Symphonie nº 3 de Górecki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Symphonie nº 3.
Troisième Symphonie
Symphonie des chants plaintifs
Genre Musique contemporaine
Musique Henryk Górecki
Langue originale polonais
Durée approximative 55 minutes
Dates de composition 1976
Partition autographe Boosey & Hawkes
Création 4 avril 1977
Festival international d'art contemporain de Royan en France
Création
française
idem

La Troisième Symphonie, symphonie des chants plaintifs (Op. 36) est une œuvre pour soprano et orchestre symphonique composée par Henryk Górecki en 1976. Elle est certainement devenue l'œuvre la plus connue de son compositeur.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette symphonie, écrite par Górecki entre le 30 octobre et le 30 décembre 1976 à Katowice[1], fut créée le 4 avril 1977 au Festival international d'art contemporain de Royan par l'Orchestre symphonique du Südwestrundfunk de Baden-Baden, que dirigeait Ernest Bour. Elle est un tournant dans l'écriture du compositeur avec un retour à la musique tonale après sa période sérielle[2], comme le réalisent à la même époque Arvo Pärt ou Krzysztof Penderecki auxquels il est souvent associé.

Le succès international de Górecki est essentiellement dû à la découverte de cette œuvre après l'enregistrement en 1992 de cette symphonie par Nonesuch Records et le succès de vente en Occident qui s'ensuivit. Le disque se vendit à plus d'un million d'exemplaires en Grande-Bretagne et aux États-Unis[2],[3] et fut élu disque de l'année à Londres en 1994[1]. La Troisième Symphonie reste la seule du compositeur réellement connue d'un large public.

Structure[modifier | modifier le code]

Górecki se démarque de la tradition classique ou baroque en ne découpant pas sa symphonie en trois mouvements de tempos contrastés de type vif-lent-vif ou même lent-vif-lent, mais en trois mouvements lents dont l'exécution dure environ 55 minutes :

  1. Lento - sostenuto tranquillo ma cantabile ;
  2. Lento e largo - tranquillisimo;
  3. Lento - cantabile semplice.

Le premier mouvement, le plus ample de la Symphonie, commence par un vaste prélude orchestral préparant à une complainte qui s'inspire d'une lamentation des Chants de Lysagora du monastère de la Sainte Croix, écrits au XVe siècle. Le thème est celui de l'amour d'une mère pour son fils, en l'occurrence de Marie pour son fils.

Le deuxième mouvement est une prière, Zdrowas Mario, à la Vierge Marie inscrite par une prisonnière, Helena Wanda Blażusiakówna, sur le mur de sa cellule dans le siège central de la Gestapo à Zakopane, situé dans le sud de la Pologne dans la Voïvodie de Petite-Pologne[4].

Le troisième mouvement, dans lequel la soprano déclame le texte d'un chant populaire écrit dans le dialecte de la région d'Opole, a pour thème le deuil d'une mère pour son fils.

Elle est écrite pour une soprano, quatre flûtes dont deux piccolos, quatre clarinettes, deux bassons et deux contrebassons, quatre cors, quatre trombones, une harpe, un piano et des cordes.

Utilisation dans le domaine artistique[modifier | modifier le code]

Le premier mouvement est utilisé dans la scène finale du film État second (Fearless, 1993) de Peter Weir. Le chorégraphe Kader Attou crée Symfonia Piesni Zalosnych sur cette symphonie en 2010[5].

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Liste des travaux de Górecki sur le site de l'Université de Californie du Sud
  2. a et b Dossier compositeur : Henryk Mikolaj Górecki dans Le Mensuel de Polyphonies n°31 - janvier 2009
  3. (en) Henryk Gorecki, Polish Composer, Is Dead at 76 dans The New York Times du 12 novembre 2010.
  4. D'après le livret du disque, chez Naïve Records, 2004.
  5. Kader Attou du côté de Gorecki dans Le Figaro du 9 novembre 2010.