Syndrome de Wallenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Syndrome de Wallenberg
Classification et ressources externes
Gray700.png
Coupe transverse schématique du bulbe rachidien
CIM-10 G46.4
DiseasesDB 10449
eMedicine emerg/834 
MeSH D014854
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wallenberg.

Le syndrome de Wallenberg ou syndrome de la fossette latérale du bulbe est une atteinte hémorragique ou ischémique du territoire vascularisé par l'artère cérébelleuse postéro-inférieure (PICA).

Mécanisme[modifier | modifier le code]

La portion dorsolatérale du bulbe rachidien est vascularisée par l’artère cérébelleuse postérieure inférieure (PICA) et contient entre autres les noyaux vestibulaires, les fibres descendantes hypothalamiques (contrôle du SNA sympathique), le noyau trigéminal spinal et son tractus, le noyau ambigu, le pédoncule cérébelleux inférieur et les fibres du système antérolatéral (spinothalamique, spinoréticulaire et spinomésencéphalique).

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Clinique[modifier | modifier le code]

Une lésion ischémique de ce territoire aura comme conséquences six déficits dont trois sont liés aux nerfs crâniens :

  • difficulté à avaler la nourriture (dysphagie et enrouement de la voix (cordes vocales) dysphonie, dus à la lésion du noyau ambigu et disparition du réflexe pharyngien (les voies motrices pharyngiennes passent par le noyau ambigu) ;
  • vertiges et nystagmus, dus à la lésion des noyaux vestibulaires ;
  • perte ou diminution de la sensation (anesthésie) de la face du côté ipsilatéral (même côté) à la lésion à cause de la destruction du noyau trigéminal spinal et de son tractus ;
  • absence ou diminution de la sensation de douleur et de température du tronc et des membres du côté controlatéral (côté opposé) à la lésion, due à la destruction des fibres du système antérolatéral ;
  • ataxie des membres ipsilatérale à la lésion, due à la lésion du pédoncule cérébelleux inférieur ;
  • syndrome de Claude Bernard-Horner, c’est-à-dire constriction des pupilles, pseudo-ptosis à cause de la faiblesse du muscle tarsal, rougeur du visage (vasodilatation à cause de l’absence de l’activité vasoconstrictrice du sympathique) et diminution de la transpiration.

Examens complémentaires[modifier | modifier le code]

Causes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]