Syndrome de Noonan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Syndrome de Noonan
Classification et ressources externes
Noonan syndrome.PNG
Jeune fille de 12 ans présentant un syndrome de Noonan : cou court, large et palmé, colonne vertébrale déviée selon deux courbures.
CIM-10 Q87.1
CIM-9 759.89
OMIM 163950
DiseasesDB 29094
eMedicine article/947504 
MeSH D009634
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le syndrome de Noonan est une maladie congénitale, génétiquement répandue, considérée être un type de nanisme affectant d'une manière égale les garçons et les filles[1]. Il semblerait être une version masculine du syndrome de Turner[2] (et est souvent décrite de cette manière[3]), cependant, les causes génétiques du syndrome de Noonan sont différentes. Les symptômes principaux incluent cardiopathie congénitale, petite taille, problèmes d'apprentissage, pectus excavatum (aspect inhabituel du thorax avec implantation basse des mamelons), anomalies de la coagulation sanguine et faciès caractéristique (cou large ou palmé).

Le syndrome a été nommée d'après le docteur Jacqueline Noonan qui l'a décrit en 1963[4].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Approximativement 1 sur 1 000, et 1 sur 2 500 enfants dans le monde naissent avec ce syndrome[5]. Il est le deuxième syndrome génétique le plus répandus associé à une cardiopathie, après le syndrome de Down[5]. Cependant, le niveau de sévérité peut varier en fonction des patients atteints de ce syndrome. Néanmoins, le syndrome n'est pas directement diagnostiqué dès le plus jeune âge.

Étiologie[modifier | modifier le code]

la maladie fait partie de celles secondaires à des mutations sur des gènes de la famille des protéines Ras

Huit gènes sont connus comme responsables :

  • une mutation du gène PTPN11 (protein tyrosine phosphatase, non-receptor type 11) du locus q24.1 du chromosome 12 retrouvé dans 50 % des cas[6].
  • les mutations du gène KRAS, SOS1, RAF1, NRAS, BRAF', SHOC2, CBL donnent également des syndromes de Noonan.

La transmission est de type autosomique dominante mais la plupart des individus affectés sont le résultat d’une mutation de novo. 30 à 50 % des parents d’enfants atteints sont porteurs d'une mutation sur le gène PTPN11[réf. nécessaire].

Clinique[modifier | modifier le code]

La description du syndrome de Noonan est souvent cliniquement bien établi[7]. L'un des symptômes inclut le faciès caractéristique. Les oreilles implantées sont basses et orientées en arrière et les yeux écartés, philtrum profond, bordures vermillon de la lèvre supérieure, petit cou (pterygium colli) avec implantation basse des cheveux. Les caractéristiques faciales sont nettes chez le nouveau-né et tendent à disparaître avec la croissance. La petite taille est également un symptôme du syndrome de Noonan. La taille à la naissance est normale mais à l’âge adulte, la taille est à la limite inférieure de la normale. Des déformations de la colonne vertébrales (scoliose, lordose) sont présentes dans un tiers des cas[8].

La cardiopathie congénitale est présente entre 50 et 80 % des enfants atteints[réf. nécessaire]. Les anomalies cardiaques les plus fréquentes sont une sténose valvulaire pulmonaire et une cardiomyopathie hypertrophique du ventricule gauche[9]. D’autres anomalies ont été décrites comprenant communication inter-auriculaire, communication inter-ventriculaire, sténose des branches de l’artère pulmonaire, tétralogie de Fallot.

Un quart des enfants ont des difficultés d'apprentissage[10] mais la plupart peuvent suivre une scolarité normale avec parfois un soutien complémentaire. Les performances verbales sont un peu plus faibles que les performances non verbales[10]. Il existe des troubles de l'audition, situé dans les fréquences élevées dans près de la moitié des porteurs du syndrome[11].

Les troubles de la coagulation sont également fréquents. Ils peuvent inclure maladie de Willebrand, thrombocytopénie et déficit de plusieurs facteurs de la coagulation entraînant souvent des saignements anormaux[12].

Du côté des autres symptômes : puberté retardée chez les filles mais fertilité normale. Les garçons ont très souvent une cryptorchidie bilatérale[12].

