Takayoshi Kido

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Takayoshi Kido est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Kido, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).

Kido Takayoshi (木戸 孝允?), né le - mort le , était un homme politique japonais pendant la fin du shogunat Tokugawa et l'ère Meiji. Il a grandement participé à l'avènement de la restauration Meiji. Kido est, avec Saigô Takamori et Ôkubo Toshimichi, l'un des trois grands nobles de la restauration (維新の三傑, ishin no sanketsu?). Il se faisait appeler Niibori Matsusuke quand il luttait contre le shogun, et est aussi connu sous le nom de Katsura Kogorô.

Statue de Kido Takayoshi (Katsura Kogoro)

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Kido est né à Hagi, sur le domaine de Chōshū. Son père Wada Masakage (和田 昌景?) était le médecin du domaine. À l'âge de 7 ans, Kido est adopté par la famille Katsura et gardera le nom de Katsura Kogorô (桂小 五郎?) jusqu'en 1865. Il reçoit une éducation à l'académie Yoshida Shôin, de laquelle il retirera une philosophie de loyauté à l'Empereur.

En 1852, il va étudier le maniement des armes à Edo, se lie aux samurai radicaux du domaine de Mito, apprend les techniques d'artillerie avec Hidetatsu Egawa et, après avoir observé la construction de navires étrangers à Nagasaki et Shimoda, rentre à Chōshū superviser la construction du premier navire de guerre à l'occidentale du domaine.

Renversement des Tokugawa[modifier | modifier le code]

Après 1865, Kido est basé à la résidence domaniale à Edo où il sert de liaison entre la bureaucratie du domaine et les éléments radicaux parmi les jeunes samurai de basse classe qui supportent le mouvement Sonnō jōi. S'étant attiré la méfiance du shogunat en raison de ses liens avec les loyalistes de Mito suite à la tentative d'assassinat d'Andō Nobumasa, il est transféré à Kyoto. Cependant, alors qu'il se trouve à Kyôto, il se révèle incapable d'empêcher le coup d'État du par les forces des domaines d'Aizu et de Satsuma, qui expulsent les troupes de Chōshū hors de la ville. Il est impliqué dans la tentative ratée de Chōshū du de reprendre le contrôle de la ville et est forcé de se cacher avec une geisha du nom de Ikumatsu qui deviendra plus tard sa femme.

Suite à la prise de contrôle de la politique de Chōshū par des éléments radicaux menés par Takasugi Shinsaku, Kido joue un rôle dans la formation de l'alliance Satchô qui se révèlera capitale lors de la guerre de Boshin et de la restauration Meiji.

Homme politique du gouvernement de Meiji[modifier | modifier le code]

À la chute du bakufu des Tokugawa, Kido joue un grand rôle dans l'établissement du nouveau gouvernement de Meiji. En tant que sangi (conseiller impérial), il contribue à ébaucher la Charte du serment et met en œuvre une politique de centralisation et de modernisation. Il aide également à diriger l'abolition du système des han.

En 1871, il accompagne la mission Iwakura dans son voyage autour du monde aux États-Unis et en Europe, et s'intéresse spécialement à la politique et aux systèmes éducatifs occidentaux. À son retour au Japon, il devient un grand avocat de la mise en place d'un gouvernement constitutionnel. Réalisant tout comme Ôkubo Toshimichi que le Japon n'est pas en mesure de rivaliser avec les puissances occidentales dans son état actuel, les deux hommes retournent au Japon juste à temps pour empêcher l'invasion de la Corée (Seikanron).

Kido perd sa position dans l'oligarchie de Meiji au profit d'Ôkubo Toshimichi, et se retire du gouvernement en signe de protestation contre l'expédition de Taïwan de 1874 de 1874, à laquelle il s'était catégoriquement opposé.

Suite à la conférence d'Osaka de 1875, Kido accepte de revenir dans le gouvernement, et devient secrétaire de l'Assemblée des gouverneurs préfectoraux, assemblée crée lors de la Conférence d’Osaka.

Il meurt de mort naturelle à 43 ans seulement au cours de la rébellion de Satsuma de 1877.

Postérité[modifier | modifier le code]

Les journaux intimes de Kido révèlent un conflit intérieur intense entre sa loyauté à son domaine de Chōshū et l'intérêt encore plus grand du pays. Il y mentionne souvent comment il a à se défendre chez lui des rumeurs le qualifiant de traître envers ses anciens amis ; la notion de nation est alors relativement nouvelle au Japon, et donc la majorité des samurai se souciaient davantage de conserver le plus de privilèges possible pour leur propre domaine.

Le petit-fils de sa sœur cadette était le politicien de Tokyo, Kōichi Kido (木戸幸一)

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Dans l'OVA de Kenshin le vagabond "Confiance et trahison", Katsura est le seigneur de Kenshin quand il n'est encore qu'un assassin. L'acteur qui lui prête sa voix (seiyû) est Tomokazu Seki.

Kido Takayoshi (Katsura Kogorô) apparaît aussi dans l'anime Shura no Toki, et a servi d'inspiration pour le personnage de Katsura dans Gintama.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. Akamatsu, Paul. Meiji 1868: Revolution and Counter-Revolution in Japan. Trans. Miriam Kochan. New York: Harper & Row, 1972.
  2. Beasley, W. G. The Meiji Restoration. Stanford: Stanford University Press, 1972.
  3. Beasley, W. G. The Rise of Modern Japan: Political, Economic and Social Change Since 1850. St. Martin's Press, New York 1995.
  4. Craig, Albert M. Chōshū in the Meiji Restoration. Cambridge: Harvard University Press, 1961.
  5. Jansen, Marius B. and Gilbert Rozman, eds. Japan in Transition: From Tokugawa to Meiji. Princeton: Princeton University Press, 1986.