Tadj ol-Molouk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tadj ol-Molouk Ayromlou
(fa) تاج‌الملوک

Titre

Reine d'Iran

15 décembre 192516 septembre 1941
(&&&&&&&&&&&0575415 ans, 9 mois et 1 jour)

Successeur Fawzia d'Égypte
Biographie
Dynastie Dynastie Pahlavi
Naissance 17 mars 1896
Bakou
Décès 10 mars 1982
Acapulco (Mexique)
Père Mirpandj Teymour Tadfel Molouk Ayromlou
Conjoint Reza Chah (1915-1944)
Enfants Chams Pahlavi
Chah Mohammad Reza Pahlavi
Ashraf Pahlavi
Ali-Reza Pahlavi
Religion Islam chiite

S.M.I. Tadj ol-Molouk Ayromlou (17 mars 1896 - 10 mars 1982), née Nimtaj Khanoum, est la fille du général Mirpandj Teymour Tadfel Molouk Ayromlou et l'épouse de Reza Khan, fondateur de la dynastie Pahlavi et chah d'Iran. En tant qu'épouse de monarque régnant, elle porta le titre d'« impératrice consort » de 1925 à 1941, année de l'abdication de Reza Chah. L'intronisation de son fils, Mohammad Reza Pahlavi, en 1941, lui vaut le titre d'« impératrice mère ». D'origine azérie, elle était issue du clan des Ayroums, une des familles dominantes du Caucase. En langue persane son nom signifie Couronne du Roi.

La cour de Téhéran dans son usage quotidien était jusque dans les années 1960 dominée par l'influence féminine de l'impératrice mère[1].

Son fils le chah l'envoie pendant les troubles d'avant la révolution islamique de 1979 chez la princesse Chams Pahlavi à Beverly Hills. Elle arrive à Los Angeles à bord d'un Boeing 747 de la flotte aérienne impériale iranienne le 30 décembre 1978. Quelques jours plus tard, le 2 janvier 1979, des étudiants islamistes iraniens tentent de mettre le feu à la maison. L'impératrice mère et sa fille se réfugient alors dans la propriété de Palm Springs de l'ancien diplomate Walter Annenberg qui fut ambassadeur des États-Unis à Londres.

Elle meurt, une semaine avant son quatre-vingt-sixième anniversaire, le 10 mars 1982 à Acapulco (où habite alors sa fille Chams) des suites d'une longue leucémie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bertrand Meyer-Stabley, La Véritable princesse Soraya, éd. Pygmalion, Paris, 2002, p. 71