Tœufles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Toeufles
L'église est dans le cimetière.
L'église est dans le cimetière.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Moyenneville
Intercommunalité Communauté de communes du Vimeu Vert
Maire
Mandat
Christian Magnier
2014-2020
Code postal 80870
Code commune 80764
Démographie
Population
municipale
282 hab. (2011)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 04′ 01″ N 1° 42′ 55″ E / 50.0669, 1.715350° 04′ 01″ Nord 1° 42′ 55″ Est / 50.0669, 1.7153  
Altitude Min. 30 m – Max. 114 m
Superficie 8,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Toeufles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Toeufles

Toeufles est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune compte trois hameaux :

  • Bellavesne dont les pierres du château ont été emportées outre-Manche par les anciens propriétaires ;
  • Rogeant où la Trie prend sa source ;
  • Chaussoy où une carrière a longtemps fourni la matière qui a servi à sculpter les nombreuses croix de pierre médiévales du Vimeu[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Quatorze cercueils de pierre monolithes sont trouvés en 1866, dans une cour de ferme, à Rogeant. Datés du VIIe siècle, ils sont censés attester de la présence des Francs sur les lieux[1].

La terre de « Rogerhant » est acquise en 1505 par Robert de Belloy, écuyer. En 1585, son petit-fils la possède avant qu'elle ne soit cédée en 1612 au seigneur de Saint-Valery[1].

Une des croix de tuf (pierre calcaire) typiques du Vimeu
Croix pattée médiévale, patrimoniale

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'argent aux deux lions affrontés de sable, armés et lampassés de gueules, chargés chacun sur l'épaule d'une fleur de lys du même, soutenant un cœur aussi de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1962 mars 2001 Maurice Blondel    
mars 2001 mars 2008 Jean-Luc Guillot    
mars 2008 avril 2014 Joëlle Beaudoin    
5 avril 2014[2] en cours
(au 6 mai 2014)
Christian Magnier    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 282 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
565 431 666 557 631 618 594 636 613
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
596 595 602 634 612 591 586 566 572
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
543 546 532 448 432 439 385 364 350
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
365 367 329 305 300 313 287 280 282
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Valery, du XIIIe siècle, remaniée au XVe siècle. En avril 2009, un nouveau coq est installé sur le clocher.
  • Château de Rogeant du XVIIIe siècle,
  • Château de Toeufles,
  • Château de Chaussoy,
  • Rivière : Vallée de la Trie,
  • Les croix de tuf implantées dans la commune[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Christian Hanquier, Le Courrier picard, édition d'Abbeville, p.12,, 23 août 2014.
  2. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 7 avril 2014, p. 14.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  5. http://www.richesses-en-somme.com/croix-en-tuf/croix-en-tuf-localisation/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]