Réseau scientifique TERRA

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis TERRA)
Aller à : navigation, rechercher

Le réseau scientifique TERRA (Travaux, Études, Recherches sur les Réfugiés et l'Asile) a été créé en mai 2003 afin de stimuler la production des connaissances en sciences humaines et sociales sur un domaine peu étudié par les chercheurs : celui des migrations forcées, des réfugiés, du droit et des politiques publiques de l’asile, de la vie en exil, et, par suite, des rapports culturels à l’altérité, des mobilisations sociales relatives aux exilés et à l’asile, de la place des étrangers dans la société, de leur exclusion sociale, des formes de xénophobie, des politiques de mise à l’écart. Il inscrit ses recherches, depuis 2008, dans la perspective plus large des rapports entre les problématiques de "race", de classe et de genre

Il est dirigé par des chercheurs professionnels soucieux de préserver l'autonomie de la production des savoirs académiques sur ce domaine notamment à l'égard des pouvoirs politiques, économiques et technocratiques. Cette préoccupation concerne particulièrement les sujets sensibles susceptibles d'être marginalisés par les politiques actuelles de la recherche : rejet des exilés, camps d'étrangers, retournement du droit de l'asile, méconnaissance des persécutions genrées des femmes, exploitation économique des étrangers en situation irrégulière, xénophobie d'État, remontée des nationalismes...

Équipe éditoriale[modifier | modifier le code]

Michel Agier (IRD/EHESS) - Rémy Bazenguissa-Ganga (Univ. Lille 1) - Marc Bernardot (Université du Havre) - Didier Bigo (Sciences Po Paris) - Laurent Bonelli (Univ. Paris 10) - Alain Brossat (Univ. Paris 8) - Patrick Bruneteaux (CNRS) - Elsa Dorlin (Univ. Paris 10)- Milena Doytcheva (Université Lille III) - Jules Falquet (Univ. Paris 7) - Jane Freedmann (Univ. Paris 8) - Nacira Guénif (Univ. Paris 13) - Eric Guichard (Enssib, Lyon) - Rada Ivekovic (Université de Saint-Étienne) - Olivier Le Cour Grandmaison (Université d'Évry-Val d'Essonne) - Arnaud Lemarchand (Université du Havre) - Alain Oriot (Éditions du Croquant) - Salvatore Palidda (Université de Gênes) - Hélène Thomas (Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence) - Jérôme Valluy (Univ. Paris 1) - Chloé Anne Vlassopoulou (Université de Picardie).

Historique[modifier | modifier le code]

Créé en mai 2003, le réseau scientifique TERRA (Travaux, Études, Recherches sur les Réfugiés et l’Asile) s’est constitué au cours de Rencontres publiques organisées à l’université (Paris 1) et à (Sciences Po, CERI). La dynamique de ce réseau doit beaucoup à une liste d'information TERRA-Quotidien qui réunit, en 2009, 2400 abonnés, souvent spécialistes du domaine (chercheurs, associatifs, avocats, juges, journalistes...), recevant environ 150 messages d'information par mois[1].

Plusieurs programmes de recherche impulsés par des membres du Groupe de Pilotage de TERRA animent aujourd’hui la réflexion collective et apportent les moyens de fonctionnement du réseau : le Programme ASILES dirigé par Michel Agier (IRD, EHESS), le Programme FRONTIERES dirigé par Didier Fassin (Paris 13, EHESS), le programme TRANSGUERRES dirigé par Rémy Bazenguissa (Lille 1) et le programme EXCLIM dirigé par Chloé Anne Vlassopoulou (Université de Picardie).

Les travaux ont d’abord porté sur les réfugiés et le droit d’asile puis se sont focalisés sur les camps d’étrangers ainsi que sur les processus de confinement des exilés et, par approfondissement sur les transformations des relations entre l’Europe, le Maghreb et l’Afrique. D’autres dimensions sont abordées : l’ignorance sociale des persécutions spécifiques aux femmes ; la professionnalisation des ONG et associations de solidarités aux exilés ainsi que leur subordination éventuelle à des logiques antinomiques. Un thème paraît transversal par rapport à tous les autres : celui de la montée des nationalismes et des xénophobies. Depuis 2008, le réseau, en cours de reconfiguration élargit ses perspectives de recherche aux articulations des problématiques dites de "race", classe et de genre.

Le site Web, d’abord minimal, s’est étoffé grâce au soutien de l’université Paris 1 et des programmes précédents, pour devenir aujourd’hui un outil essentiel de publication en ligne des productions intellectuelles.

Le 1er juin 2007, face à la création du ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire, le réseau scientifique TERRA a lancé un appel réunissant à ce jour (24.06.09) 7 712 signatures[2].

Publications[modifier | modifier le code]

Publications du site du réseau TERRA[modifier | modifier le code]

Le site web du réseau TERRA rend accessible gratuitement un ensemble de collections qui permettent de publier à tout moment des textes en les classant non par thèmes (comme les dossiers des revues ou les ouvrages collectifs) ni par date de publication (comme dans les revues périodiques) mais par types de documents : "Esquisses" (collection de "working papers"), "Synthèses" (collection de notes de synthèse), "Masters" (collection de mémoires de recherche), "Reflets" (collection de textes libres mais informés), "Références" (collection d'articles scientifique réédités en ligne), "Études" (collection de rapports volumineux)...

Revue en ligne Asylon(s) - La revue des deux asiles[modifier | modifier le code]

La revue Asylon(s) est une revue en ligne à comité de relecture intégralement gratuite et non périodique, créée en octobre 2006. Les rédacteurs en chefs de la revue sont actuellement (2006/2009) Marc Bernardot et Jane Freedman. Les premiers numéros :

Collection TERRA aux Éditions du Croquant[modifier | modifier le code]

En 2007, le réseau TERRA a inauguré une nouvelle collection au sein des Éditions du Croquant : la Collection TERRA publie des ouvrages scientifiques se rapportant au domaine d'observation du réseau. La coordination de la collection est assurée (au 30.11.2008) par Marc Bernardot et Jérôme Valluy dans le cadre du Groupe de Pilotage qui fait office de comité éditorial de la collection. Les premiers ouvrages publiés :

  • Jane Freedman, Jérôme Valluy (dir.), Persécutions des femmes - Savoirs, mobilisations et protections, Éditions Du Croquant, nov. 2007.
  • Marc Bernardot, Camps d’étrangers. Éditions Du Croquant, Collection TERRA, mars 2008, 223 p.
  • Marc Bernardot, Loger les immigrés - La SONACOTRA 1956-2006, Éditions Du Croquant, Collection TERRA, oct 2008, 352 p.
  • J. Valluy, Rejet des exilés - Le grand retournement du droit de l’asile, Broissieux : Éditions Du Croquant, 20 janvier 2009[3]
  • Carolina Kobelinsky, Chowra Makaremi (dir.), Enfermés dehors - Enquêtes sur le confinement des étrangers, Éditions Du Croquant, mars 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La liste d'information TERRA-Quotidien est gérée et présentée sur le serveur du Centre Informatique National de l'Enseignement Supérieur (CINES).
  2. "Identité nationale et immigration : inversons la problématique !"
  3. Compte-rendu du livre dans le journal Politis, 26 février 2009, par Ingrid MERCKX sous le titre "L'Empire du rejet"

Articles connexes[modifier | modifier le code]