Syndrome CHARGE

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Syndrome CHARGE
Référence MIM 214800
Transmission Dominante
Chromosome 8q12.1
Gène CHD7
Empreinte parentale Non
Mutation Ponctuelle
Mutation de novo La majorité des cas
Porteur sain 1 cas
Incidence 1 sur 8 500 naissances[1]
Maladie génétiquement liée Aucune
Diagnostic prénatal Possible
Liste des maladies génétiques à gène identifié

Décrit pour la première fois en 1979[2],[3], le syndrome CHARGE (acronyme anglais de Coloboma, Heart defect, Atresia choanae, Retarded growth and development, Genital hypoplasia, Ear anomalies/deafness soit en français colobome, malformations cardiaques, atrésie choanale, retard de croissance et/ou retard mental, hypoplasie génitale, anomalies des oreilles et/ou surdité) était considéré, au début, comme une association non fortuite de plusieurs anomalies : la cause génétique de ce syndrome a été mise en évidence en 2004[4],[5]

Description[modifier | modifier le code]

  • Anomalies oculaires : 80 % des sujets atteints

Cette anomalie consistant en une fente peut être uni ou bilatérale, atteindre l'iris ou la rétine ou les deux, la rétine étant plus fréquemment atteinte que l'iris. La vision est normale ou atteinte. Les anomalies de l'œil peuvent aller jusqu'à une anophtalmie ou une microphtalmie. L'examen clinique seul est insuffisant pour détecter des anomalies oculaires.

  • Anomalies cardiaques : 75-80 % des sujets atteints

La cardiopathie la plus fréquente est la tétralogie de Fallot dans un tiers des cas. Les autres anomalies sont la persistance du canal artériel, le ventricule droit à double sortie avec un canal atrio-ventriculaire, une communication inter-ventriculaire ou inter-auriculaire avec ou sans anomalie de la valve mitrale.

  • Atrésie des choanes

L'atrésie des choanes est un rétrécissement ou une absence de communication entre la cavité nasale et le nasopharynx. Cette atrésie est un signe cardinal de ce syndrome et toute atrésie des choanes détectée à la naissance doit faire rechercher ce syndrome. Cette atrésie peut être uni ou bilatérale, être osseuse ou membraneuse. Les atrésies bilatérales postérieures sont associées avec une augmentation significative de la mortalité. Cette anomalie peut être la cause, au cours de la grossesse, d'un hydramnios.

  • Retard de croissance

Manifeste au cours de la croissance, le poids à la naissance est normal. Les difficultés alimentaires dans la survenue du retard de croissance ne doivent pas être sous-estimées et nécessitent une prise en charge précoce et continue de ce problème. La majorité des enfants atteints ont une croissance inférieure au troisième centile. Le retard mental est variable allant d'une intelligence normale à un retard profond. Les troubles du comportement et des manifestations autistiques sont reconnus comme faisant partie de ce syndrome.

  • Anomalies génitales

Facilement mises en évidence chez les garçons, les anomalies génitales sont plus difficiles à reconnaître chez les filles. Des anomalies rénales sont souvent associées. La puberté survient tardivement.

  • Anomalies des oreilles et des nerfs crâniens : 80-100 % des sujets atteints

Les oreilles sont souvent proéminentes avec un lobule hypoplasique secondaire à une absence de cartilage et une innervation déficiente des muscles auriculaires par le septième nerf crânien. La surdité est habituelle. Des anomalies osseuses crâniennes sont mises en évidence par l'imagerie médicale qui peut dans certains cas être très utile pour établir le diagnostic.

