TEE Mont-Cenis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mont Cenis
⇒ Voir la carte du parcours ⇐
TEE Mont Cenis in 1957
⇒ Voir l'illustration ⇐
Une automotrice Breda ALn 442-448 qui assura le service du Mont-Cenis entre 1960 et 1972

Type Trans Europ Express (TEE) (1957–1972)/

Rapide (1972–1980)/ InterCity (1980–1996)/ EuroCity (1996–2003)

Pays Drapeau de l'Italie Italie /

Drapeau de la France France

Départ Milano Centrale
Terminus Lyon Perrache
Itinéraire Fréjus
Exploitant SNCF / Ferrovie dello Stato
Premier jour de circulation 02 juin 1957
Dernier jour de circulation 14 decembre 2003
écartement 1435 mm
électrification Modèle:3000V / 25 kV – 50 Hz
TEE.png

Le Mont-Cenis est un train de type Trans-Europ-Express ou TEE qui relia de 1957 à 1972 les villes de Milan et de Lyon.

Mise en service[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1950, un train quotidien, assuré par un autorail RGP (rame à grand parcours) SNCF, assurait une liaison entre Milan et Lyon. Partant de Milan à 7 h 25, il parvenait à Lyon à 13 h 15, dans le sens impair, le convoi quittait les bords du Rhône à 17 h 25 et arrivait dans la capitale lombarde à 23 h 27 (les temps de parcours avoisinaient donc 6 heures)[1].. Dans le but d'améliorer les horaires et le confort des passagers, une liaison TEE fut mise en service lors du service d'été 1957, sous la numérotation TEE 631-632 en France, TEE 467-462 en Italie, avec du matériel français dédié au service TEE, une rame à grand parcours X 2770 transformée pour offrir un intérieur et un service très soignés à ses passagers[1]. Dès le 2 juin 1957, un aller-retour était assuré tous les jours avec un départ toujours fixé à 7 h 25 à Milan-Centrale, mais une arrivée à Lyon-Perrache à 12 h 49[2], soit 5 h 24 pour un parcours de 462 km (la vitesse commerciale atteignant 85,5 km/h). Le retour s'effectuait en soirée avec départ de Lyon à 18 h 00 et arrivée à Milan à 23 h 22, soit 5 h 22 (et une moyenne de 86 km/h)[3]. Le gain de temps était appréciable, la vitesse commerciale relativement élevée malgré le profil difficile de la ligne et l'existence de 7 arrêts intermédiaires à Chambéry, Montmélian, Saint-Jean-de-Maurienne, Modane, Bardonecchia, Oulx, Turin-Porta Nuova[2].

Itinéraire liaison ferroviaire "Le Mont-Cenis"

Exploitation[modifier | modifier le code]

Le service du Mont-Cenis fut peu modifié dans les années qui suivirent son inauguration. À partir de l'horaire d'été 1959, un arrêt supplémentaire fut instauré à Turin-Porta Susa, ce qui allongea le temps de parcours de 3 minutes. Le principal changement intervint le 29 mai 1960 avec le remplacement des rames X 2770 SNCF par des rames automotrices diesel Breda de type ALn 442-448 des FS[1]. Ce remplacement aboutit à une meilleure qualité de confort, mais à une détente des horaires (sur les lignes italiennes) qui ramena les temps de parcours à la situation antérieure au service TEE. Dès 1963, les horaires retrouvèrent leur niveau de 1957-1960. Peu de modifications notables intervinrent par la suite si ce ne sont les traditionnels changements de numérotation (le Mont-Cenis devenant en 1967 le TEE 23-24, à partir de 1971, le TEE 15-14)[4] et un aménagement horaire permettant la correspondance, en gare de Chambéry, avec le Catalan[5] effectuant la liaison Genève-Port-Bou[6].

La fréquentation du TEE Mont-Cenis ne fut jamais satisfaisante. Les vitesses commerciales ne progressaient pas en l'absence d'électrification sur l'ensemble du parcours et l'emploi d'engins diesels utilisés dans les fortes rampes alpines de 30 ‰ (qui mènent au tunnel du Mont-Cenis) au maximum de leur puissance. Le 1er octobre 1972, après seulement 15 ans d'existence, le Mont-Cenis fut supprimé et remplacé par une relation identique mais aux horaires détendus. D'abord assurée par une rame à grand parcours X 2770 de première classe, la liaison fut confiée à un train Corail de 8 voitures lorsque l'électrification fut achevée sur la totalité du parcours[6].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Maurice Mertens, Les TEE: Trans Europ Express, p. 74.
  2. a et b (en) Sur le TEE Mont-Cenis: horaires, arrêts.
  3. Maurice Mertens, Les TEE: Trans Europ Express, pp. 73-74.
  4. Maurice Mertens, Les TEE: Trans Europ Express, p. 73.
  5. A ne pas confondre avec le TEE Catalan-Talgo assurant la liaison Genève-Barcelone.
  6. a et b Maurice Mertens, Les TEE: Trans Europ Express, p. 75.