Symphonie nº 4 de Tchaïkovski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Symphonie nº 4.
Symphonie nº 4
Op. 36
Симфония nº 4
Genre symphonie
Nb. de mouvements 4
Musique Piotr Ilitch Tchaïkovski
Durée approximative env. 42 min
Dates de composition 1877
Dédicataire « À mon meilleur ami »
(Nadejda von Meck)
Création 22 février 1878
Moscou, Drapeau de la Russie Impériale Empire russe
Interprètes Nikolaï Rubinstein


La Symphonie n° 4 en fa mineur, op. 36, de Piotr Ilitch Tchaïkovski, fut composée entre mars (?) et décembre 1877.

Structure[modifier | modifier le code]

  1. Andante sostenuto - Moderato con anima (fa mineur)
  2. Andantino en modo di canzona ( bémol majeur)
  3. Scherzo. Pizzacato ostinato. Allegro (fa majeur)
  4. Finale. Allegro con fuoco (fa majeur)

Orchestration[modifier | modifier le code]

Instrumentation de la Symphonie n° 4
Bois
1 piccolo, 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes (en la et si bémol), 2 bassons
Cuivres
4 cors (en fa), 2 trompettes (en fa), 3 trombones (2 ténors et 1 basse), 1 tuba
Percussions
timbales, grosse caisse, cymbales, triangle
Cordes
premiers violons, seconds violons, altos, violoncelles, contrebasses

L'œuvre[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Tchaikovsky - Symphonie No. 4, Mvt. 4 (transcription pour ensemble à vents) (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Les superbes sonneries de cuivres qui ouvrent la symphonie représentent le fatum (« Une force du destin qui nous interdit de goûter le bonheur, veille jalousement à ce que notre félicité et nos apaisements ne soient jamais sans mélange, pend au-dessus de nos têtes comme l'épée de Damoclès, et verse inexorablement un lent poison dans l'âme. Il faut nous y soumettre et nous résigner à une tristesse sans issue »). À chaque fois que l'homme croit pouvoir se détacher de son destin pour aller vers quelque chose de meilleur, le thème du fatum réapparait tel un retour brutal à la triste réalité. Ces sonneries de cuivres seront le thème récurrent de la symphonie. La quatrième symphonie est la première des symphonies de Tchaïkovski dites du destin. Suivront ensuite la cinquième symphonie et la Pathétique.

Les trois premiers mouvements furent composés à Venise, lorsque Tchaïkovski séjournait à la chambre 106 du Londra Palace (l'Hôtel Beau Rivage à l'époque) du 2 au 16 décembre 1877[1] . Il comptait appeler sa symphonie "Do Leoni" (Les Deux Lions) en honneur du lion de Saint Marc et du lion rampant anglais.

La première représentation de la quatrième symphonie eut lieu à Moscou le 10[2] février 1878 sous la direction de Nikolaï Rubinstein. Elle devint rapidement un pilier du répertoire classique et fut une des symphonies les plus jouées à la fin du XIXe siècle.

La dédicace de la partition indique : « À mon meilleur ami ». Tchaïkovski fait allusion en fait à Nadejda von Meck, sa mécène, avec laquelle il entretient depuis peu des relations épistolaires.

L'exécution de cette quatrième symphonie dure environ 42 minutes.

Repères discographiques[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. dans le calendrier julien, ou 14 au 28 dans le calendrier grégorien
  2. ou 22, suivant le calendrier utilisé