Syndrome de Pancoast-Tobias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Syndrome de Pancoast-Tobias
Classification et ressources externes
Pancoast Tumor 1.jpg
Une radiographie de thorax montrant un cancer (P) du poumon droit, chez une patiente fumeuse de 47 ans.
CIM-10 C34.1
CIM-9 162.3
DiseasesDB 31266
eMedicine med/3418 
MeSH D010178
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le Syndrome de Pancoast-Tobias ou syndrome apico-costo-vertébral douloureux constitue l'une des manifestations possibles d'un cancer de la partie supérieure du thorax ou de la partie inférieure du cou, plus précisément et le plus souvent d'un cancer des apex (ou sommets) des poumons[1]. Ces derniers sont situés au voisinage de nombreuses structures (vaisseaux, nerfs…), et la croissance d'une tumeur peut, à un stade avancé, entrainer la compression ou la destruction de ces structures voisines.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce syndrome a été d'abord décrit par Edwin Hare[2], puis en 1924 par Henry Pancoast[3],[4].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Clinique[modifier | modifier le code]

L'ensemble des signes cliniques, symptômes secondaires à ces compressions et destructions est regroupé sous le terme de syndrome de Pancoast-Tobias. Il comprend, ainsi:

  • une destruction douloureuse de l'arc postérieur de la première (ou des deux premières) côte(s) ;
  • une douleur irradiant jusque dans le bras, l'avant-bras et la main[1], liée à la compression de racines nerveuses (issues des métamères (ou « étages ») C8 et T1 de la moelle épinière) ;
  • un syndrome de Claude Bernard-Horner[1] comprenant une chute de la paupière supérieure (ou ptosis), une constriction de la pupille (ou myosis), et un enfoncement de l'œil situé du même côté que la lésion pulmonaire (énophtalmie), voire joue chaude et diminution de la sudation locale, liés à des compressions nerveuses du système nerveux sympathique ;
  • une tachycardie (accélération du rythme cardiaque), des troubles de la sudation (anhydrose) et de la pigmentation cutanée[1].

Examens complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Radiographie thoracique montrant une opacité de l'apex[1]
  • Scanner thoracique
  • Calcémie à la recherche d'une hypercalcémie

Traitement[modifier | modifier le code]

Son traitement est avant tout celui de la tumeur qui permettra de lever les compressions. Il semble toutefois important de préciser qu'il est souvent synonyme de stade avancé, et que son pronostic est, à ce titre, réservé. Une prise en charge symptomatique est indispensable (traitement de la douleur).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Marcel Garnier et Valery Delamare, Dictionnaire illustré des termes de médecine, Maloine,‎ 2004, 28e éd. (ISBN 2224027842), p. 645
  2. HARE, Edwin S. : Tumor involving certain nerves. Letter to London Med Gaz, 1838, 1, 16-8.
  3. PANCOAST, HK : Importance of careful roentgen ray investigations of apical chest tumours. JAMA, 1924, 83, 1407-11.
  4. PANCOAST, Henry K. : Superior pulmonary sulcus tumor: Tumor characterized by pain, Horner's syndrome, destruction of bone and atrophy of hand muscles. JAMA, 1932, 99, 1391-6.