Synode de Ráth Breasail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Synode de Ráth Breasail (également connu sous le nom de Rathbreasail) (irlandais: Sionad Ráth Bhreasail) s'est tenu en 1111 en Irlande. Il marque une transition entre la l'organisation traditionnelle irlandaise d'église monastique et l'établissement de diocèses et de paroisses conforme aux pratiques de l'Église Catholique Romaine. La plupart des diocèses actuels de l'église catholique d'Irlande sont issus des décisions de ce synode.

Le Synode[modifier | modifier le code]

Le synode a rassemblé pas moins de 50 évêques 300 prêtres et environ 3000 laïques. Il établit deux provinces ecclésiastique: Armagh et Cashel. Chaque province étant constituée de douze diocèses. Les limites des diocèses sont seulement vaguement esquissées. Le synode établit également un évêché à Waterford comme suffragant de Cashel alors que la cité danoise avait jusqu'à présent été liée à la province ecclésiastique Canterbury.

Le légat du Pape conférant autorité au Synode est Gille, évêque de Limerick[1]. Gille n'est pas mentionné dans les Chroniques d'Irlande, sans doute parce que Limerick était une cité Hiberno-Norse.

Ce synode est le second des quatre grandes assemblées réformatrices de l'Église d'Irlande les trois autres se tinrent à Cashel I en 1101, Kells-Mellifont en 1152 et de nouveau à Cashel II en 1172 sous l'égide de Henri II d'Angleterre. Rathbreasail situé près de Mountrath, dans le comté de Laois, était un endroit central apte à favoriser à la réunion d'une grande assemblée.

Les diocèses[modifier | modifier le code]

Deux archidiocèses et vingt quatre diocèses sont établis par le synode:

Province d'Armagh[modifier | modifier le code]

Province de Cashel[modifier | modifier le code]


Le Diocèse de Dublin reconnait la juridiction de l'Archevêque de Cantorbéry jusqu'en 1096, mais n'est pas inclus dans la liste des diocèses pendant le synode car il n'est pas incorporé dans l'organisation de la hiérarchie religieuse irlandaise jusqu'au Synode de Kells en 1152.

Dictatus papae[modifier | modifier le code]

Les délibérations du synode sont dans la ligne des décisions relativement récentes de la Papauté qui sont édictées dans le recueil Dictatus papae (1075–87) émanant de la notion de Libertas ecclesiae (1079).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fleming J., « Gille of Limerick, architect of a medieval church », Four Courts Press, Dublin 2001.


Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Synod of Ráth Breasail » (voir la liste des auteurs), édition du 24 avril 2012.
  • (en) Peter Galloway, The Cathedrals of Ireland, Belfast 1992.
  • (en) T.W Moody, F.X. Martin, F.J. Byrne A new history of Ireland Oxford University Press réédition 2011 (ISBN 9780199593064), tome IX ,« Succession lists: Bishops, 1111-1534 » p. 264-331 & « Dioceses as definided at the Synod of Raith Bressail 1111 », Table 24 p. 26.

Ligne externe[modifier | modifier le code]