Système mondial des systèmes d'observation de la Terre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Objectifs de ce système mondial[modifier | modifier le code]

Le Système mondial des systèmes d'observation de la Terre (GEOSS : Global Earth Observation System of Systems) a pour but[1] de :

  • englober la gamme entière des observations effectuées in situ et par télédétection (depuis l’espace et au moyen d’aéronefs) ;
  • fournir l’occasion à l’ensemble des nations et des organisations internationales de servir une cause commune en se fondant sur une démarche, un cadre et des méthodes convenus d’un commun accord ;
  • permettre aux pays en développement de participer activement au processus en effectuant des observations de grande qualité sur leur territoire national et de se procurer et d’utiliser les données d’observation recueillies par d’autres ;
  • permettre de s’appuyer sur ces efforts déployés au niveau international pour définir les besoins des utilisateurs, détecter les lacunes en matière d’observation de la Terre et améliorer la communication entre les nations et les organisations dont les intérêts concordent et qui disposent de moyens d’observation analogues ;
  • assurer une prise de conscience à un niveau élevé (ministériel) de la nécessité universelle d’améliorer le processus d’observation de la Terre ;
  • favoriser la recherche d’un consensus entre les participants au sujet des besoins hautement prioritaires en matière d’observation qui ne sont pas encore satisfaits ou dont la satisfaction nécessiterait un accroissement des ressources.

À long terme[modifier | modifier le code]

À long terme, l’exécution du Plan décennal de mise en œuvre du GEOSS devrait :

  • inciter les nations à procéder à une collecte rigoureuse et durable des données d’observation de la Terre considérées comme hautement prioritaires ;
  • contribuer à combler les lacunes en ce qui concerne les capacités d’observation ;
  • souligner l’importance du renforcement des capacités, tant dans les pays en développement que dans les pays développés ;
  • contribuer à accroître l’interopérabilité et l’interconnectivité des différents systèmes d’observation constituants, de manière à faciliter l’échange et la mise en commun des données et informations selon des normes établies d’un commun accord.

Une construction en cours[modifier | modifier le code]

La construction de ce « système de systèmes » fait l’objet des sommets d’Observation de la Terre et des groupes de travail GEO et dont les principaux leader sont les États-Unis, l’Union européenne, le Japon et l’Afrique du Sud.

L'Union européenne a pour sa part lancé, dans le domaine de l'environnement et de la sécurité et avec l'Agence spatiale européenne (ESA), le projet Global Monitoring for Environment and Security (GMES). Ce projet constitue aujourd’hui la réponse européenne à ce GEOSS.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Extrait de Cg-XV/Rep. 9.2, APPENDICE, p. 2 RÔLE DE L’OMM DANS LE SYSTÈME MONDIAL DES SYSTÈMES D’OBSERVATION DE LA TERRE

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]