Symphonie nº 9 de Schubert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Symphonie nº 9.
Symphonie no 9 en ut majeur
« La Grande »
D. 944
Genre Symphonie
Nb. de mouvements 4
Musique Franz Schubert
Effectif Orchestre symphonique
Durée approximative env. 55 minutes
Dates de composition 1825
Création 21 mars 1839
Leipzig
Interprètes Felix Mendelssohn (dir)

La Symphonie no 9 en ut majeur, D. 944, connue sous le nom de « Grande Symphonie », est la dernière à avoir été achevée par Franz Schubert.

Le compositeur l'avait d'abord surnommée « Grande ut majeur » afin de la distinguer de son autre symphonie en ut majeur, la Sixième ou « Petite Symphonie », mais ce surnom est aujourd'hui souvent considéré comme le reflet de l’œuvre, de par sa longueur et sa majesté. Son exécution dure environ 55 minutes.

Réception[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Cette symphonie ne reçut pas un accueil favorable à son début. Les musiciens de la Gesellschaft der Musikfreunde (de) la jugèrent « difficile et pompeuse » (« schwierig und schwülstig »), au point que lors du concert posthume du 14 décembre 1828, elle fut remplacée par la « Petite ».

En 1838, dix ans après la mort de Schubert, Robert Schumann se rendit sur la tombe du compositeur puis rencontra son frère aîné Ferdinand Schubert, qui disposait des manuscrits inédits. Schumann ramena la symphonie à Leipzig, où il la fit exécuter par Felix Mendelssohn lors du concert du 21 mars 1839, ainsi qu'il en rendit compte dans sa gazette Neue Zeitschrift für Musik. La légende veut que, pendant la répétition du premier mouvement, un musicien ait demandé à son collègue s'il avait réussi à entendre une seule mélodie. D'autres sources racontent que Schumann aurait dit, après avoir entendu la première exécution de l'œuvre, qu'il s'agissait là de la plus grande pièce orchestrale depuis la mort de Beethoven.

La pièce ne reçut pas non plus un bon accueil à Londres, où la répétition dirigée par François-Antoine Habeneck fut ponctuée des rires des violonistes[1]. La pièce fut finalement donnée aux États-Unis avant Paris, où elle ne fut jouée qu'en 1851.

Souvent considérée comme la meilleure pièce symphonique de Schubert, la Grande Symphonie en ut majeur est aussi l'une de ses œuvres les plus novatrices. Si l'on retrouve encore le style de Beethoven dans le développement thématique de l'œuvre, le soin apporté à la mélodie est très personnel, ce qui, de la part d'un maître du lied, ne saurait surprendre. Ce nouveau style a incité Schumann à poursuivre ses propres ambitions symphoniques.

Construction[modifier | modifier le code]

Selon la forme habituelle de la symphonie, elle comporte quatre mouvements:

  • Andante - Allegro ma non troppo (en ut majeur, à 2/2)
  • Andante con moto (en la mineur, à 2/4)
  • Scherzo : Allegro vivace (en ut majeur, à 3/4, trio en la majeur, à 3/4)
  • Finale : Allegro vivace (en ut majeur, à 2/4)

Repères discographiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michael Steinberg, The Symphony: A Listener's Guide, p. 485. Oxford University Press US, 1995 (ISBN 0195126653) (ISBN 9780195126655). lire en ligne

Liens externes[modifier | modifier le code]