Synagogue de Sardes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

38° 29′ 18″ N 28° 02′ 25″ E / 38.48833, 28.04028 La synagogue de Sardes est un édifice de culte juif situé dans la cité antique de Sardes, l'ancienne capitale de Lydie, dans la province romaine d'Asie Mineure. Construite vers la fin du IIIe siècle dans une aile du gymnase de la cité, elle est la plus grande synagogue connue dans la diaspora juive. La synagogue est pleinement intégrée au complexe des bains-gymnase : elle borde sur son côté nord la cour de la palestre, tandis que sur son côté sud une rangée de boutiques la sépare d'une des rues principales de la ville. La synagogue connaît plusieurs phases de construction et reste en usage jusqu'à la destruction de la ville par les Perses en 616. Sa découverte par la mission archéologique américaine d'Harvard-Cornell en 1962 a permis de réévaluer l'importance des communautés juives de la diaspora en général, et d'Asie Mineure en particulier. Son emplacement privilégié et sa taille remarquable lui ont en effet valu longtemps de faire figure d'exception dans le modèle historiographique de la synagogue antique, qui privilégiait la thèse d'un développement des synagogues à partir de demeures privées transformées en édifices cultuels.

La communauté juive de Sardes aux premiers siècles de notre ère[modifier | modifier le code]

Le complexe des bains-gymnase avant la synagogue[modifier | modifier le code]

Après qu'un séisme particulièrement destructeur a frappé la ville en 17 ap. J.-C.,

La construction de la synagogue[modifier | modifier le code]

Fouilles et restauration de l'édifice[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) M. P. Bonz, « The Jewish Community of Ancient Sardis: A Reassessment of Its Rise to Prominence », Harvard Studies in Classical Philology (1990) 343-59 ;
  • (en) M. P. Bonz, « Differing Approaches to Religious Benefaction: The Late Third-Century Acquisition of the Sardis Synagogue », The Harvard Theological Review (1993) 139-54 ;
  • (en) F. Moore Cross, « The Hebrew Inscriptions from Sardis », The Harvard Theological Review (2002) 3-19 ;
  • (en) S. Fine, Art and Judaism in the Graeco-Roman World : Toward a New Jewish Archaeology (Cambridge University Press 2005) ;
  • (en) Frank Moore Cross, « The Hebrew inscriptions from Sardis », Harvard Theological Review, 95,1 (2002), 3-19 ;
  • (en) E. R. Goodenough, Jewish Symbols in the Graeco-Roman Period, 12, New York, 1965 ;
  • (en) R. Hachlili, Ancient Jewish Art and Archaeology in the Diaspora (Leiden 1998) ;
  • (en) G. M. A. Hanfmann, « The Ancient Synagogue of Sardis », IVth World Congress of Jewish Studies (1967) vol. 1, 37-42 ;
  • (en) A. T. Kraabel, « Hypsistos and the Synagogue at Sardis », Greek, Roman and Byzantine Studies 10 (1969), 81-93 ;
  • (en) John H. Kroll, « The Greek inscriptions of the Sardis synagogue », Harvard Theological Review, 94,1 (2001), 5-127 ;
  • (en) Jodi Magnes, « The Date of the Sardis Synagogue in Light of the Numismatic Evidence », American Journal of Archeology, 109,3 (July 2005), 443-475 ;
  • (en) D. G. Mitten, The Ancient Synagogue of Sardis, Archaeological Exploration of Sardis, New York, 1965 ;
  • (en) D. G. Mitten, « A New Look at Ancient Sardis », The Biblical Archaeologist 29 (1966), 61-68 ;
  • (en) A. R. Seager, « The Building History of the Sardis Synagogue », American Journal of Archeology, 76 (1972), 425-35 ;
  • (en) A. R. Seager, « The Architecture of the Dura and Sardis Synagogues », The Dura-Europos Synagogue : A Reevaluation (1932-1972), J. Gutmann (éd.), Missoula, 1973, 79-116 ;
  • (en) A. R. Seager et A. T. Kraabel, « The Synagogue and the Jewish Community », Sardis : From Prehistoric to Roman Times, G. M. A. Hanfmann (éd.), Cambridge, 1983 ;
  • (en) G. Sed Rajna, Z. Amishai-Maisels, D. Jarrassé, R. Klein, L'Art juif, Citadelle & Mazenod (1995) ;
  • (en) Y. Shiloh, « Torah Scrolls and the Menorah Plaque from Sardis », Israel Exploration Journal 18 (1968), 54-60 ;
  • (en) L. M. White, The Social Origins of Christian Architecture, Harvard Theological Studies 42, Johns Hopkins University Press :
    • Vol. 1, Building God's House in the Roman World : Architectural adaptation among Pagans, Jews and Christians (Valley Forge 1990) ;
    • Vol. 2, Texts and Monuments for the Christian Domus Ecclesiae in its environment (Valley Forge 1997) ;

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :