Syndrome de l'étudiant en médecine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le syndrome de l'étudiant en médecine est une condition fréquemment rapportée chez les étudiants en médecine qui s'auto-diagnostiquent, ou diagnostiquent les autres, contractant les symptômes de maladie(s) qu'ils étudient.

La condition est caractérisée par la peur de contracter la maladie en question. Certains auteurs suggèrent que cette maladie doit être diagnostiquée sous le terme de nosophobie[1], plutôt que le terme d'« hypocondrie », car les études citées ne montrent aucune caractéristique hypocondriaque de la condition. La référence[1] suggère que la condition est associée à une préoccupation immédiate des symptômes en question, ce qui conduit l'étudiant à devenir, d'une manière irrationnelle, préoccupé par les différents cas de troubles psychologiques et physiologiques.

Critiques[modifier | modifier le code]

Sur le plan psychiatrique, il n'existe pas de description précise ni critérologique de ce syndrome, pas de travaux ni de publication soutenant son existence. Si le concept est parfois utilisé par les étudiants en médecine ou leurs professeurs, il ne correspond à aucun syndrome au sens médical du terme.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Hunter R. C. A, Lohrenz J. G., Schwartzman A. E. « Nosophobia and hypochondriasis in medical students ». J Nerv Ment Dis 1964 ; 130 : 147-52. PMID 14206454.
  • (en) Howes, Oliver D., et Paul M. Salkovskis (1998) Health anxiety in medical students. The Lancet v351.n9112 (2 mai 1998) : p. 1332.
  • (en) Walton, George Lincoln, 1908, Why Worry? J. B. Lippincott, Philadelphia. Project Gutenberg text.