Téléphore fauve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rhagonycha fulva

Le Téléphore fauve (Rhagonycha fulva), est un coléoptère de la famille des Cantharidae.

Historique et dénomination[modifier | modifier le code]

L'espèce Rhagonycha fulva a été décrite par le naturaliste italien Giovanni Antonio Scopoli en 1763. Rhagas signifie fente et onux, griffe : "avec des griffes fendues" ; fulva signifie fauve.
Têle vient de loin et phorein de porter : "répandu partout"[1].

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Cantharis fulva
  • Telephorus bimaculatus DeGeer, 1774
  • Cicindela maculata Fourcroy, 1785
  • Telephorus melanurus Olivier, 1790
  • Rhagonycha terminalis Redtenbacher, 1849
  • Rhagonycha cailloli Chobaut, 1914
  • Rhagonycha curtithorax Pic, 1920

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Liste des sous-espèces
  • Rhagonycha fulva var. delahoni Schilsky, 1908
  • Rhagonycha fulva var. inapicalis Fiori, 1914
  • Rhagonycha fulva var. usta (Gemminger, 1870)

Description[modifier | modifier le code]

Le Téléphore fauve est un coléoptère roux avec des antennes, des yeux et le bout des élytres noirs. Les tarses sont larges et foncés. Il mesure 7 à 10 mm de long.

Distribution[modifier | modifier le code]

C'est une espèce très commune en Europe et en Anatolie, visible de mai à juillet. R. fulva a été introduit en Amérique du Nord et est bien établi en Colombie-Britannique, Québec et Ontario[2]. On peut par conséquent le considérer comme une espèce invasive en Amérique du Nord.

Habitat[modifier | modifier le code]

R. fulva se rencontre à la lisière des bois, dans les jardins et les prairies. On peut observer de nombreux adultes - souvent en train de s'accoupler - sur les apiacées (ombellifères) le long des chemins pendant l'été. Espèce présente en grand nombre dans les vergers de pêchers sur les fruits.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Pollen et petits insectes. Ils visitent souvent les fleurs, bien que carnivores car ils se nourrissent probablement d'autres espèces floricoles[3].

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

La femelle pond ses œufs à la surface du sol. Les larves, velues, habitent à terre et se nourrissent d'escargots et de petits insectes. Elles hivernent à terre, sous les pierres ou les feuilles mortes. La nymphose a lieu au printemps.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La hulotte no 84, p. 15, 1er semestre 2004
  2. [Bug Guide http://bugguide.net/node/view/89507]
  3. Michael Chinery, Insectes d'Europe en couleurs, Bordas,‎ novembre 1987, 486 p. (ISBN 978-2040-12575-2), p. 342

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]