Tahar Haddad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tahar Haddad
الطاهر الحداد

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Tahar Haddad

Naissance 4 décembre 1899
Tunis, Drapeau de la Tunisie Tunisie
Décès 7 décembre 1935 (à 36 ans)
Nationalité tunisienne
Profession
Formation

Tahar Haddad (الطاهر الحداد), né le 4 décembre 1899 à Tunis[1],[2],[3] et décédé le 7 décembre 1935[4], est un penseur, syndicaliste et homme politique tunisien.

Il a milité pour l'évolution de la société tunisienne au début du XXe siècle. Il est connu pour avoir lutté activement en faveur des droits syndicaux des travailleurs tunisiens, de l'émancipation de la femme tunisienne et de l'abolition de la polygamie dans le monde arabo-musulman.

Tahar Haddad est un contemporain et ami du poète Abou el Kacem Chebbi et du syndicaliste Mohamed Ali El Hammi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Né en 1899 à Tunis, au sein d'une modeste famille originaire du village d'El Hamma[5] dans le sud du pays dont le père est marchand de volailles au marché central, Haddad suit une éducation traditionnelle[6] : il étudie dans une médersa pendant six ans avant d'entrer à l'Université Zitouna, haut lieu de l'enseignement supérieur islamique, en 1911[7] dont il sort diplômé en 1920[6].

Activités syndicales[modifier | modifier le code]

Opposé à une carrière de notaire qu'il juge trop limitative[7], il adhère et devient un membre actif du Destour[8], dès sa fondation, et prend la responsabilité de la propagande[6]. Mais il quitte vite le parti, agacé par ses inerties internes[7] et débute alors une carrière de journaliste tout en s'engageant dans le mouvement syndical tunisien qui émerge à cette époque. Il fonde avec Mohamed Ali El Hammi, en juin 1924, l'Association de coopération économique et participe à la mise en place de la Confédération générale des travailleurs tunisiens (CGTT) en décembre de la même année[8]. Il fréquente alors différents milieux, aussi bien les conservateurs de la Zitouna que les modernistes de l'Association des anciens élèves du collège Sadiki et de la Khaldounia[6]. En 1927, il publie un premier ouvrage intitulé Les travailleurs tunisiens et la naissance du mouvement syndical où il présente un programme pour l'amélioration de la condition des travailleurs[6].

Combat pour les femmes[modifier | modifier le code]

En 1928 et au début de l'année 1929, il écrit bon nombre d'articles portant sur l'instruction de la femme et son émancipation juridique et sociale dans le journal As-Sawab dirigé par Hédi Laâbidi[9]. Ces écrits sont à l'origine de son ouvrage le plus connu, Notre femme dans la charia et la société (1930), dans lequel il présente son programme de réforme sociétale[6] par le biais de l'émancipation et de la libération de la femme[10]. La parution du livre l'empêche de poursuivre ses études à l'École de droit de Tunis entamées en 1928[8],[6]. En effet, ses idées essuient un vif refus de la part des franges les plus conservatrices de la société et il fait l'objet d'une violente campagne de dénigrement de la part de membres du Destour et de la hiérarchie conservatrice de la Zitouna[7],[10]. La polémique entre modernistes et conservateurs est à la base de thèses de personnalités telles que Mohamed Salah Ben Mrad et Amor Berri Medani qui rédigent des textes contredisant la pensée de Haddad[8].

Pendant que le conseil d'administration de la mosquée Zitouna prépare la condamnation des propos de Haddad, ses amis lui organisent le 17 octobre 1930 une réception au casino du parc du Belvédère, à l'occasion de la parution de son ouvrage. 130 personnes sont présentes dont Zine el-Abidine Snoussi, Mahmoud El Materi et Hédi Laâbidi[10]. Abou el Kacem Chebbi, malade, ne peut pas y assister et laisse un message écrit pour excuser son absence tandis que Mohamed Tlatli se désiste, alors qu'il devait présider la cérémonie[10]. Il est finalement remplacé par Rachid Ben Mustapha[10].

Trois ans après cette publication, Haddad s'exile. Durant cette période, il est frappé par une crise cardiaque et meurt de la tuberculose le 7 décembre 1935 dans l'isolement le plus complet.

