Système fermé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un système fermé est un système « isolé de son environnement »[1]. Le terme renvoie souvent à un système idéalisé où la clôture est parfaite. En réalité, aucun système ne peut être complètement fermé ; il y a seulement divers degrés de fermeture.

En thermodynamique, un système fermé peut échanger de la chaleur et du travail (énergie AKA), mais pas de la matière, avec ses environnements. En revanche un système isolé ne peut pas échanger de chaleur, de travail ou de la matière avec son environnement, tandis qu'un système ouvert peut échanger de la chaleur, du travail et de la matière.

En sciences naturelles[modifier | modifier le code]

Pour un système simple, avec un seul type de particule (atome ou molécule), un système fermé équivaut à un nombre constant de particules. Toutefois, pour les systèmes qui font l'objet d'une réaction chimique, il peut il y avoir toutes sortes de molécules produites et détruites par le processus de réaction. Dans ce cas, le fait que le système soit fermé est exprimé en définissant le nombre total de chaque atome élémentaire conservé, peu importe quel type de molécule.

Soit mathématiquement : \sum_{j=1}^m a_{ij}N_j=b_i^0

N_j est le nombre de molécules de type J, a_(ij) est le nombre d'atomes de l'élément i dans la molécule J et b i 0 est le nombre total d'atomes de l'élément i dans le système, qui reste constant, puisque le système est fermé. Il y aura une équation de ce genre pour chaque élément différent dans ce système.

En science sociales[modifier | modifier le code]

L'application de ce principe dans les sciences sociales correspond à des systèmes sociaux fermés :

Dans la construction[modifier | modifier le code]

Les bâtiments autonomes ont pour objectif de fonctionner comme un système fermé.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bela H. Banathy (1992). Une vision systémique de l'éducation : concepts et principes d'une pratique efficace, p. 184