  • Anomalies du comportement

Plusieurs études ont mis en évidence que les troubles du comportement sont un des signes de cette pathologie[6]

Étiologie[modifier | modifier le code]

Au cours de l'embryogenèse, la rupture de la membrane bucco-nasale survenant entre le 35e et le 38e jour est une étape importante. L'absence de rupture aboutissant à l'atrésie des choanes. Les anomalies cardiaques conotruncales étant en rapport avec un défaut de migration des cellules de la crête neurale survenant au cours de la septième semaine après la fécondation. La cochlée se développe vers le 36e jour et les yeux entre le 34e jour et le 44e jour qui est la période d'apparition des crêtes neurales. Les malformations de ce syndrome apparaissent tôt dans la période embryonnaire.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Le caryotype standard élimine les anomalies des chromosomes 9, 14 et 22. Le FISH élimine un syndrome de micro délétion du 22q11. Le séquençage met en évidence des mutations du gène CHD7.

Diagnostic différentiel

Les principaux diagnostics à éliminer sont l'association VACTERL, la micro délétion 22q11, les anomalies par mutation du gène PAX2 ainsi que l'embryopathie par prise d'acide rétinoique.

Conseil génétique[modifier | modifier le code]

La plupart des cas est le résultat d'une mutation de novo. Néanmoins un conseil génétique est indispensable afin de rechercher des anomalies mineures chez un des parents. Le diagnostic anténatal est possible si un des parents a une mutation connue.

En l'absence de parents atteints, le risque empirique de récidive est de 2 %. Deux études indépendantes ont mis en évidence que l'âge paternel est un facteur de risque[7],[8]

Aucun traitement n'est à ce jour possible. Quelques C.H.A.R.G.E. vivent normalement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Issekutz KA, Graham JM Jr, Prasad C, Smith IM, Blake KD (2005) An epidemiological analysis of CHARGE syndrome: preliminary results from a Canadian study. Am J Med Genet A 133:309-17
  2. Hall BD: Choanal atresia and associated multiple anomalies. J Pediat 1979, 95:395-398.
  3. Hittner H, Hirsch N, Kreh G, Rudolph A: Colobomatous microphthalmia, heart disease, hearing loss, and mental retardation: a syndrome. J Pediatr Ophthalmol Strabismus 1979, 16:122-128.
  4. Vissers LE, van Ravenswaaij CM, Admiraal R, Hurst JA, de Vries BB, Janssen IM, van der Vliet WA, Huys EH, de Jong PJ, Hamel BC, Schoenmakers EF, Brunner HG, Veltman JA, van Kessel AG: Mutations in a new member of the chromodomain gene family cause CHARGE syndrome. Nat Genet 2004, 36:955-957.
  5. Jongmans M, Admiraa R, van der Donk K, Vissers L, Baas A, Kapusta L, van Hagen J, Donnai D, de Ravel T, Veltman J, van Kessel A, de Vries B, Brunner H, Hoefsloot L, van Ravenswaaij C: CHARGE syndrome: the phenotypic spectrum of mutations in the CHD7 gene. J Med Genet 2005, 43:306-314.
  6. Smith IM, Nichols SL, Issekutz K, Blake K; Canadian Paediatric Surveillance Program: Behavioral profiles and symptoms of autism in CHARGE syndrome: preliminary Canadian epidemiological data. Am J Med Genet A 2005, 133:248-256.
  7. Blake KD, Brown D: CHARGE association looking at the future - the voice of a family support group. Child Care Health Dev 1993, 19:395-409.
  8. Tellier AL, Lyonnet S, Cormier-Daire V, de Lonlay P, Abadie V, Baumann C, Bonneau D, Labrune P, Lacombe D, Le Merrer M, Nivelon A, Philip N, Briard ML, Munnich A: Increased paternal âge in CHARGE association. Clin Genet 1996, 50:548-550.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Kim D. Blake, Chitra Prasad, « CHARGE syndrome », dans Orphanet Journal of Rare Diseases, 2006 [(en) lire en ligne]
  • (en) Seema R Lalani, Meg Hefner, John W Belmont, Sandra LH Davenport, CHARGE Syndrome in GeneTests: Medical Genetics Information Resource (database online). Copyright, University of Washington, Seattle. 1993-2006 [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]