Syndrome de Cotard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le syndrome de Cotard est un syndrome délirant décrit en 1880 par le neurologue français Jules Cotard (1840-1889), observé au cours de syndromes dépressifs graves appelés syndromes mélancoliques.

Description[modifier | modifier le code]

Le syndrome de Cotard est un état délirant dont la thématique hypocondriaque associe des idées[1],[2],[3] :

  • d'immortalité ;
  • de damnation ;
  • de négation d'organe : le sujet pense que certains de ses organes sont « pourris », « bouchés » ou « transformés en pierre », ou bien qu'il n'a plus de bouche, etc.
  • de négation du corps (le sujet pense ne plus avoir de corps ou bien être déjà mort).

Le malade, après avoir développé des préoccupations hypocondriaques et des troubles cénesthésiques[4] graves, sent ses organes se putréfier et se détruire. Le syndrome associe anxiété intérieure effroyable, hallucinations visuelles, stupeur extrême, auto-accusation, auto-mutilation, voire suicide.

Ce syndrome rare est rencontré au cours de certaines dépressions mélancoliques dont il constitue un indice de gravité. Les autres signes de dépression mélancolique sont également présents. Contrairement à ce qui se passe dans l'hypocondrie névrotique, le patient ne consulte pas pour ses problèmes corporels, et ne pense pas pouvoir être guéri (idées d'incurabilité).

Ce tableau nécessite des soins urgents en milieu hospitalier car le risque suicidaire est maximal[2].

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Dans sa nouvelle Le Testament de Maître Mussard (allemand : Das Vermächtnis des Maître Mussard), l'auteur allemand Patrick Süskind décrit un étrange personnage, Maître Mussard, que l'on peut voir, à travers ses écrits, sombrer progressivement, et au début de façon subtile, dans une effroyable variante de cette terrible maladie.

Dans l'épisode 15 de la saison 4 de la série télévisée américaine Scrubs, un personnage apparaissant plusieurs fois est atteint du syndrome de Cotard.

Dans le film Synecdoche, New York de Charlie Kaufman le personnage principal s'appelle Caden Cotard, en référence au syndrome de Cotard. Il est atteint durant tout le film d'une forme croissante d'hypocondrie.

Dans l'épisode 10 de la saison 1 de la série télévisée Hannibal (NBC), la tueuse est atteinte de ce syndrome.

Cas célèbres[modifier | modifier le code]

Le chanteur de Mayhem, Per Yngve Ohlin, connu sous le nom de scène de Dead aurait été atteint du Syndrome de Cotard : décrit comme obsédé par la mort, il pensait son corps gelé et déjà mort depuis son enfance, il s'auto-mutilait parfois gravement et se suicida en avril 1991[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Berrios GE, Luque R, « Cotard's "On hypochondriacal delusions in a severe form of anxious melancholia" », Hist Psychiatry, vol. 10, no 38 Pt 2,‎ 1999, p. 269-78. (PMID 11623880) modifier
  2. a et b (en) Howe G, Srinivasan M, « A case study on the successful management of Cotard's syndrome in pregnancy: Case Reports », Int J Psychiatry Clin Pract, vol. 3, no 4,‎ 1999, p. 293-5. (PMID 24921235, DOI 10.3109/13651509909068399) modifier
  3. (en) Debruyne H, Portzky M, Van den Eynde F, Audenaert K, « Cotard's syndrome: a review », Curr Psychiatry Rep, vol. 11, no 3,‎ 2009, p. 197-202. (PMID 19470281) modifier
  4. La cénesthésie concerne un organe ou tout le corps avec sentiment de modification corporelle, voire de dématérialisation, de possession, de métamorphose en animal.
  5. Michael Moynihan et Didrik Søderlind, traduction par Sylvia Rochonnat, Black metal satanique: les seigneurs du chaos, traduction française et édition revue et augmentée du livre original Lord of Chaos: "The Bloody Rise Of Satanic Metal Underground"

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cotard J. ; Camuset M. ; Seglas J. Du délire des négations aux idées d'énormité Paris : L'Harmattan, 1997. ISBN 2-7384-6152-2 (ouvrage original de 1882)
  • Arce Ross, German, « Syndrome de Cotard et fuite des idées », Évolution psychiatrique, Vol. 70, 1. Elsevier, Paris, 2005, p. 161-176