Héritage[modifier | modifier le code]

Ce n'est que plusieurs années plus tard qu'il sera réhabilité et sa contribution reconnue. En effet, ses idées sont prises en compte lors de la conception et de la promulgation, le 13 août 1956, du Code du statut personnel[11]. Mohamed Charfi est aussi considéré comme l'un de ses héritiers et continuateurs, lui qui a écrit en 1999, Islam et liberté : le malentendu historique, où il montre le nécessaire besoin de réformes couplé à l'adoption d'une attitude moderne vis-à-vis de la religion[12].

Tahar Haddad a certes eu des adversaires mais également beaucoup de supporters. On a dit de lui que c'était « une personnalité dotée d'une capacité intellectuelle exceptionnelle qui est restée sans pareil dans la société tunisienne depuis Ibn Khouldoun il y a 600 ans »[13]. Dans son livre Tahar Haddad paru en 1957, Aboulkacem Mohamed Karou déclare que « Haddad a milité avec sa plume et son esprit, sa poésie et sa prose comme personne avant lui et personne d'autre jusqu'à présent [...] Il a sacrifié sa vie pour défendre la liberté d'expression et de recherche »[14].

Pensée[modifier | modifier le code]

Les idées de Tahar Haddad sont le prolongement du courant réformiste initié au XIXe siècle par Kheireddine Pacha, Ibn Abi Dhiaf, Mohamed Snoussi et d'autres penseurs tunisiens qui ont tous défendu l'idée de modernisme[8]. Ses propositions en faveur de la condition féminine et de la réforme sociale en Tunisie se démarquent de la simple manière de reproduire le modèle européen et puisent dans ce qui s'accorde avec la charia[8]. Dans son ouvrage majeur, Haddad prend position contre les préjudices liés au statut des femmes, qui sont selon lui injustement attribués à l'islam, et appelle à un retour à l'ijtihad[7]. Il est convaincu que la religion islamique peut s'adapter en tout lieu et en tout temps. C'est pourquoi, selon lui, une réforme sociale radicale s'impose. Ses idées convergent avec celles du penseur égyptien Kacem Amin (1863-1908), auteur de La nouvelle femme.

En matière de droits civils, il montre qu'à l'origine l'islam considérait la femme comme l'égale de l'homme en termes de droits et de devoirs ; il en est ainsi dans le domaine de la propriété privée. Toutefois, la plupart des femmes confiaient leurs biens à leurs maris ou à leurs pères. Haddad rejette cette tradition et appelle les femmes à revendiquer leur droit à un contrôle complet sur leurs biens. Dans le domaine judiciaire, les femmes n'avaient pas le droit d'occuper des postes au sein du système ou d'être témoin. Haddad explique pour sa part que l'islam n'exclut pas les femmes de ces droits.

Dans le domaine de l'éducation, il indique qu'il est totalement absurde d'exclure les femmes et qu'elles devraient avoir le droit de terminer leurs études et de participer pleinement à la vie publique.

Il s'attarde ensuite sur l'institution du mariage : il appelle d'abord à libérer la femme de la tradition du mariage arrangé voire forcé. Il met aussi en lumière le fait qu'il ne peut exister de famille heureuse si les parents continuent d'arranger les mariages de leurs filles contre leur volonté. Il condamne également le système de punition connu sous le nom de Dar Joued, institution éducative de type carcérale où les femmes jugées récalcitrantes pouvaient y être envoyées par leur tuteur (père, frère, mari, etc.) jusqu'à ce qu'elles se repentissent et soient prêtes à se soumettre aux conditions posées par le dit tuteur. En matière de divorce, il dénonce les abus commis contre les femmes au nom de l'islam car un mari pouvait répudier son épouse sans motifs ni explications, quittant souvent celle-ci et ses enfants pour une autre femme. Il suggère donc que les désaccords soient portés devant une cour de justice habilitée à dissoudre le lien matrimonial. Il explique aussi la référence coranique tolérant la polygamie tout en appelant à son abolition en la considérant comme une pratique pré-islamique. Enfin, il critique le système inégalitaire de l'héritage qu'il juge discriminatoire, une femme n'héritant que la moitié de la part héritée par l'homme.

