Synagogue de Capharnaüm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Synagogue de Capharnaüm
Image illustrative de l'article Synagogue de Capharnaüm
Présentation
Culte Judéo-chrétien
Type Synagogue
Début de la construction Ier siècle
Style dominant Byzantin
Géographie
Pays Israël
Région Galilée
Commune Capharnaüm
Coordonnées 32° 55′ 19″ N 35° 37′ 33″ E / 32.922, 35.625832° 55′ 19″ Nord 35° 37′ 33″ Est / 32.922, 35.6258  

La synagogue de Capharnaüm est une synagogue byzantine judéo-chrétienne en ruine construite entre le IIe siècle et le Ve siècle à Capharnaüm en Israël (plus célèbre synagogue de Galilée et parmi les plus anciennes synagogues du monde). Elle est construite sur les vestiges d'une synagogue du Ier siècle (début du christianisme), fréquentée par le Jésus de Nazareth selon le Nouveau Testament.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1838 le site est révélé par l'archéologue américain Edward Robinson (spécialiste en géographie biblique). En 1866 le cartographe britannique Charles William Wilson identifie les ruines de la synagogue.

En 1894 la custodie franciscaine de Terre sainte achète une partie du site et en 1905, les archéologues allemands Carl Watzinger et Heinrich Kohl mettent au jour la synagogue. En 1921 et en 1926 le franciscain Gaudentius Orfali commence la restauration de l’édifice, poursuivi en 1968 par les pères archéologues Virgilio Corbo et Stanislao Loffreda qui mettent également à jour au sud de la synagogue, la maison du Ier siècle de l’apôtre Pierre (voir Basilique Saint-Pierre de Capharnaüm).

Descriptions[modifier | modifier le code]

Les ruines en calcaire de la « synagogue de Capharnaüm » sont composées de :

La pèlerine espagnole Égérie décrit la synagogue en 381 avec un bâtiment en pierre taillée et un accès par une volée de marches.

La synagogue et la basilique Saint-Pierre sont détruites au début du VIIe siècle, un peu avant la conquête arabe de 636.

Synagogue de Capharnaüms dans les Évangiles synoptiques[modifier | modifier le code]

Selon les Évangiles synoptiques, Jésus quitte Nazara et s’établit à Capharnaüm, où il prêche et revient régulièrement après différentes actions dans le nord de la Palestine. Dans la synagogue de la ville, il enseigne et utilise un verset de la Bible pour suggérer qu'il est le Messie, venu pour libérer Israël. Il y chasse aussi un « esprit impur » dans de telles conditions que les témoins s'interrogent : « Qu'est cela ? Un enseignement nouveau, donné d'autorité ! Même aux esprits impurs, il commande et ils lui obéissent ! " (Mc 1:28) ».

Bethsaïde (bourgade voisine de Capharnaüm mais située sur l'autre rive du Jourdain en Bathanée ou en Gaulanitide) est connue dans le Nouveau Testament comme ville de naissance ou d'origine des apôtres Pierre et de son frère André, de Nathanaël et de Philippe.

Pierre, André, Jean et Jacques le Majeur y sont « pêcheurs » sur le lac de Tibériade jusqu'à leur rencontre avec le messie Jésus qui leur demande de tout abandonner pour aller évangéliser l'humanité. Lévi (Mathieu, Jacques le Juste ou Zacchée, selon les versions), publicain (percepteur des impôts) exerçant son activité au nord de la Galilée rejoint également les apôtres.

Selon la tradition chrétienne, Jésus, aurait réalisé à Bethsaïde le miracle de marcher sur l'eau sur le lac de Tibériade pour convaincre Pierre de ses pouvoirs divins, ainsi que les miracles de la multiplication des poissons. C'est aussi là qu'il serait parvenu à changer les vues d'un personnage anonyme dont les vues étaient obscurcies.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]