Syndrome de l'île de Pâques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Image satellitale de l’île

Le syndrome de l'île de Pâques (Easter Island Syndrome en anglais) est un concept créé par J.F. Richard en 2005 à partir d'un scénario fictif concernant les causes de la disparition d'une des deux cultures humaines présentes sur l'île de Pâques. Le syndrome est une réflexion sur le phénomène général dit de l'écocide qui a été reprise par Jared Diamond dans son ouvrage Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie (2006)[1].

Thèse[modifier | modifier le code]

Selon Richard, la culture disparue a subi le monopole de l'autre concernant l'exploitation du bois insulaire. Plus globalement, le modèle veut montrer qu'il existe un rapport à risque entre une civilisation et son environnement, qu'elle exploite jusqu'à l'extinction. Par cette fiction, Richard montre que certaines cultures humaines annoncent les choix futurs que l'Humanité aura à élaborer concernant la déstabilisation de son environnement écologique, et dévoilent par là le rapport contigu de l'humain et de son économie avec celui-ci. Richard rejoint de ce fait toute l'écologie née avec James Lovelock et son hypothèse Gaïa. Pour prévenir ce genre de scénario, Richard préconise le RTQM c'est-à-dire le « réseau de traitement des questions mondiales ».

Critique[modifier | modifier le code]

Dans son article « Du génocide à l'écocide », « B. Peiser accuse J. Diamond de manipuler les données pour soutenir sa théorie « néocatastrophiste ». Ce dernier aurait négligé certaines données : certains récits des premiers Occidentaux arrivés sur l'île évoquent la présence de cocotiers ou de palmiers avec lesquels les habitants construisaient leurs huttes. » La déforestation de l'île aurait donc eu lieu après l'arrivée des Européens et la fin de cette culture serait due aux virus apportés par les colons, et non à la déforestation[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Dortier, « Île de Pâques : la catastrophe a-t-elle vraiment eu lieu ? », Sciences Humaines, no 174,‎ août 2006 (lire en ligne)
  • Daniel Tanuro, « Catastrophes écologiques d’hier et d’aujourd’hui : la fausse métaphore de l’île de Pâques », RISAL.info,‎ 10 octobre 2007 (lire en ligne)
  • (en) Palanisamy Nagarajan, « Collapse of Easter Island Lessons for Sustainability of Small Island », Journal of Developing Societies, vol. 22, no 3,‎ septembre 2006, p. 287-301 (DOI 10.1177/0169796X06068032, lire en ligne)