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'éducation islamique et le mouvement de réforme à la Zitouna ;
  • Les travailleurs tunisiens et la naissance du mouvement syndical publié en 1927 et réédité en 1966 par la Maison tunisienne de l'édition ;
  • Notre femme dans la charia et la société publié en 1930 et réédité sous le titre Notre femme, la législation islamique et la société, éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1978 ;
  • Œuvres complètes, éd. Ministère de la Culture et de la Sauvegarde du patrimoine, Tunis, 1999 (trois volumes présentés et établis sous la direction d'Ahmed Khaled) ;
  • Pensées, éd. La Presse, Tunis, 1993 (ISBN 9973752031) ;
  • Recueil de poèmes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Figures du mouvement syndical (UGTT)
  2. Ahmed Khaled, La postérité du traité moderniste de Tahar Haddad, Tunis, 2002
  3. Certaines sources situent à tort sa naissance à El Hamma (gouvernorat de Gabès) d'où était originaire sa famille.
  4. (en) Ronak Husni et Daniel L. Newman, Muslim women in law and society : annotated translation of al-Tāhir al-Ḥaddād's Imra ̕tunā fi 'l-sharīʻa wa 'l-mujtamaʻ, with an introduction, éd. Routledge, New York, 2007, p. 24
  5. Juliette Bessis, Maghreb, questions d'histoire, éd. L'Harmattan, Paris, 2003, p. 153 (ISBN 9782747547277)
  6. a, b, c, d, e, f et g Souad Bakalti, La femme tunisienne au temps de la colonisation (1881-1956), éd. L'Harmattan, Paris, 1996, p. 48 (ISBN 9782738445490)
  7. a, b, c, d et e (en) Portrait de Tahar Haddad (Tunisian Community Center)
  8. a, b, c, d, e et f (fr) Samir Sobh, « Tahar Haddad, le féministe », La Gazette du Maroc, 14 août 2006
  9. Souad Bakalti, op. cit., pp. 48-49
  10. a, b, c, d et e Souad Bakalti, op. cit., p. 49
  11. (fr) Noureddine Sraïeb, « Islam, réformisme et condition féminine en Tunisie : Tahar Haddad (1898-1935) », CLIO HFS, n°9/1999, 21 mars 2003
  12. (fr) Baccar Gherib, « Tahar Haddad ou la méthode de la réforme en islam », Attariq Al Jadid, 14 mars 2009
  13. Ezzedine Bel Haj, Ajjins al-Latîf, éd. Charikat Mitbât Al-Ittihâd, Tunis, 1936 cité par Mohamed Anouar Bousnina dans sa préface de Ahmed Eddari, Défense de Haddad ou réfutation des livres de refoulés, p. 13
  14. Ahmed Eddari, Défense de Haddad ou réfutation des livres de refoulés, p. 14

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Zeïneb Ben Saïd Cherni, « Les dérapages de l'Histoire chez Tahar Haddad. Les travailleurs, Dieu et la femme », éd. Ben Abdallah, Tunis, 1993
  • Zeïneb Ben Saïd Cherni, « Les exigences théoriques de la modernité et la pensée critique de Tahar Haddad », Ibla, n°177, 1996, pp. 43-54
  • (en) Ronak Husni et Daniel L. Newman, Muslim women in law and society : annotated translation of al-Tāhir al-Ḥaddād's Imra ̕tunā fi 'l-sharīʻa wa 'l-mujtamaʻ, with an introduction, éd. Routledge, New York, 2007
  • (ar) Ahmed Khaled, Postérité du traité moderniste de Tahar Haddad, éd. Ahmed Khaled, Tunis, 2002 (ISBN 9973412206)
  • Noureddine Sraïeb, « Contribution à la connaissance de Tahar el-Haddad (1899-1935) », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, vol. 4, n°4, 1967, pp. 99-132
  • Noureddine Sraïeb, Les pensées et autres écrits, éd. Cahiers du CRIDSSH, Oran, 1984

Filmographie[modifier | modifier le code]