L'examen clinique peut révéler un gros foie (hépatomégalie) dans près de la moitié des cas[12]. L'examen de la peau montre de fréquent nævus, des lentigines, des taches « café au lait »[5].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Le diagnostic est essentiellement basé sur la clinique. La recherche de la mutation n’est retrouvée que dans 50 % des individus porteurs de cette maladie.

Cette maladie doit être distinguée des autres pathologies associant visage caractéristique, cardiopathie congénitale et retard mental : syndrome de Turner, syndrome de Williams, syndrome d'alcoolisation fœtale, syndrome de Watson, Syndrome cardio facio cutanéo muqueux et syndrome de Costello.

Le diagnostic prénatal est possible par prélèvement de trophoblaste ou d’amniocentèse mais la mutation doit être connue avant le diagnostic.

Evolution et complications[modifier | modifier le code]

Durant l'enfance, le risque de survenue d'une leucémie est un peu plus élevée[5]. Le risque de cancer est sensiblement augmenté chez les syndromes de Noonan porteur d'une mutation sur le gène PTPN11[13].

Il existe un risque majoré d'ostéoporose secondaire à l'hypo-oestrogénie[14].

L'homme est fréquemment hypofécond, du fait d'une cryptorchidie bilatérale, mais aussi d'une dysfonction des cellules de Sertoli[15]. La femme n'a, en règle générale, pas de problème de fertilité[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) James, William; Berger, Timothy; Elston, Dirk (2005). Andrews' Diseases of the Skin: Clinical Dermatology. (10th ed.). Saunders. ISBN 0-7216-2921-0.
  2. (en) Curcić-Stojković O, Nikolić L, Obradović D, Krstić A, Radić A, [Noonan's syndrome. (Male Turner's syndrome, Turner-like syndrome)], vol. 31,‎ 1978, 299–303 p. (PMID 692497)
  3. (en) Noonan syndrome
  4. Noonan JA, Ehmke DA, Associated noncardiac malformations in children with congenital heart disease, Midwest Soc Pediatr Res, 1963;63:468-470
  5. a, b, c, d et e Roberts AE, Allanson JE, Tartaglia M, Gelb BD, Noonan syndrome, Lancet, 2013;381:333-342
  6. Tartaglia M, Kalidas K, Shaw A et al. PTPN11 mutations in Noonan syndrome: molecular spectrum, genotype-phenotype correlation, and phenotypic heterogeneity, Am J Hum Genet, 2002;70:1555-1563
  7. (en) Allanson JE « Noonan syndrome » J Med Genet. 1987;24:9-13
  8. Lee CK, Chang BS, Hong YM, Yang SW, Lee CS, Seo JB, Spinal deformities in Noonan syndrome: a clinical review of sixty cases, J Bone Joint Surg Am, 2001;83:1495-1502
  9. Marino B, Digilio MC, Toscano A, Giannotti A, Dallapiccola B, Congenital heart diseases in children with Noonan syndrome: an expanded cardiac spectrum with high prevalence of atrioventricular canal, J Pediatr, 1999;135:703-706
  10. a et b Lee DA, Portnoy S, Hill P, Gillberg C, Patton MA, Psychological profile of children with Noonan syndrome, Dev Med Child Neurol, 2005;47:35-38
  11. Qiu WW, Yin SS, Stucker FJ, Audiologic manifestations of Noonan syndrome, Otolaryngol Head Neck Surg, 1998;118:319-323
  12. a, b et c Sharland M, Burch M, McKenna WM, Paton MA, A clinical study of Noonan syndrome, Arch Dis Child, 1992;67:178-183
  13. Jongmans MC, van der Burgt I, Hoogerbrugge PM et al. Cancer risk in patients with Noonan syndrome carrying a PTPN11 mutation, Eur J Hum Genet, 2011;19:870-874
  14. Takagi M, Miyashita Y, Koga M, Ebara S, Arita N, Kasayama S, Estrogen deficiency is a potential cause for osteopenia in adult male patients with Noonan's syndrome, Calcif Tissue Int, 2000;66:200-203
  15. Marcus KA, Sweep CG, van der Burgt I, Noordam C, Impaired Sertoli cell function in males diagnosed with Noonan syndrome, J Pediatr Endocrinol Metab, 2008;21:1079-1084