Taher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Taher
Vue générale sur la commune de Taher
Vue générale sur la commune de Taher
Noms
Nom algérien الطاهير
Nom kabyle Ahir
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Kabylie Orientale
Wilaya Jijel
Daïra Taher
(chef-lieu)
Président de l'APC Hafid Boumahrouk[1] (RND)
2012-2017
Code postal 18200 - 18002
Code ONS 1805
Démographie
Gentilé Tahirti (e)
Population 77 367 hab. (2008[2])
Densité 1 193 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 46′ 19″ N 5° 53′ 54″ E / 36.7720039, 5.898210536° 46′ 19″ Nord 5° 53′ 54″ Est / 36.7720039, 5.8982105  
Altitude 47 m
Superficie 64,86 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Jijel
Localisation de la commune dans la wilaya de Jijel

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Taher

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Taher

Taher est une commune algérienne de la wilaya de Jijel, située à 18 km à l'est du chef-lieu.

Deuxième ville de la wilaya après Jijel, Taher en est le pôle économique, avec la zone industrielle d'Ouled Salah, la centrale électrique d'Achouat, l'aéroport Ferhat Abbas et le port de Djen Djen.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Taher se situe au nord de la wilaya de Jijel, sur le littoral méditerranéen, où se trouvent le port de Djen Djen et la plage de Bazoul.

Elle est limitrophe des communes de Chahna, d’Ouadjana, de Chekfa et d'Emir Abdelkader.

Communes limitrophes de Taher
Emir Abdelkader Mer Méditerranée Chekfa
Emir Abdelkader Taher Chekfa
Emir Abdelkader Ouadjana,Chahna Chahna

Relief, géologie, hydrographie[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La route nationale 43 ainsi que le chemin de fer reliant la ville de Jijel à celle Constantine traversent la commune de Taher 5 km au nord du centre ville à proximité du port de Djen Djen et à travers la localite de Bazoul.

La commune est également dotées de grandes infrastructures des transports aérien, ferroviaire et maritime :

  • Aéroport international de Ferhat Abbas : à 3 km au nord-ouest du centre-ville de Taher. Il assure des vols quotidiens vers la ville d'Alger ainsi que des vols vers la France.
  • Port de Djen Djen : à 5 km au nord
  • Gare ferroviaire de Bazoul : 5 km au nord-est.

Le transport urbain et avec les localités avoisinantes est principalement assuré par des minibus.

Port de Djen Djen, Taher
Gare routière de Taher
Aeroport Farhat Abbas

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

À sa création dans ses limites actuelles en 1984, la commune est composée de vingt-deux localités[3] :

  • Aïn El Hammam
  • Bazoul
  • Belmamouda
  • Beni Metrane
  • Bouachir
  • Bouazzem
  • Boubzrène
  • Boulzazène
  • Dar El Oued
  • Dekkara
  • Demina
  • El Kedia
  • Laajarda
  • Lahjara
  • Merdj El Bir
  • Ouled Salah
  • Ouled Souici
  • Oum Djelal
  • Tablat
  • Taher
  • Thar Ouassaf
  • Tleta

Les agglomérations secondaires de Dekkakra, Dmina et Thar Ouassaf ont ensuite été intégrées dans l'agglomération du chef-lieu[4].

Actuellement, hors de la ville de Taher, les principales agglomérations de la commune sont Bazoul, Beni Metrane, Tlata, Bouachir et Redjla[4].

Bazoul, Taher

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

La ville actuelle est située sur le site d'un ancien village datant l'époque ottomane.

Elle a été construite sur les terres des autochtones chassés dans les montagnes avoisinantes après la révolte de 1871 (voir révolte des Mokrani) du temps de la colonisation de l'Algérie par la France, après l'expropriation de la population, notamment : de la plaine de l'oued Djen Djen, Telata; les Ouled Bel Afou, Oued Nil, Beni Afar, Beni Siar et des alentours immédiats de l'actuelle ville[réf. nécessaire].

À la fin du XIXe siècle, Taher devient le chef-lieu d'une commune mixte, plus étendue que l'actuelle commune de Taher, puisqu'elle incluait les communes actuelles de Chahna (à l'époque siège d'un douar) et d'Ouadjana, notamment le hameau de Bouafroune[5] où en 1899 naît Ferhat Abbas.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2008 : 77 367 d’habitants (dont 38 059 femmes et 39 307 hommes) avec un taux d’accroissement de 1,5 %.
Le recensement de 2008 compte 77 367 habitants de la commune, dont 59 250 personnes agglomérées dans le chef-lieu, 16 706 habitants des agglomérations secondaires et 1 411 habitants des zones éparses[6].

Ville de Taher

Économie[modifier | modifier le code]

La commune de Taher possède une double vocation : l'industrie et l’agriculture. Ces principales infrastructures économiques sont :

  • La zone industrielle d'Ouled Salah comportant notamment l'usine du verre "Africaver".
  • La centrale électrique d'Achouat ( 630 MW)
  • L'usine de briques d'Achouat
  • La gare ferroviaire de Bazoul
  • L'aéroport international Ferhat Abbas
  • Le port de Djen Djen avec une capacité de 4,5 Millions de tonnes/An et d'une superficie de 104 ha[7]

Elle renferme également de vastes terrains agricoles sur les rives des oueds de Nil et de Djen Djen consacrés principalement à la serriculture

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Le maire de la commune est le président de l’Assemblée populaire communale (APC).

Liste des présidents de l'APC
Période Identité Étiquette Qualité
2002 2007 Ammar Boulassel RND P/APC
2007 2012 Mohamed Fettane RND P/APC
2012 2017 Hafid Boumahrouk RND P/APC
Siège de la Maire, Taher

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jijel Info
  2. Recensement 2008 de la population algérienne, wilaya de Jijel - Site de l'ONS [PDF]
  3. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Jijel, page 1522.
  4. a et b Achour Cheurfi, Dictionnaire des localités algériennes : villes, villages, hameaux, qsars et douars, mechtas et lieux-dits, Alger, Casbah Éditions,‎ 2011, 1213 p. (ISBN 9789961643365), p. 1057.
  5. Cf. Bientôt un mémorial de Ferhat Abbas sur le site de L'Écho de Jijel, 30 décembre 2008.
  6. Recensement 2008 de la wilaya de Jijel : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion.
  7. « Zone Industrielle de Bellara »
  8. Bientôt un mémorial de Ferhat Abbas.

Sur les autres projets Wikimedia :