Taiping guangji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grand Recueil de l'ère de la Grande Paix
Directeur de publication Li Fang
Version originale
Titre original Taiping guangji
Langue originale chinois
Pays d'origine Chine
Date de parution originale 981
Version française

Le Grand Recueil de l'ère de la Grande Paix (chinois 太平廣記) ou Taiping guangji est un recueil de récits en langue classique chinoise, compilés par Li Fang sous les Song du Nord (l'ère de la paix étant les années 976-984). Il a été imprimé en 981.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le Taiping guangji est un recueil de récits allant des Han au Song, la plupart datant des Six Dynasties et des Tang. Il est composé de cinq cents juan (rouleaux ou livres)[1].

Il comprend des nombreux contes taoïstes, bouddhiques et surnaturels à propos des dieux, immortels, fantômes et créatures éthérées et leurs rencontres avec les hommes.

Les récits de la période Tang relèvent du genre nommé chuanqi (傳奇).

Il est l'un des quatre grands livres des Song.

Ce genre littéraire étant perçu comme futile, il est exclu de la gigantesque compilation Siku Quanshu commencé en 1772[2].

Composition[modifier | modifier le code]

Les livres 316 à 355 sont consacrés au fantômes et démons.

Chuanqi remarquables[modifier | modifier le code]

Traduction[modifier | modifier le code]

  • Aux portes de l'enfer. Récits fantastiques de la Chine ancienne, trad. Jacques Dars, Philippe Picquier, 1984, rééd. 1997.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Dars, « préface-paratonnerre » à Aux portes de l'enfer, p. 19.
  2. André Lévy, La Littérature chinoise ancienne et classique, Presses universitaires de France, « Que sais-je ? », 1991, p. 90.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Solange Cruveillé, « Études et traductions occidentales sur le Taiping Guangji 太平广记 (Vaste recueil de l'ère de la Grande Paix) », Impressions d'Extrême-Orient, numéro 2, 2011 [lire en ligne]