Taihei Imamura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Taihei Imamura (今村 太平, Imamura Taihei?, 21 août 1911 - 26 février 1986) est un critique de cinéma et théoricien japonais de l'analyse de film.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de la préfecture de Saitama, Taihei Imamura fréquente l'université de commerce de Kobe (prédécesseur de l'université de Kobe) mais la quitte avant d'obtenir son diplôme[1]. En 1935, il participe à la fondation du dojinshi de cinéma Eiga shūdan (film collectif). Écrivant d'un point de vue de gauche, il est un ardent défenseur des aspects réalistes du cinéma et donc un champion du cinéma documentaire[1]. Il est également le premier au Japon à entreprendre une étude approfondie de l'image animée. Après la Seconde Guerre mondiale il est éditeur des journaux Eiga bunka (« Culture du cinéma ») et Eizō bunka (« Culture de l'image »)[1]. Dans la dernière partie de sa vie il rédige une étude consacrée au romancier Naoya Shiga. Il a publié 27 ouvrages durant sa carrière[2].

Des réalisateurs d'Anime tel qu'Isao Takahata ont exprimé leur dette à l'égard d'Imamura[3] et le Studio Ghibli a réédité Manga eigaron, son livre sur l'animation.

Publications (sélection)[modifier | modifier le code]

  • (ja) Taihei Imamura, Manga eigaron, Tokuma Shoten,‎ 2005 (ISBN 978-4-19-862100-1)
  • Taihei Imamura, « A Theory of the Animated Sound Film », Review of Japanese Culture and Society, vol. 22,‎ décembre 2010, p. 44–51
  • Taihei Imamura, « A Theory of Film Documentary », Review of Japanese Culture and Society, vol. 22,‎ décembre 2010, p. 52–59

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (ja) « Imamura Taihei », Kōdansha (consulté le 7 janvier 2011)
  2. List of Imamura's publications on Japanese Wikipedia entry
  3. Hauru no ugoku shiro (en japonais)

Référence[modifier | modifier le code]

  • Driscoll, Mark (2002). From Kino-Eye to Anime-eye/ai: The Filmed and the Animated in Imamura Taihei's Media Theory, Japan Forum 14.2 (September 2002): pp. 269-296.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]