Table

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Table (homonymie).
Table de salle à manger.
Table de séjour Colbert de style début Régence, réalisé par les Ateliers Allot Frères.
Table et chaise. Sculpture de Giancarlo Neri exposée à Hampstead Heath (Londres) en août 2005.

La table est un type de meuble, initialement (attesté en 1694) composé d'une surface plane et horizontale (des planches de bois assemblées) destinée à être posée sur un ou plusieurs pieds, tréteaux ou supports. Dans la culture occidentale, entre autres usages, elle peut être utilisée pour les repas.

Histoire[modifier | modifier le code]

La table du repas s'entend depuis la fin du Moyen Âge comme l'ensemble de ce « dessus de table » souvent simple planche, et de son piétement qui lui est indispensable (tréteaux en bois de fabrication sommaire ou richement ornés). « Mettre ou dresser la table » est une expression à prendre au sens littéral et l'installation auprès des meubles lourds (coffre, armoire) disparaît le repas terminé car l'usage des pièces est indifférencié[1].

Les jours de banquets au Moyen Âge, la table d'honneur (le deis) constituée d'une simple planche de bois sur tréteaux , dressée sur une estrade (en usage du XIIe au XVIe siècle), se tenait au fond de la grande salle d'apparat du château (aula) : les convives se répartissaient dos à la cheminée, pouvant ainsi admirer la vaissellerie exposée sur le dressoir et assister aux divertissements (opérette de bouffons, jongleurs, ménestrels). Cette disposition facilitait aussi le service des plats à table qui se faisait par devant. Une nappe, brodée ou damassée, couvrait le plateau de la table[2]. Dans les intérieurs paysans, sont dressées des tables roulantes ou coulantes[3] sur lesquelles sont encore rares les couverts[4].

La Renaissance fait naître un véritable meuble, « la table occidentale », destiné à remplacer le plateau « volant » et ses tréteaux par la voie de la sédentarisation plus forte des occupants dans leur lieu d'habitation car les meubles précédents sont mobiles (étymologie du mot « meuble ») et déplacés au cours des voyages. À cette table fixe sont associées des sièges (bancs à dossier, puis à baldaquins ou podiums pour orner la pièce)[5].

À l'apparition de la salle à manger au XVIIIe siècle, le mobilier devient plus important mais la table reste démontable pour que la salle à manger puisse redevenir une galerie. Dans les milieux les plus modestes apparaissent paradoxalement les tables d’ébénisterie. Avec la production en masse industrielle, elle s'uniformise au XXe siècle[6].

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Meubles d'usage domestique, des lieux de travail et des lieux publics, les tables, utilitaires ou décoratives, sont généralement conçues comme un ensemble avec les chaises appariées, ou les pièces d'un mobilier de salon, de salle-à-manger, de bureau…

Initialement destinées à l'usage domestique, les tables ont pénétré le monde industriel. Ainsi nombre d'entreprises utilisent-elles des tables élévatrices, rectangulaires ou « en U ». Grâce à un système de vérins, ces tables permettent de soulever à plusieurs mètres de haut des charges allant jusqu'à 10 tonnes. Certaines sont munies de roulettes, d'autres ont un plateau basculant, d'autres enfin se replient jusqu'à seulement quelques centimètres d'épaisseur afin de pouvoir y déposer aisément une palette.

Typologies[modifier | modifier le code]

Table de tennis de table
Table pliante
  • Les tables se distinguent par leur forme :
Table carrées (de café, de jeu : équivalence des positions), tables (très) allongées (de repas, de noces, prééminence de l'hôte), tables ovales, tables rondes (équivalence de tous)…
  • Les tables se distinguent et sont conçues en fonction de la manière de s'y tenir, assis sur une chaise, allongé sur un divan ou accroupi sur des coussins ou banquettes basses, … ou/et de leur fonction principale (forme et fonction liés univoquement dans chaque style, formant des modèles de meubles).
    • table de salon, de salle à manger, de cuisine, de réunion, de café, de restaurant, de terrasse, de travail, de jeu, de billard, de tennis de table (« ping-pong »), de jardin…
  • Les tables destinées au travail se distinguent en général par un nom et des accessoires spécifiques :
table de travail, étal du boucher, table de montage (du graphiste), table à dessin (de l'architecte), table ou bureau de l'écrivain, table de dissection, table d'opération ou billard…
  • Les tables de l'ameublement des habitations reçoivent parfois des noms précis selon leurs usages (la table de repas n'a pas de synonymes), en particulier dans l'intérieur bourgeois européen :
    • Un guéridon est une petite table à pied unique.
    • Une table de chevet (ou table de nuit)
    • Une table basse (ou table de salon)
    • Une table à langer, généralement mise dans la salle de bains.
    • une desserte (meuble) ou table servante : petite table à roulettes destinée à transporter et à servir les plats à table.
    • Selon le gastronome suisse Thomas Zorn, la table parfaite est une table ronde, d'un diamètre de 1,60 m, en bois de merisier, avec quatre à six convives, alors que le chef japonais, Toyoo Tamamara pense que la table idéale doit être carrée.

