Système de publication pour l'Internet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spip.
SPIP
Image illustrative de l'article Système de publication pour l'Internet
Logo

Dernière version 3.0.16 (3 mars 2014) [+/-]
Environnements Multiplate-forme
Langues Multilingue
Type CMS (système de gestion de contenu)
Licence GPL
Site web spip.net

SPIP (Système de publication pour l'Internet) est un logiciel libre destiné à la production de sites web. Il se démarque d'un système de gestion de contenu classique par le soin apporté aux standards de l'édition (respect des règles typographiques, organisation des rôles des participants).

Ce logiciel privilégie la simplicité d'installation, d'usage et de maintenance, et il est largement utilisé par des réseaux de personnes, des institutions publiques ou privées.

SPIP est un acronyme signifiant « Système de publication pour l'Internet » ; le dernier « P » est laissé à la libre interprétation de chacun et est souvent traduit par « partagé » ou « participatif », dans la mesure où ce logiciel permet surtout d'éditer collectivement un site. Sa mascotte est un polatouche (écureuil volant).

Présentation[modifier | modifier le code]

SPIP est l'un des logiciels libres de gestion de contenu parmi les plus utilisés en France[1] (environ 40 000 sites [2]).

Il est utilisé à la fois par des sites institutionnels (sites thématiques, de certains services déconcentrés, ministères ou ambassades de France), des sites de presse (le webmestre du journal Le Monde diplomatique est un des initiateurs de SPIP[2]), des sites associatifs, universitaires ou des particuliers.

Son langage de « squelettes » permet de produire des sites Internet aux fonctionnalités élaborées, tout en restant simple à manipuler avec un niveau modeste en informatique. Un utilisateur de SPIP s'appelle un « spipeur ».

Les utilisateurs peuvent s'identifier sur le site public. Ils disposent alors de droits d'édition différents selon qu'ils ont le statut d'« administrateurs », de « rédacteurs » ou de « visiteurs ».

Les « administrateurs » et les « rédacteurs » ont accès à l'espace de rédaction du site. Les « visiteurs » peuvent s'identifier sur le site public lorsque c'est nécessaire.

Technologie[modifier | modifier le code]

SPIP est un logiciel écrit en PHP qui s'appuie sur la base de données MySQL, mais aussi sur SQLite et PostgreSQL (en version expérimentale). Il peut être utilisé comme « requêteur Web multi-bases » (y compris avec des bases de données distantes).

Les pages du site sont générées « à la volée » : les contenus sont stockés dans la base de données et sont mis en forme au moyen de « squelettes » de présentation.

Ces squelettes permettent de produire les fonctionnalités qu'on peut attendre d'un site Internet moderne grâce à un langage de balisage léger qui mêle le HTML à un ensemble de « boucles », de « balises » et de « filtres » documentés dans plusieurs langues sur le site du projet.

Enfin, un système de cache permet à SPIP d'éviter des calculs redondants pour générer les pages : quand une page est demandée par un client web, SPIP vérifie d'abord si elle n'est pas déjà dans son cache avant de l'afficher. La durée de vie d'une page dans le cache est paramétrable dans son squelette de présentation.

Historique[modifier | modifier le code]

SPIP fut à l'origine créé pour le site uzine.net, puis les créateurs décidèrent de le livrer sous licence GPL. Dès son lancement en 2001, il fut également utilisé par Le Monde diplomatique et Vacarme.

Le « noyau » des développeurs est constitué depuis 2001 par :

  • ARNO* (Arnaud Martin), créateur de SPIP pour le site uZine 2. Initialement webmestre, graphiste, « PAOiste ».
  • Antoine (Antoine Pitrou), informaticien. A rejoint SPIP par intérêt pour l'outil et pour uZine.
  • Fil (Philippe Rivière), journaliste et technicien. A adopté SPIP pour répondre aux besoins du Monde diplomatique.

SPIP intègre alors un mécanisme de cache, une authentification, un module d'installation automatique, ainsi qu'une interface d'administration et de saisie des articles. SPIP a pour caractéristique principale de permettre la création de pages dynamiques sans connaissance de PHP, grâce à un mécanisme de templates relativement simple dit de « squelettes ».

Début 2003, la version 1.6 permet de décliner l'interface privée en plusieurs langues[3]. Un espace des traducteurs est mis en place afin de multiplier le nombre de versions disponibles automatiquement[4].

