Système de détecteurs de départ de missile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Disposition du système d'alerte de départ missile de l'AH-64 Apache (la partie ressemblant à un gyrophare, entourée en rouge).

Le Système de détecteurs de départ de missile (en anglais : « Missile Approach Warning System » ou MAWS) est un système installé à bord d'avions et d'hélicoptères, permettant d'alerter le pilote de la potentielle menace d'un missile lancé contre lui.

Principe de fonctionnement[modifier | modifier le code]

Un gunship AC-130H Spectre largue une salve de leurres infrarouges.

Ce système est constitué de détecteurs de rayonnement infrarouge, montés à différents endroits sur la structure de l'appareil équipé, permettant de détecter les émissions infrarouges suspectes. La caractéristique principale d'un missile étant la porte puissance de sa propulsion, lorsque le système détecte une « tâche » thermique dans le décor ambiant, il y a fort à parier que cela provienne d'un missile en cours de lancement.

Après analyse du signal reçu et en cas de suspicion de l'approche d'un missile, des leurres infrarouges (en anglais : flares) sont automatiquement lancés afin de dévier si possible le missile de l'appareil. Certains systèmes, particulièrement performants, permettent même de calculer précisément l'angle d'éjection des leurres afin de maximiser les chances de semer le missile.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Les deux Boeing VC-25A assurant les déplacements du président des États-Unis, mieux connus sous le nom d'« Air Force One », sont également équipés de systèmes MAWS.

Ce système est presque essentiellement employé par les appareils militaires, mais certains avions civils ou d'origine civile (Boeing 747 par exemple) en sont également équipés, principalement parce-qu'ils ont une haute valeur stratégique ou parce-qu'ils survolent régulièrement des régions du globe très dangereuses.

Ainsi, bien que non confirmé officiellement par les autorités israéliennes, on suppose que le Boeing de la compagnie Arkia Airline qui a échappé le 27 novembre 2002 à Mombasa (Kenya) à deux missiles lancés dans sa direction, était équipé d'un tel système[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dan Williams, « Israeli plane countermeasures may have stopped missiles », Rense.com,‎ 29 novembre 2002 (consulté le 24 octobre 2014)

Articles connexes[modifier | modifier le code]