Syndrome de Coffin-Lowry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ne pas confondre ce syndrome avec le syndrome de Coffin-Siris

Syndrome de Coffin-Lowry
Référence MIM 303600
Transmission Dominante liée à l'X
Chromosome Xp22.2-p22.1
Gène RPS6KA3
Mutation Ponctuelle, duplication
Mutation de novo oui
Nombre d'allèles pathologiques Plus de 120 connus
Porteur sain Sans objet
Prévalence 1 sur 40 000 à 50 000
Pénétrance Moyenne
Diagnostic prénatal Possible
Liste des maladies génétiques à gène identifié

Décrit indépendamment par Coffin en 1966 et Lowry en 1971 [1], le syndrome de Coffin-Lowry se caractérisa par un retard mental important chez les garçons et un retard mental variable ou absent chez les filles hétérozygotes. Le faciès est caractéristique chez les adolescents et les adultes. Les mains sont petites avec une hyperextensibilité des doigts qui sont souvent petits et fins. Les garçons présentent un retard de croissance constant. La microcéphalie est habituelle. Une cardiopathie est parfois retrouvée contribuant à la mortalité de ce syndrome. Des épisodes de chute brutale sans perte de conscience induits par un stimulus tactile ou auditif apparaît vers l'adolescence dans 20 % des cas. La survenue tardive d’une scoliose est la caractéristique la plus frappante de cette maladie.

Le gène RPS6KA3 code la protéine ribosomique S6 kinase alpha 3 qui agit sur l'ATF4, un facteur de transcription (protéine qui contrôle l'expression des gènes) indispensable à la maturation des ostéoblastes et à la synthèse de collagène de type I [2]. La mutation du gène RSK2 induit une diminution du nombre d'ostéoblastes matures et provoquent une réduction de la masse osseuse. La déficience en collagène explique la dégradation progressive des vertèbres soumises à de fortes contraintes.

RSK2 phosphoryle également CREB, un facteur de transcription.

Le séquençage permet de retrouver une mutation dans 40 % des cas.

Description[modifier | modifier le code]

Le syndrome de Coffin-Lowry est un retard mental profond associé à des anomalies de
Croissance

  • La croissance intra-utérine est normale mais la croissance post natale est très faible, se situant vers le troisième percentile. Une microcéphalie apparaît parfois.

Dentition

  • Petite dent, hypodontie, la rétrognathie chez les jeunes est remplacée par un prognathisme.

Neurologie & Comportement

  • Souvent décrit comme joyeux et plaisant mais ce n’est pas un trait constant. Cette pathologie est aussi responsable de chutes brutales sans perte de conscience lors de stimulus visuels et auditifs. Ces manifestations affectent environ 20 % des malades.

Cardio-vasculaire

  • Les anomalies cardiaques affectent 15 % des malades.

Squelette

  • La cyphose scoliose progressive atteint 1 malade sur 2.

Audition et vision

  • Les anomalies de l’audition sont fréquentes et doivent être recherchées. Les anomalies de la vision sont moins fréquentes.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Le diagnostic dans la petite enfance n’est pas facile : les caractéristiques, surtout faciales, ne deviennent évidentes que durant l’adolescence.

Clinique[modifier | modifier le code]

Les signes cliniques les plus importants pour le diagnostic sont [3]:
Dysmorphie faciale

  • Hypertélorisme (distance augmentée entre les orbites).
  • Lèvre inférieure épaisse et éversée.
  • Large nez avec un philtrum épais.
  • Front proéminent.
  • Grandes oreilles bas implantés.

Anomalies des mains

  • Mains bouffies.
  • Ongles courts et courbés.
  • Peau douce et élastique.
  • Les doigts sont courts et coniques. Cette caractéristique est l’un des signes cliniques les plus sûrs pour le diagnostic de cette pathologie.

Anomalies osseuses

  • Petite taille.
  • Sternum affaissé (pectum excavatun) ou saillant (pectum carinatum).
  • Cypho scoliose.

Radiologique[modifier | modifier le code]

  • Espace inter vertébral réduit.
  • Crâne

Biologique[modifier | modifier le code]

  • L’évaluation de l’activité de la kinase 6 ribosomique sur culture de fibroblaste est un moyen rapide d’avoir la diagnostic en cas de suspicion chez un garçon.

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • (fr) Site en français de renseignement sur les maladies rares et les médicaments orphelins
  • (en) Online Mendelian Inheritance in Man, OMIM (TM). Johns Hopkins University, Baltimore, MD. MIM Number: 303600 [1]
  • (en) Online Mendelian Inheritance in Man, OMIM (TM). Johns Hopkins University, Baltimore, MD. MIM Number: 300075 [2]
  • (en) Alasdair GW Hunter, Charles E Schwartz, Fatima E Abidi, Coffin-Lowry Syndrome in GeneTests: Medical Genetics Information Resource (database online). Copyright, University of Washington, Seattle. 1993-2006 [3]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lowry B, Miller JR, Fraser FC (1971) A new dominant gene mental retardation syndrome. Association with small stature, tapering fingers, characteristic facies, and possible hydrocephalus. Am J Dis Child 121:496-500
  2. ATF4 is a substrate of RSK2 and an essential regulator of osteoblast biology : implication for Coffin-Lowry Syndrome. Yang X., Matsuda K. , Bialek P. , Jacquot S. (1), Masuoka H.C. , Schinke T. , Li L. , Brancorsini S. (1), Sassone-Corsi P. (1), Townes T.M. , Hanauer A. (1) and Karsenty G. Cell, 30 avril 2004. Vol. 117, p1-20.
  3. Hanauer A and Young ID (2002) Coffin-Lowry syndrome: clinical and molecular features. J Med Genet 39:705-13

Liens externes[modifier | modifier le code]