Télépéage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
France road sign C64d2.svg

Le télépéage est un moyen de paiement rapide sur autoroute utilisant la norme de communication bidirectionnelle DSRC. Le système embarqué dans les véhicules consiste en un boîtier fixé sur le pare-brise d'une automobile[1], capté par un récepteur installé en péage et ce à l'entrée et à la sortie d'un tronçon payant.

Utilisation et historique[modifier | modifier le code]

Le règlement s'effectue par prélèvement mensuel au bénéfice de la société où la location du badge a été souscrite, qui adresse à son client une facture détaillant l'historique des trajets effectués dans le mois (y compris pour les trajets au bénéfice d'une autre société (Télépéage InterSociété - TIS)). Aujourd'hui, les sociétés d'autoroutes proposent aux usagers diverses formules d'abonnement à des tarifs étudiés au plus près des besoins des trajets (Le prix moyen est d'environ 2 € par mois en plus des trajets, hors réductions éventuelles).

Le système a été par ailleurs nationalisé sous le nom de Liber-T. La Commission européenne travaille depuis 2005 sur une possibilité d'utilisation sans rupture à l'ensemble du réseau autoroutier européen à péage. Mais ce dispositif de télépéage européen, prévu pour 2013, reste bloqué par les différences de technologie. Les autoroutes allemandes utilisant elles un système de géolocalisation par GPS pour les poids lourds.

C'est sur l'A1 gérée par Sanef, qu'a été mis en place pour la première fois ce système de paiement rapide pour les usagers de la classe 1 (véhicule de tourisme) en 1990, sur la portion Senlis-Bonsecours [2].

En 2005, les véhicules poids-lourds peuvent bénéficier pour la première fois de ce service pour le passage du tunnel routier du Fréjus géré par SFTRF côté français et par SITAF côté italien. Ce dernier a été élargi à l'ensemble du réseau français en 2009 (en remplacement des voies à losange orange, supprimant ainsi l'usage d'un titre de transit et d'une carte magnétique). Néanmoins, les poids lourds doivent impérativement marquer l'arrêt au péage, contrairement aux usagers de classe 1 qui en sont dispensés en fonction des équipements techniques des voies de péage.

L'utilisation du réseau autoroutier restera possible pour les non-détenteurs de ce système en utilisant les voies manuelles lors du paiement en fin de section à péage.

Le télépéage fonctionne désormais sur tout le réseau autoroutier français. Il est aussi utilisable dans les parkings de la société Vinci. ASF est, en 2009, la société qui a délivré le plus de badges pour le moment[ref nécessaire]. L'abonnement est le plus souvent payant de l'ordre de 15 € par an. De 2009 à janvier 2012, la société Alis le proposait gratuitement, mais via une promotion temporaire qui obligeait à utiliser son réseau [1].

Le positionnement du badge est important pour le bon déroulement de la transaction. Le fait de tenir le badge à la main augmente le risque d'échec de la transaction (et peut d'ailleurs être sanctionné). D'ailleurs il est spécifié dans le contrat d'abonnement que l'installation du badge sur le pare-brise est une obligation. De même, l'orientation du badge sur son support est importante, car l'antenne présente dans le badge doit être dirigée vers la balise présente en voie de péage. Une attention particulière doit être apportée en cas d'usage dans une voiture équipée d'un pare-brise athermique. Dans ce cas le badge doit être placé à un endroit particulier du Pare-brise généralement proche du rétroviseur.

Lieu de passage[modifier | modifier le code]

Gare de péage à Lyon, avec voies réservées télépéage

Au péage, les abonnés disposent pour leur passage de voies réservées (signalées par un « t » orange unique et généralement situé à gauche de la gare de péage) : seuls les véhicules munis d'un badge de télépéage peuvent y payer et activer la barrière de péage. Sauf exception, ces voies sont réservés aux seuls véhicules de classe 1. En plus de ces voies spécialisées, l'usager peut emprunter toutes les voies mixtes comportant un « t » orange pour franchir le péage, mais acceptant par ailleurs le paiement par CB et/ou monnaie. En cas d'absence de voies signalées, l'usager emprunte une voie manuelle (signalées par une flèche verte).

Le franchissement du péage sur voie réservée ou mixte nécessite en général un quasi-arrêt du véhicule. Une nouvelle technologie, ne nécessitant pas de modification du boîtier installé dans le véhicule, autorise toutefois désormais sur certaines voies le passage à 30 km/h, grâce au système de télépéage sans arrêt. La procédure de passage, de la détection du véhicule au levé de la barrière en passant par l'enregistrement de la transaction, est entièrement automatisée et ne demande aucune intervention de l'usager. En cas de défaillance du système, l'usager utilise un titre de transit normal (ticket) qui sera décompté sur son abonnement.

Pour les détenteurs d'une offre Liber-T Océan (délivré par ASF), il est possible d'utiliser le badge en Espagne sur l'autoroute A9 jusqu'à Saint-Sébastien. D'autres partenariats du même type sont à l'étude.

Fournisseurs et offres[modifier | modifier le code]

Les fournisseurs d'offres de télépéage sont toujours des concessionnaires autoroutier. En 2012, on compte plus de 65 offres de télépéage différentes, réparties entre 8 fournisseurs (Alis, APRR, AREA, ASF, Bip&Go, Cofiroute, Escota et Vinci). Les abonnements peuvent être annuels ou mensuels. Dans le second cas, l'utilisateur ne paye le coût du service que pour les mois où il a effectivement utilisé son badge. De nombreuses offres proposent également des réductions sur le prix des péages pour certaines portions d'autoroute. Au 1er Juillet 2014, les tarifs les moins cher sont de 15€ par an pour un abonnement mensuel (soit 1.25€ par mois), et 1.6€ par mois pour une utilisation occasionnelle, sans dépôt de garantie.

Constructeurs[modifier | modifier le code]

C&S, Q free, GEA et Thales fabriquent la large majorité des badges de télépéages. Actuellement, des badges plus petits de marque Kapsch sont souvent délivrés.

Technologie[modifier | modifier le code]

En France, le télépéage fonctionne grâce à des ondes radio micro-ondes (bande des 5,8 GHz)[3].

Le futur[modifier | modifier le code]

La FNTR souhaite la généralisation de barrières de télépéage sans arrêt, pour des raisons écologiques. Ce système permettrait d'économiser 1,35 million tonnes de CO2 par an. Mais encore faudrait-il que ce système soit accessible sans contrainte à tous les usagers et qu'il ne se traduise pas par une augmentation des tarifs de péages[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Dans la réalité, il est possible de tenir simplement le boîtier à la main sans forcément le fixer, bien que cela soit déconseillé par les fabricants.
  2. http://routes.wikia.com/wiki/T%C3%A9l%C3%A9p%C3%A9age
  3. http://www.setra.equipement.gouv.fr/Le-telepeage.html
  4. Le Parisien du 7 janvier 2009