Télévision Centrale Coréenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Image illustrative de l'article Télévision Centrale Coréenne

Création 1963
Langue Coréen
Pays Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Statut Généraliste publique
Siège social Pyongyang

Tél : Fax :

Diffusion
Numérique Non
Satellite Thaïcom 5 (Asie)

La Télévision Centrale Coréenne (en coréen, 조선중앙방송 ou Chosŏn Chung'ang Pangsong) est l'une des trois chaînes de télévision nationales émettant en Corée du Nord.

Émanation du Ministère de la Propagande et de l'Information, cette chaîne généraliste accorde un soin particulier au culte de la personnalité des différents dirigeants nord-coréens.

Toutes les émissions sont uniquement diffusées en coréen. Les programmes de la télévision centrale sont diffusés sur le réseau terrestre depuis la Tour Juche.

Depuis 1999, la télévision nord-coréenne diffuse également par satellite en Asie via le satellite Thaicom 5

Présentation[modifier | modifier le code]

La télévision nationale nord-coréenne débute ses émissions le 3 mars 1963. En 1971, la chaîne unique est rejointe par un second canal baptisé Kaesong TV, laquelle devient la Télévision Éducative et Culturelle Coréenne en 1997. Une troisième chaîne de télévision voit le jour en 1973 : Mansudae TV, une chaîne diffusant des programmes consacrés à l'art, au sport et à la technologie[1].

L'année suivante, en 1974, la télévision coréenne expérimente ses premières émissions en couleur.

La Télévision Centrale Coréenne diffuse en VHF sur le canal 12 à Pyongyang et sur d'autres fréquences dans les principales agglomérations du pays. En semaine, du lundi au samedi, elle se limite à 5 heures et demie de programmes quotidiens, de 17 heures à 22 heures 30. En dehors des horaires de diffusion, l'antenne est occupée par une mire et par les émissions de la radio nationale coréenne.

Les programmes sont ceux d'une chaîne généraliste, tout en étant très marqués par l'idéologie officielle du régime, le Juche. Chaque soir à 17 heures, les premières images diffusées par la télévision nationale sont celles du Mont Paektu, point culminant de la péninsule de Corée, montagne sacrée et prétendu lieu de naissance du dictateur Kim Jong Il pour la propagande officielle. S'ensuit la diffusion de l'hymne national et la présentation des émissions du jour. L'antenne est ensuite occupée par des bulletins d'information, une revue de la presse nationale, des dessins animés ou des documentaires.
Une large part de l'antenne est occupée par des émissions politiques : les déplacements du dirigeant du pays sont ainsi minutieusement commentés. Des clips patriotiques glorifient le Parti du travail, l'Armée populaire ou mettent l'accent sur des faits d'armes jugés déterminants dans l'histoire de la Corée en général et de la République populaire démocratique de Corée en particulier.

Les dimanches, le jour des élections, le jour du décès de Kim Il-sung, le jour de naissance et du décès de Kim Jong-suk et la majorité des jours fériés (excepté l'anniversaire de Kim Jong-eun et le jour de l'alphabet coréen), la Télévision Centrale Coréenne émet durant presque quatorze heures, de 9 heures du matin jusqu'à 22 heures 30, heure de diffusion du journal de la nuit.

Personnages-clés[modifier | modifier le code]

  • Swa Wek Kim (Hangul: 김솨웩) : Editeur du journal télévisé de la Télévision Centrale Coréenne (Hangul: 록화보도 조선중앙통신사 보도)
  • Chun-Hui Ri (Hangul: 리춘희 Hanja: 李春姬) : Présentatrice du journal télévisé de la Télévision Centrale Coréenne (Hangul: 록화보도 조선중앙통신사 보도).
  • Chung-ok Ryu (Hangul: 류정옥 Hanja: 放送員) : Présentatrice du journal télévisé de la Télévision Centrale Coréenne (Hangul: 록화보도 조선중앙통신사 보도).
  • Su-Il Cha (Hangul: 차수일) : Présentateur du journal télévisé de la Télévision Centrale Coréenne (Hangul: 록화보도 조선중앙통신사 보도).

Anecdote[modifier | modifier le code]

  • Au debut, de chaque édition du journal télévisé de la Télévision Centrale Coréenne, le (et/ou la) présentatrice prononce les mots suivants : <<위대한 령도자 김XX동지께서>> qui signifie <<Son grand leader/dirigeant camarade Kim X-X>>.

Notes et références[modifier | modifier le code]