj Mahal Travellers de Kosugi, dont Julian Cope décrit la musique comme un « rappel du gréement grinçant de la Mary Céleste sans pilote ». Selon Cope, le plus beau travail de Kosugi est l'album solo Catch-wave paru en 1975 chez (CBS/Sony).

Kosugi a reçu des subventions du 3e Fonds JDR en 1966 et 1977. Il a également reçu en 1981 une subvention de bourse DAAD pour résider à Berlin.

Kosugi reçoit en 1994 un prix musical John Cage de la « Fondation pour les arts scéniques contemporains ».

Pièces[modifier | modifier le code]

  • 1961 : Anima 1
  • 1961 : Micro 1
  • 1962 : Organic Music
  • 1962 : Anima 2
  • 1962 : Chironomy 1
  • 1962 : Ear Drum Event
  • 1962 : South no 1
  • 1963 : Theater Music
  • 1963 : Malika 5
  • 1964 : To W
  • 1964 : South no 2
  • 1964 : Anima 7
  • 1965 : South no 3
  • 1965 : Tender Music
  • 1965 : Film & Film no 4
  • 1965 : Instrumental Music
  • 1966 : Piano
  • 1966 : Music G
  • 1967 : Éclipse
  • 1967 : Catch-Wave
  • 1971 : South no 5
  • 1971 : Catch-Wave '71
  • '1972 : 'Piano-Wave-Mix
  • 1972 : Heterodyne
  • 1974 : Wave Code #e-1
  • 1976 : Numbers/Tones
  • 1976 : S. E. Wave/E. W. Song
  • 1979 : South no 8
  • 1979 : Interspersion
  • 1980 : Untitled Piece
  • 1980 : Interspection for 54 Sounds
  • 1981 : Cycles
  • 1981 : : Cycles for 7 Sounds
  • 1982 : The Fly
  • 1983 : Walking
  • 1983 : Intersection
  • 1984 : Spacings
  • 1984 : Melodies
  • 1986 : Assemblage
  • 1987 : +-
  • 1987 : 75 Letters and Improvisation
  • 1987 : Rhapsody
  • 1988 : Loops no 1, no 2
  • 1989 : Spectra
  • 1989 : Violin Improvisations CD
  • 1990 : Module
  • 1991 : Streams
  • 1991 : Modulation
  • 1991 : Islands
  • 1992 : Reflections
  • 1992 : Metal Interspersion
  • 1993 : Transfigurations
  • 1993 : Streams
  • 1993 : Zoom
  • 1994 : Streams no 2
  • 1996 : Imitated Summer
  • 1996 : Illuminated Summer
  • 1997 : Tetrafeed
  • 1997 : Wave Code A-Z

Performances en festivals[modifier | modifier le code]

  • Festival d'Automne (Paris, 1978, 1979)
  • The Festival at La Sainte-Baume (1978, 1979, 1980)
  • The Holland Festival (1979)
  • Opening Concert (Rome, 1980)
  • Workshop Freie Musik (Berlin, 1984)
  • Pro Musica Nova (Brème, 1984)
  • Almeida International Festival of Contemporary Music (Londres, 1986)
  • Welt Musik Tage `87 (Cologne, 1987)
  • Experimentelle Musik (Munich, 1986, 1988)
  • Inventionen (Berlin, 1986, 1989, 1992)
  • Biennale d'art contemporain (Lyon, 1993)

Installations sonores[modifier | modifier le code]

  • Für Augen und Ohren (Berlin, 1980)
  • Écouter par les yeux (Paris, 1980)
  • Soundings at Purchase (New York, 1981)
  • New Music America Festival (Washington, 1983)
  • Im Toten Winken (Hambourg, 1984)
  • Klanginstallationen (Brème, 1987)
  • Kunst als Grenzbeschreitung: John Cage und die Moderne (Munich, 1991)
  • Iventionen (Berlin, 1992)
  • Musik Tage (Donaueschingen, 1993)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]