Technique[modifier | modifier le code]

Essai mécanique (Hegewald & Peschke)

Matières et fabrication[modifier | modifier le code]

Les tables peuvent être fabriquées à base de bois, de verre, de plastique, de roche ou de métal.

Accessoires, équipements de la table[modifier | modifier le code]

Parmi les accessoires figurent :

  • les ajustement en hauteur
  • les rallonges escamotables
  • les tiroirs sous la table ; caissons formant pied
  • les tréteaux ou pieds pliants ; tables légères et pliantes pour être transportées facilement au jardin, en terrasse, au camping ou pour le pique-nique
  • les tables rabattables (contre un mur, dans un meuble), table suspendue
  • le service de table, : le tapis de table, la nappe, le set de table, le chemin de table, le napperonetc.

Rites de la table[modifier | modifier le code]

La table fait l'objet d'usages, rites et coutumes qui rassemblent souvent deux éléments: la tablée (les gens que réunit la table, les fonctions sociales de la table) et le contenu de la table, souvent implicite (les mets, le vin, dans « une bonne table », l'argent dans « le dessous de table », la vérité qui sort de la table dans « se mettre à table », l'invitation dans « (faire) table ouverte »[7]

Ces rites et usages sont fondamentaux dans la plupart des sociétés humaines ; ils sont précédés dans la préhistoire par le cercle du repas, de la danse, de la discussion, de partage…, mais trouvent dans l'objet un groupe de fixations symboliques très fortes qui caractérisent sans doute la plupart des civilisations urbaines ou des communautés religieuses, scolaires, etc. Meuble universel et multiforme répondant à des besoins universels et multiformes. La table, sociologiquement est une manière d'être ensemble.

Les titres qui suivent n'en constituent pas les configurations exhaustives :

  • La table dans les milieux populaires et bourgeois, du XIXe siècle à nos jours, en Europe :
    La table en dehors de ses usages domestiques est en général vide (débarrasser la table), et peut être protégée d'un verre ou d'une toile, ornée d'un vase, d'une nappe…
    Certains objets peuvent être posés de manière plus permanente sur une table, tels que le gramophone, la télévision, l'ordinateur.
    Certaines sont décorées en permanence comme de petits autels domestiques, et rassemblent souvenirs, bibelots, vases, photos…
  • Table de lois, du pouvoir : exemple, Rome antique
  • Tables dans l'architecture et les pratiques religieuses
  • Tables dans les civilisations anciennes d'Orient, d'Europe et d'Afrique du Nord
  • Table au Japon, époque ?
    Traditionnellement les tables chabudai sont basses, quelquefois rondes, utilisées pour servir le thé et les repas.

Tables célèbres[modifier | modifier le code]

La table de travail de Balfour au Musée de la Diaspora (Tel Aviv).

Expressions liées[modifier | modifier le code]

  • « Passer à table » ou « se mettre à table » : avouer
  • « Jouer cartes sur table » : jouer franc jeu
  • « Faire table rase » : repartir à zéro
  • « Travailler en dessous de la table » : avoir un emploi dissimulé donc non-déclaré au organismes sociaux officiels.
  • « Traiter des affaires en dessous de table » : versements occultes pour le paiement partiel d'une affaire (dessus : officiels ; dessous : cachés).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bruno Laurioux : Manger au Moyen Âge
  2. Objets d’art : la table et les couverts, chronique de Bertrand Galimard Flavigny sur Canal Académie, 27 mars 2011
  3. Table servant de coffre (garde-manger) ou de maie à pâte (pétrin) dont le plateau supérieur glisse latéralement pour accéder aux victuailles.
  4. Jean-Louis Beaucarnot, Entrons chez nos ancêtres, JC Lattès,‎ 2010, 320 p. (lire en ligne)
  5. Voyage en Val de Loire
  6. L’art de la table du Moyen Age à nos jours
  7. Pour ces expressions, voir divers sens en 1694

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

J. Justin Storck, Le Dictionnaire pratique de menuiserie, ébénisterie et charpente, édition 1900

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]