En janvier 2004, la version 1.7 de SPIP permet également de gérer des sites multilingues, comprend un module de recherche et d'indexation du contenu, et permet d'incorporer le contenu d'autres sites via une syndication[5]. En juin, un fork très controversé[réf. nécessaire], SPIP-Agora, est annoncé sur le site de l'ADULLACT. Il sera officiellement arrêté en 2008.

En avril 2005, l'interface privée de la version 1.8 a été remaniée afin de prendre en compte l'analyse ergonomique effectuée par Diala Aschkar dans le cadre de son mastère[6],[7]. Une modification importante pour les développeurs voit également le jour avec cette version : le cœur de SPIP est désormais constitué d'un nouveau compilateur qui, de par sa richesse, ouvre le champ à de nouvelles perspectives. Il devient alors possible d'élaborer des squelettes aux fonctionnalités de plus en plus complexes sans aucun recours à PHP.

La version 1.9 (1er juillet 2006), repérable par une réorganisation complète des fichiers et le passage des extensions de fichier de .php3 vers .php[8], amène de nombreux changements, dont certains ne seront vraiment finalisés qu'avec les versions 1.9.1 et 1.9.2. En particulier sont introduits un système de plugin, et des filtres de traitements d'images. Les squelettes livrés par défaut sont plus homogènes, et suivent les standards du W3C.

La version 1.9.1 fournit un système de modèles, à la manière de ceux existant dans la syntaxe wiki de MediaWiki, et utilise AJAX assez systématiquement dans l'espace privé[9].

La version 1.9.2 achève la réorganisation des répertoires, ce qui permet à une même distribution de SPIP de servir à tous les utilisateurs d'un même hébergeur. Elle s'enrichit de la bibliothèque JQuery, et intègre un validateur XML original. Un outil d'aide à la traduction complète cette nouvelle avancée[10].

La version 2.0 se veut à la fois le système de publication habituel et une plate-forme de développement plus générale. SPIP devient notamment utilisable sur plusieurs serveurs SQL différents, grâce à une interface unifiée spécifique. Il introduit un modèle dit CVT (Charger, Vérifier, Traiter) permettant d'écrire plus facilement des formulaires, éventuellement en AJAX[11]. Au même titre que le site affiché au public, l'espace d'administration du site (espace privé) peut être redéfini et personnalisé, notamment à l'aide du langage des squelettes de SPIP.

La version 2.1 offre un système d'extensions (plugins non désactivables depuis l'interface privée) et transfère certaines fonctionnalités du noyau de SPIP en extensions. La voie est ainsi ouverte pour proposer des distributions fortement personnalisables du logiciel.

La version 3.0 est sortie le 19 mai 2012[12], elle achève la découpe du logiciel en plugins comme SPIP 2 l’avait amorcée. L’ensemble des fonctionnalités proposées par SPIP 2 repose dorénavant sur un noyau SPIP 3 accompagné de 23 plugins. La découpe complète du noyau a permis de compléter ses API et points d’entrée pour les développeurs de plugins. L’ensemble de l’espace privé de SPIP a été recodé en squelettes, sur la base des outils et fonctions proposés par le langage de squelettes de SPIP. Cette remise à plat de l’espace privé a été l’occasion de repenser le fonctionnement des objets éditoriaux et de normaliser leur usage pour le rendre le plus générique possible. La création de nouveaux objets éditoriaux et la personnalisation des objets existants deviennent ainsi beaucoup plus faciles et plus rapides. SPIP 3 introduit une nouvelle boucle DATA qui permet enfin de boucler sur tout type de données et plus seulement sur les tables SQL.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] Distribution of content management systems among websites that use .fr
  2. La toile de SPIP par Philippe Rivière, octobre 2003.
  3. SPIP 1.6, spip.net, mai 2003
  4. Catégorie « L’espace des traducteurs » sur spip.net
  5. SPIP 1.7, SPIP 1.7.2, spip.net, mai 2004
  6. SPIP[ecrire] étude, janvier 2004
  7. SPIP 1.8, spip.net, avril 2005
  8. SPIP 1.9, spip.net, juillet 2006
  9. SPIP 1.9.1, spip.net, août 2006
  10. SPIP 1.9.2, spip.net, février 2007
  11. SPIP 2.0, spip.net, décembre 2008
  12. « SPIP 3.0 »,‎ 19 mai 2012 (consulté le 21 mai 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Perline, Spip pratique 1.9, InLibroVeritas, 2008, 301 p. (ISBN 978-2-35209-062-5) sous Licence Art Libre et librement téléchargeable sur Framabook
  • Matthieu Marcillaud, Programmer avec SPIP, Lulu, 2010. Sous Licence Creative Commons, téléchargeable chez Lulu

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]